L'Homme

  dali-enfant-geopolitique-large.jpgLa Naissance de L'homme/Salvator Dali

L’homme

-    L’homme est énergie (lumière) et vibrations comme toutes les choses présentes dans l’Univers.  Il est un cliché énergétique, une particule d’énergie Divine ou Cosmique ce qui lui permet de se connecter à l’univers (au grand Tout) afin de partager ses expériences terrestres.  La nuit, pendant notre sommeil, notre corps astral part en voyage lorsque nous rêvons afin de contacter des êtres supérieurs et de faire le compte-rendu de notre journée sur un autre plan.  L’homme s’incarne dans la matière sous la forme de plusieurs enveloppes énergétiques, les corps énergétiques dont une (nommée corps physique) est perceptible à l’oeil nu tandis que les autres rayonnent de manière invisible jusqu’à plusieurs mètres de nous suivant le degré d’évolution de notre esprit (notre être supérieur).  Notre fragile enveloppe terrestre nous impose des limites et des contraintes tel que manger, boire, nous vêtir, nous protéger… et cela réduit le champ d’action de notre âme (l’intermédiaire entre le grand et le petit).

-    Chacun vibre sous une certaine fréquence.  Lorsque deux personnes vibrent dans la même gamme, elles s’attirent tandis que dans le cas contraire, elles se repoussent.

-Notre corps énergétique agit comme une antenne captant les messages subtils des autres corps de lumières sous la forme d’impressions, de sentiments, d’attirances ou de répulsions…

-    Nous sommes venu sur terre pour accomplir une mission, pour réaliser quelque chose, pour suivre un programme que nous avons oublié en naissant.

-    Notre existence est comme un film avec un scénario, une mission à accomplir, des personnages (nous et notre entourage) et des décors (les lieux où nous évoluons).  Nous possédons chacun une partie delibre arbitre nous permettant à tout moment de changer notre manière de jouer ou d’ajouter des complications ou de simplifier le déroulement de notre histoire….  Le tout étant sous la direction de notre mental (notre ordinateur central) qui nomme, analyse, étiquette, mémorise, planifie, comprend, résout, discerne le vrai du faux, le bon du mauvais, l’utile de l’inutile en tenant compte notamment de notre propre réalité, de notre éducation, de nos habitudes antérieures, de notre programmation et de nos automatismes.

-    « Dieu » est en chacun de nous grâce à l’étincelle divine qui nous a donné la vie.

-    Tout ce dont nous avons besoin pour mener à terme notre mission terrestre est déjà en nous : nos joies, nos peines, nos épreuves…

-    Nos relations, nos tensions, notre santé… sont le miroir de nos perceptions personnelles.  En revoyant nos comportements, nos motivations, nos objectifs, nos perceptions et notre manière de penser, nous changeons notre niveau de vie et nous harmonisons notre existence en attirant de nouveaux êtres vibrant sous notre nouvelle fréquence.

-    Nous pouvons à tout moment si nous en acceptons les conséquences changer notre destinée en choisissant à bon escient des objectifs réalisables clairement définis et en nous transformant nous-même.

-    Souvent, nous grandissons en réglant nos résistances.

-    Nous sommes également symboliquement deux êtres indissociables : le petit (c’est le moi terrestre qui avance dans la vie sociale, familiale et professionnelle en réalisant ce qui lui semble le plus propice à son développement personnel) et le grand (l’invisible, celui qui sait, qui voit bien et loin, qui se trouve sur un mirador).  Le grand, notre être inconscient supérieur peut nous contacte par un sentiment, une impression, une rencontre, une proposition inattendue ou une annonce trouvée par hasard…

-    Technique pour contacter et demander quelque chose à notre être supérieur (le grand) :

o    Dans un endroit calme, asseyez-vous et fermez les yeux.

o    Relaxez-vous et descendez au plus profond de vous-même tout en respirant profondément.

o    Formulez clairement votre demande à votre être supérieur et croyez-y.  Commencez votre requête par : je reçois.

o    Remerciez le cosmos et ouvrez les yeux.  Vaguez à vos occupations quotidiennes et ne pensez plus à votre demande.

-    Pour changer vos attitudes, vous devez :

o    Prendre conscience de ce qui ne va pas.

o    Rechercher l’origine.

o    Abandonner vos vieilles habitudes réflexes obsolètes (déprogrammer).

o    Mettre en place une nouvelle façon de voir les êtres et les choses (reprogrammer).

o    Vous identifier à votre nouveau programme.

-    Sachez que l’évolution est un perpétuel recommencement jusqu’à ce que les résultats soient concluants pour passer à l’étape suivante.

-    L’origine de l’homme et de tout être est spirituelle car nous faisons tous partie de l’énergie cosmique.  Sur terre notre esprit est revêtu d’une enveloppe charnelle nécessaire afin de fonctionner dans la matière périssable et limitative.

