L'Évolution Spirituelle

 


emonsite


Avons-nous une mission à accomplir ? Que devons nous faire ? Comment procéder ?... Nous sommes nombreux à nous poser ce genre d’interrogations car nous recherchons tous un équilibre , une harmonie dans notre existence terrestre.Nous engager , suivre un idéal , réaliser nos projets nous demande de nous lier envers quelqu’un ou quelque chose et de leur dire oui librement tout en respectant nos repères et nos croyances du moment.L'équilibre indique le point central de notre harmonie qui existe entre le fait d’en faire trop ou pas assez car toute chose a sont contraire et un point d’équilibre.Nous devons agir , mettre en action les mots, les concepts et les idées tout en surmontant nos peurs , nos doutes et l'insécurité. Nous devons oublier les excuses et les bonnes raisons de tourner en rond et de ne rien faire.

En changeant nos attentes, nous changeons toute notre expérience de vie.Ce que nous croyons ou escomptons dans la partie la plus profonde, ou subconsciente de notre être, a tendance à façonner notre réalité extérieure.Nous commençons dès la plus tendre enfance à emmagasiner nos espoirs et nos craintes et nous conditionnons peu à peu notre subconscient afin qu' il réponde à nos attentes.Il suffit d'avoir de nouvelles attentes qui ne reposent plus sur nos croyances et sur nos d'attentes qui remontent parfois jusqu 'aux premiers mois de notre vie afin de dépasser nos prétendues limites.Nos attentes vont se manifester si nous libérons nos forces psychologiques d'attraction tout en respectant nos limites prétendues ou supposées.Nos problèmes actuels nous révèlent nos attentes négatives . Nos bonheurs nous indiquent nos attentes positives . Nous pouvons dès maintenant commencer à vivre avec de nouvelles attentes. Nous n'avons pas à attendre que l'expérience nous en apporte une confirmation extérieure.

Notre vie quotidienne consiste en une série de choix et d'utilisations de notre libre arbitre . Le choix n' est pas le même pour tous. Les circonstances physiques peuvent en effet nous limiter. Nous avons toujours le choix mais chaque choix a des conséquences.Les beaux-arts , la musique, la peinture, la sculpture , l'écriture et l'art sont des exemples de créations positives. Nous pouvons aussi donner une expression pleine et satisfaisante en ayant et en élevant nos enfants , en trouvant des solutions novatrices à nos problèmes d' affaires, en faisant du jardinage, de la décoration ou en pratiquant une activité.Une créativité bloquée peut se manifester par des symptômes et des maladies physiques ou se décharger dans l'abus de tabac, d' alcool, de drogues, de nourriture ou de sexe.Souvent nous nous exprimons par la parole, mais l' artisanat fournit aussi une autre manière d’exprimer qui nous sommes et ce que nous ressentons.

L'expression est le fait d'échanger des idées ou des informations. En fait, ce sont nos émotions de colère, de tristesse ou encore une peur que l’on cherche à manifester . Ces émotions peuvent aussi signaler la présence d'une joie ou d'une inspiration.Une expression positive est une communication inspirante, enthousiaste et constructive avec des discours, des chants, de la musique, de l’ écriture...Une expression négative se manifeste par des calomnies , des plaintes, des critiques. Elle abat, blesse ou détruit, et elle peut nous déchirer en mille morceaux.Toute habitude " bonne " ou "mauvaise " a tendance à s'implanter en nous-même.Nous avons le pouvoir d'agir spontanément, de faire peau neuve, de changer notre comportement et de réorganiser notre vie . Pourtant nos habitudes comme instrument de survie nous ralenti.Enfant , nous apprenons à comprendre le monde par l' observation de nos proches et par l’éducation de nos parents . Nous formons nos propres habitudes et lorsque nous atteignons l' âge de dix ans , nos habitudes sont une partie intégrante de notre vie.