-    Être un être spirituel, c’est être en harmonie avec soi-même et avec les lois cosmiques qui nous concernent personnellement, c’est respecter tous les règnes (minéraux, végétaux, animaux, humains), c’est s’aimer soi-même tel que l’on est, c’est aimer l’instant présent.

-    En arrivant sur terre, juste avant de naître, nous avons choisi un but de vie à accomplir, un rôle à jouer, des parents, un milieu et des événements repères qui nous indiqueront la route à suivre car nous avons oublié ce que nous avons décider d’expérimenter, d’apprendre ou d’entreprendre en naissant.

 citation-bonheur.jpg 

La réincarnation

-    Notre corps physique et tous nos corps subtils sont les énergies nécessaires à notre être intérieur (notre esprit) afin de réaliser le pourquoi de notre venue sur terre.  A notre mort, tous ces corps énergétiques sont dissout à jamais, ils retournent à la source du Cosmos.  Il y a donc réincarnation de l’esprit, pas de l’âme.

-    Lorsque notre esprit se réincarne, la goutte d’énergie cosmique qui nous anime (l’esprit) se fait assister d'une âme et s’habille d'un corps subtil afin d’évoluer dans un corps de matière.  Chacun est ainsi la continuation d’un autre ayant déjà vécu autrement une existence terrestre.

Le karma

-    Notre esprit doit assumer ses actes, ses désirs, ses défauts, ses dons… de ses incarnations précédentes.  Tel un boomerang, chaque parole et chaque acte que nous émettons produisent des effets qui nous seront un jour restitués dans cette vie ou dans une autre.

-    Un acte n’est jamais totalement bien, ni totalement mauvais.  Si notre système de valeur déclare nos actions bonnes, elles le sont pour nous et nous nous sentons en paix avec nous-même.  Inversement, si nous commettons des actes répréhensibles pour notre conscience, nous culpabilisons et nous nous punissons nous-mêmes.

-    Les traces de nos actes restent imprimées dans l’énergie terrestre et les effets de nos actions doivent être assumées un jour par quelqu’un.

-    Chaque incarnation assure la continuité d’un programme démarré avant notre arrivée sur terre.  Nous terminons ce qui a été commencé par d’autres et nous commençons ce qui sera poursuivi par d’autresaprès notre mort via une autre incarnation.

La prédestination et le libre arbitre

-    Nous sommes comme une mouche enfermée dans un train allant d’un point à un autre tout en choisissant librement de nous poser sur le front d’un passager au risque de nous faire assommer ou de déguster un repas dans le wagon-restaurant en nous délectant.

-    Le chemin que notre esprit a choisi de vivre juste avant notre naissance, nous devons en principe l’accomplir.  Si nous faisons fausse route, notre esprit tentera de nous remettre sur le bon chemin en provoquant en nous par l’intermédiaire de l’âme et du mental des peurs, des doutes, des obstacles, des maladies, des accidents, des deuils, des séparations…  Mais si nous en acceptons les conséquences,personne ne peut nous obliger à faire ce que nous ne désirons pas faire.  Notre esprit doublera alors ces classes et lors d’une incarnation future, il devra accomplir la même évolution autrement.

-    Notre passage sur terre est comme une scène de théâtre à ciel ouvert sur laquelle nous avons un rôle à jouer.  Le metteur en scène nous donne un thème, des acteurs, des décors et nous laisse le choix d’écrire le scénario tout en respectant la trame que nous avons cru comprendre.

-    Qui que nous soyons et quoi que nous fassions, nous percevons en autrui ce qui correspond à notre propre manière de voir.  Nous percevons divers aspects qui sont cachés en nous.  Nous sommes attirés par les êtres avec lesquels nous avons quelque chose à faire ou à apprendre.  Chaque personne avec qui vous parlez souvent vous aide à mieux vous comprendre.

-    Au lieu de critiquer autrui, essayez de comprendre pourquoi il vous interpelle dans votre environnement.  C’est en observant les autres que vous constaterez ce qui ne va pas chez vous afin de prendre les mesures nécessaires pour y remédier.

-    Sachez que l’avenir est toujours modifiable et que certains humains peuvent lire les préoccupations d’autres.  Dès que nous adhérons à quelque chose, elle devient nôtre, nous la nourrissons, nous lui donnons forme et elle est notre réalité du moment.

-    Au cours de notre existence, nous rencontrons souvent des gens qui sont en accord avec nos souhaits les plus profonds en fonction de notre niveau vibratoire.

-    Toutes nos croyances sont réelles pour nous et nous en faisons l’expérience mentalement ou réellement : si vous avez la conviction que tout va mal, tout ira mal.  Changer votre mode de fonctionnement, c’est accepter de voir ce qui est beau, ce qui ne va pas, ce qui réussi…  Vous pouvez dire : je me transforme, je modifie mes comportements, je suis réceptif… afin de vivre harmonieusement dans la vie.

La liberté

-    La liberté de votre corps de chair est limitée car pour vivre vous devez notamment manger, boire, respirer, évacuer…  La liberté physique s’arrête là où commencent vos besoins biologiques.