Nous avons toujours tendance à reproduire les mêmes comportements si nous ne prêtons pas attention à ce qui se passe vraiment en nous-même et si nous n'intervenons pas en faisant quelque chose de différent.Tout ce qui monte doit redescendre et tout ce qui descend remontera, c'est le principe des cycles. Il y a des moments pour agir et des moments pour se reposer , des moments pour parler et des moments pour se taire.La discipline est le chemin le plus sûr vers la liberté et vers l’ indépendance. La discipline, c'est l'habitude d'en faire juste un peu plus, de creuser juste un peu plus loin, de persévérer et d'avancer .Ceux qui apprécient la liberté, l' autonomie et l'indépendance sont aussi des personnes qui d'ordinaire aiment tenter de nombreuses expériences tout en étant des réfractaires à toute forme de routine et aux tâches répétitives qui les rebutent.

Nous pouvons établir des priorités, nous concentrer sur une chose à la fois, persévérer jusqu'à ce que nous l'ayons maîtrisée et laisser de côté ce qui peut attendre demain.Nous engager à poursuivre un but, c'est adopter une discipline. La discipline et l'engagement qu'on prend avec soi-même forment un pont entre le maintenant et le futur de nos buts.Nous pouvons peut-être retarder le moment où nous aurons besoin de discipline dans notre vie, mais nous ne pouvons y échapper. Tôt ou tard , si nous voulons réussir ou faire quoi que ce soit en profondeur , nous devrons faire preuve d'autodiscipline.La nature a révélé des lois naturelles ou supérieures qui organisent la vie sur terre . Le monde naturel nous révèle le cycle des saisons , les nuages portés par le vent, le courant de la rivière , et la force du vent et de la mer.

En observant un roseau qui plie sous un grand vent, nous apprenons que dans notre vie, nous devons faire des concessions et nous découvrons le pouvoir de la flexibilité et de la non - résistance .La flexibilité nous propose de tirer parti de tout ce qui nous arrive en considérant toutes nos difficultés comme une forme d' entraînement spirituel.La flexibilité implique l'acceptation du moment présent , de soi-même, des autres et des circonstances présentes. Cela ne veut pas dire du tout que nous devons tolérer passivement ce qui nous déplaît ou que nous devons nous laisser marcher sur les pieds.Nous savons beaucoup plus de choses que nous n'en avons lues, entendues ou apprises .Nous croyons parfois que nous avons foi en nos idées quand il suffit pourtant d'y regarder d'un peu plus près afin de découvrir qu'en réalité, nous n'avons foi que dans les connaissances, les théories et les croyances qui nous viennent de l'extérieur .

Certains ont pris l'habitude de se fier aux "experts " pour être guidés et confortés dans leurs opinions. Ils abandonnent leur sagesse intérieure pour aller la chercher ailleurs , ils partent "en quête de la vérité " en suivant des conférences et ils vont de séminaire en séminaire à la recherche de toutes les informations susceptibles de les satisfaire ou de les combler mais ils ne trouvent rien.Les experts peuvent nous conseiller. Mais nous devons acquérir une plus grande confiance en l'Esprit qui est en nous et admettre qu'il est bien possible que nous sachions beaucoup plus de choses que nous n'en avons apprises.Croire en soi-même, c'est faire table rase de ses croyances pour se fier à ses intuitions les plus profondes. Nos sens sont porteurs de messages en provenance de notre subconscient et ces messages peuvent nous aider à prendre des décisions plus rapides et plus sages.

Méfions-nous des maîtres qui fouillent dans nos poches et qui essaient de nous vendre notre propre portefeuille car personne ne peut nous donner quoi que ce soit que nous n'ayons pas déjà. Au mieux , un sage peut nous fournir quelques clés qui nous aideront à ouvrir nos propres portes.La malhonnêteté peut prendre plusieurs formes : se mentir à soi-même et mentir aux autres ou désirer la richesse et la puissance pour soi-même. Certains sont habitués à faire les lois mais ne les respectent pas. D’autres brisent les règles comme bon leur semble. Même si les conséquences ne sont pas toujours manifestes, nous déclenchons en nous une tempête intérieure à laquelle nous ne pouvons échapper.Certains préfèrent ne rien voir ou se mettre des œillères. D’autres préfèrent insinuer, manigancer, soupirer, feindre ou attendre que les autres lisent en eux. Le recours à de telles manipulations générées par la peur peut nous empêcher d'exprimer nos véritables émotions et nos vrais besoins.Nous pouvons entrer en contact avec notre intuition si nous cessons de nous baser sur l'opinion d'autrui afin de mesurer notre valeur et de savoir qui nous sommes.

Si nous nous jugeons en nous basant sur ce que les autres semblent penser de nous, nous sommes à la merci de quiconque se trouvant avoir une idée de ce que nous devrions faire ou même de ce que nous devrions être.Il n'y a pas de mal à demander l'avis d'un autre pour vérifier la justesse ou rétablir l'équilibre de nos propres opinions mais on ne peut pas vivre sa vie de consultation en consultation.Sensibles aux opinions des autres, nous leurs donnons le pouvoir de confirmer ou de menacer notre propre identité . Nous nous arrangeons pour satisfaire les attentes des autres ou bien nous réagissions en rejetant toutes les opinions qui ne sont pas conformes à notre "vérité "Nous avons tendance à devenir ou à reproduire les qualités que nous adorons . Certains s'engagent dans l'introspection ou dans la spiritualité en espérant trouver des réponses grâce à des "guides intérieurs ". Les maîtres intérieurs ne sont que des parties de nous-même qui nous révèlent notre propre sagesse innée.

Quant les "guides intérieurs " apparaissent à certaines personnes, il est fort probable qu'elles accèdent à l'inconscient collectif. Elles entrent en contact avec ce qui demeurent au fond de la psyché humaine.Nous accédons à l'intuition lorsque nous laissons nos émotions et nos sentiments authentiques parvenir jusqu'à l'hémisphère droit de notre cerveau où il met en branle des mécanismes supérieurs.Nous ne pouvons entrer en contact avec notre cœur qu'à partir du moment où nous cessons d'inventorier les opinions d'autrui. Dès l'instant où nous cessons de vénérer l'opinion des autres, notre petite voix intérieure nous prodigue des conseils personnalisés afin que nous puissions prendre les bonnes décisions.Si nous voulons être sûrs, en partant du point A, d'arriver au point Z, il faut d'abord nous rendre au point B, puis au C, puis au point D, et ainsi de suite sans sauter une seule étape.Notre vie quotidienne est pleine de buts et d'accomplissements. Ces buts peuvent être grands ou modestes.

Nous pouvons diviser toute entreprise, même la plus grande et la plus imposante, en petites étapes faciles et accessibles . Nous devons diviser un long trajet en courts tronçons afin d’apprécier chaque étape comme s'il s'agissait d'une fin en soi. Chaque étape terminée est une petite réussite en elle-même. De cette façon, nous connaissons le succès plusieurs fois et non plus uniquement lorsque nous arrivons à destination. Souvent ce que nous avons appris en route s'avère plus important que le but final atteintSeul le présent existe, ce que nous appelons " passé " et " futur " est une construction de notre esprit . Notre perception du temps qui passe, quand nous faisons la file dans un magasin, par exemple, consiste uniquement en une succession d’impressions et de souvenirs.Lorsque nous regrettons le temps passé, ce passé n'existe que dans notre esprit au moment précis où nous y pensons, au moment où notre regret revit dans les images que nous évoquons. Lorsque nous songeons à l'avenir avec anxiété, ce futur n'existe que dans notre esprit au moment où notre anxiété prend forme dans le futur que nous imaginons.

En acceptant l'idée d'un éternel présent, en prenant l'habitude de nous concentrer sur ce qui se passe maintenant, nous pouvons changer notre vie quotidienne.La plupart de nos soucis, de nos regrets ou de nos problèmes n'existent pas en ce moment, nous les gardons en réserve dans un classeur au fond de notre esprit, et nous leur donnons vie en ouvrant les tiroirs étiquetés "passé " et "avenir " où ils sont classés sous la forme d'images, de sensation et d'associations d'idées.Nous pouvons toujours compter sur le moment présent : tout ce que nous avons à faire c'est de nous relaxer, de respirer profondément et d'apprécier ce qui se passe en ce moment.Le jugement est une invention humaine, c'est une façon pour nous de comparer, de contraster et de vérifier.Nous jugeons et critiquons non seulement nos actions mais aussi nos pensées et nos émotions. Nous jugeons les autres selon nos propres idéaux, puis nous nous blâmons nous-même d'avoir jugé autrui.

Nous avons tous tendance à intérioriser les critiques et les blâmes réels ou imaginés que nos parents nous ont adressés. Nous projetons nos jugements sur les autres, et si ils ont l'air de nous juger c'est parce qu'ils nous renvoient l'image de notre propre désappointement.Si nous commettons une erreur, nous aurons plusieurs fois l'occasion de la racheter. L'Esprit ne nous juge pas, alors nous devons nous traiter nous-même avec la même considération et nous abstenir de juger les autres.Plus nous avons tendance à nous juger nous-mêmes sévèrement, plus nous attirons dans notre vie des personnes qui semblent prendre plaisir à nous critiquer, comme si elles répondaient à nos propres impulsions.L'abandon de toute forme de jugement nous ouvre la voie au changement. Nous pouvons ensuite faire de notre mieux, accepter nos erreurs, apprendre nos leçons et faire un peu mieux la prochaine fois.La perfection n'existe pas, nous pouvons atteindre l'excellence avec du temps et de l'entraînement.

Aucun individu, aucune réalisation, aucun produit ne sera jamais parfait même ceux qui travaillent forts et qui sont les plus habiles continuent à faire des erreurs. Nous améliorer, c'est faire en sorte que nos erreurs soient seulement toujours un peu plus petites.Cette compréhension du "rien n'est parfait " peut aussi soulager un fardeau de ceux qui ont une vie élevée et des exigences difficiles à satisfaire.Nous pouvons acquérir l'intime conviction que nos propres leçons, celles que nous tirons chaque jour de notre propre expérience sont aussi parfaites.Toutes sortes de choses terribles et magnifiques peuvent se produire dans notre monde, il y en a que nous aimons et approuvons, d'autres que nous n'aimons pas et auxquelles nous résistons.Lorsque nous avons établi les limites de notre responsabilité, nous pouvons assumer tous les devoirs qui nous incombent et laisser le reste aux autres.En travaillant tous ensemble, nous pouvons accomplir des tâches qu'il nous serait difficile ou impossible à accomplir seul.Le succès ou l'échec d'une famille, d'une compagnie ou d'un empire, repose sur la qualité de la coopération et sur le partage des responsabilités qui s'effectuent à l'intérieur de ses rangs.
Si l'on veut être à même d'aider les autres, il faut d'abord apprendre à s’aider soi-même, à mettre ses affaires intérieures en ordre : ces pulsions, ces croyances, ces valeurs et ces idées qui semblent opposées.Dans nos rapports avec nous-mêmes, avec les autres et avec les circonstances de la vie, il nous faut trouver notre point d'équilibre, circonscrire notre part de responsabilité et admettre que nos valeurs, nos priorités et nos besoins peuvent être très différents des autres personnes que nous côtoyons.Être trop bon résulte d'une distorsion du sens de nos responsabilités qui nous pousse à vouloir corriger les erreurs des autres au lieu de les laisser apprendre à y faire face eux-mêmes.Il faut trouver le bon équilibre entre le donner et le recevoir. Nous devons découvrir la différence qui existe entre ce que nous " devrions " faire et ce que notre cœur désire que nous fassions. Nous faisons ce qui nous rend le plus heureux intérieurement, nous énonçons clairement nos sentiments et nous arrivons à un compromis avec nous-même.Il nous suffit de contacter notre Être intérieur pour qu’il nous donne des conseils salutaires pour nous . Lorsque nous demandons à une volonté supérieure qu'elle nous conseille, nous avons le sentiment d'une élévation. Notre vie prend alors un sens nouveau, plus grand et plus profond.
Source
http://homeusers.brutele.be/dossiers/evoluer/evoluer.htm

MAitreya
L'Etre est éternel, le devenir est temporel. Le Soi expérimente les deux. L'Etre et le devenir sont deux modalités différentes. L'Etre est immuable, alors que le devenir est un processus qui se déroule dans le temps et l'espace. L'homme, dans son Etre, est le Soi. Dans son devenir, il est l'âme - le reflet du Soi.Le Soi est un témoin. Le Soi joue, à son niveau, le rôle du Tout-Puissant. Le Soi est une étincelle du Tout-Puissant. "Il existe des moments où vous sentez une présence derrière vous, en vous, au-dessus de vous, autour de vous. "Cette "présence" est le Tout-Puissant",il ne participe pas, il observe. Il n'est pas utile de lutter pour atteindre cet état. Chacun a la capacité nécessaire pour cela. Ainsi, lorsque votre conscience grandira, si vous mettez en pratique la discipline du détachement, vous me connaîtrez dans ma totalité. Dès que vous pensez à moi, je suis avec vous."

Le Soi se fait connaître grâce à la conscience. Le Soi rend le mental, l'esprit et le corps conscients de la réalité, leur permettant d'agir en conséquence. Maitreya a déclaré : "Laissez croître votre conscience. La conscience, associée à l'intelligence, guidera le mental, l'esprit et le corps, ce qui engendrera l'harmonie entre le mental, l'esprit et le corps d'une part, et le Soi d'autre part." Le Soi peut alors utiliser les forces de la vie pour transformer ce qui l'entoure et effectuer des "miracles". Le mental, l'esprit et le corps ne sont que des véhicules.

La conscience est la mère de la création. Elle ne peut jamais être divisée ni imposée. Aucun manuel ne peut la décrire, car elle n'a ni commencement ni fin. La conscience peut seulement être vécue. Elle est une graine qui ce trouve dans toute la création et dans chaque individu.La conscience est universelle.

 

Voulez-vous vraiment que le monde devienne meilleur et plus spirituel?Ensemble nous pouvons S'unir et se Discipliner,il nous suffirait de prendre seulement 30 minutes par jour pour pour se permettre d'entrer à l'intérieur et de se reconnecter avec la Source Divine
mais cela peut changer beaucoup de choses au niveau des énergies de la Terre et de vos propres énergies. CLe coeur humain est trop souvent pris par ses passions, ses soucis, ses angoisses, ses colères, qu'il en oublie l'essentiel : lui-même. A force de se laisser mener par ses émotions, l'Homme oublie qui il est et oublie qu'il peut agir sur ses émotions, non pas en les brimant mais en apprenant à les connaître pour les maîtriser ensuite à leur racine. Le coeur humain, trop souvent ignoré, laissé de côté par votre train-train quotidien, manque d'une nourriture spirituelle. Or votre être, dans sa globalité, contient un domaine spirituel important. Négliger ce côté-là de sa vie, c'est occulter une partie importante de sa personne. Et cela s'en ressent dans votre vie de tous les jours.Qui cherche un sens à sa vie ? Qui a compris les tenants et les aboutissements de sa vie ? Qui sait et comprend pourquoi il vit telle ou telle situation ? Qui se prépare au passage de l'au-delà ? Toutes ces questions se sont pas anodines. Tôt ou tard, vous vous les poserez mais souvent il est trop tard et c'est sur votre lit de mort que vous vous direz :"Je suis passé à côté de l'essentiel, je suis passé à côte de la Vie". Cela peut paraître dur de dire ça alors que c'est un fait qui est malheureusement bien triste à constater. Qui a oeuvré dans sa vie avec un objectif qui soit divin ? Quelle place a le divin dans votre vie ? Car au moment du passage, vous verrez que c'est cela qui était finalement le plus important. Alors bien sûr, vous avez accompli une vie qui a ses côtés plus ou moins bons, en vous efforçant d'avoir fait de votre mieux, mais avez-vous vécu en conscience cette vie ?
C'est la conscience de qui nous sommes qui fait que Dieu peut s'exprimer par nos paroles et nos actes. Il ne s'agit pas de faire des choses extraordinaires mais de vivre en conscience votre nature divine, d'être vous-même et de vous exprimer tels que vous êtes. Ainsi, une fois votre vie terminée, vous ne regretterez rien car vous aurez vécu tel que devrait vivre votre être profond.
Ne remettez pas à plus tard ce que vous pouvez changer maintenant. Plus vous serez prêt à affronter la Vie et la Mort, plus vous serez prêt à vivre votre nature divine et plus vous connaîtrez la joie. Car se préparer à la mort, ce n'est pas vivre de façon triste et angoissée. Au contraire, considérer la mort comme un processus naturel de toute vie, c'est accepter notre état impermanent. c'est arriver à lâcher prise...
http://homeusers.brutele.be/dossiers/evoluer/evoluer.htm

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens

×