-    La liberté intellectuelle est limitée car vous raisonnez suivant votre éducation, vos croyances, votre culture…

-    La liberté du corps et du mental n’existe pas mais celle de l’âme développe la conscience.  Nous sommes un Tout (esprit, âme et corps) qui doit maintenir son équilibre par la reconnaissance de ses émotions, de son ressenti, de ses actes…  Si une émotion est trop forte, vous devez libérer le surplus afin que votre âme soit en paix.

Le subconscient

-    Nous fonctionnons suivant les impulsions de notre subconscient de manière irrationnelle en contradiction avec notre mental rationnel.

-    Technique pour comprendre et atteindre notre subconscient :

o    Asseyez-vous, fermez les yeux et détendez-vous.

o    Respirez profondément par le ventre.

o    Entrez dans ce qui vous pose un problème.  Ressentez-en tous les aspects.

o    Découvrez les aspects positifs et négatifs de votre problème.  Laissez venir à vous toutes les sensations qui se manifestent même si elles ne paraissent ne rien à voir avec votre problème.  Observez votre ressenti.

o    Entrez dans vos images mentales et ressentez les sensations qu’elles provoquent aussi longtemps qu’elles se présentent à vous.

o    Ainsi, petit à petit, vous remonterez à l’origine de votre problème.  Vous constaterez un jour que le début n’a rien à voir avec votre situation actuelle.

 76556292-2.jpg

  L'Éveil de la Conscience

La spiritualité éveille notre conscience en nous faisant reconnaître notre grandeur.Chacun est responsable de ce qu’il est.  Ce que nous ressentons est produit par notre imagination, par notre culture, par nos conditionnements, par nos idées préconçues.  En fait, on ne fait confiance qu’à son propre jugement.

 Toutes nos souffrances sont causées par un désir de posséder quelqu’un ou quelque chose soit à l’intérieur, soit à l’extérieur de nous-même.  Nos croyances, nos idées, nos habitudes construisent un mur qui endort notre mental tout en nous sécurisant.  Observer le flot constant de pensées qui circulent dans notre mental, sans juger, comme si nous regardons un film, permet de connaître la paix en nous-même.

 Tant que nous luttons contre une chose, nous lui donnons le pouvoir d’agir sur nous-même.  Nous traversons la vie avec des idées fixes et lorsque quelqu’un presse sur un bouton, il peut prédire notre manière automatique de réagir.  Lorsque nous prenons conscience d’une chose, nous pouvons en avoir le contrôle.  En prenant conscience de l’absurdité d’un désagrément, nous nous en libérons car il ne nous atteint plus.

 Être d’accord ou pas est lié aux mots, aux concepts, aux théories qui n’ont rien à voir avec la vérité.  Les mots peuvent nous empoisonner si ils sont mal utilisés.  Les mots ne sont pas la réalité mais des indicateurs permettant de la désigner.  Ne cherchez pas la vérité, contentez-vous de laisser tomber vos vieux habits obsolètes.

 Chaque pore, chaque cellule de notre corps ainsi que nos cinq sens nous indiquent ce qu’est la réalité.  Celle-ci est ensuite filtrée suivant nos conditionnements, notre culture, notre programmation, notre langue, nos désirs, nos perceptions et nos peurs.

 Une ouverture d’esprit et de la bonne volonté permet d’entrevoir quelque chose de neuf.  Nous haïssons généralement ce qui est neuf car le changement nous dérange.  Nos anciennes croyances nous apportent la sécurité car nous savons ce qu’elles nous réservent.  La perte du connu produit en nous un sentiment de peur ou de souffrance.  Nous détestons ce qui nous fait peur.

 Pour être heureux, nous devons nous débarrasser de nos idées fausses et voir clair en nous-même.  Si nous désirons trop vivement une chose, nous risquons de ne pas l’obtenir.  S’observer et regarder les êtres et les choses comme si c’était la première fois ou comme un observateur passif conduit au bonheur immédiat.  Pour changer, nous devons comprendre les choses autrement.

 Les événements heureux ne conduisent pas à la découverte de soi-même.  Ils ne nous font pas progresser.  Les situations difficiles nous perturbe et nous oblige à changer notre vision des êtres et des choses. Considérons que nos défauts, nos handicaps et nos erreurs sont des évolutions nécessaires qui finissent par nous faire du bien autant à nous-même, qu’à ceux qui nous entourent.

 Nous devons nous remettre en question : analyser scrupuleusement nos croyances, les comprendre et les changer en cas de besoin.  Nous passons une bonne partie de notre vie à nous préoccuper de nos étiquettes et de celles des autres.

 Nous sommes bon lorsque nous avons conscience de l’être.  Changer, c’est se changer soi-même par l’observation et par la compréhension de soi-même et d’autrui sans porter de jugement.  On change lorsque l’on a conscience de ce que l’on fait en s’observant parler à quelqu’un tout en comprenant bien son message afin de trouver les mots adéquats pour lui répondre.  Pour se transformer, la seule chose à faire c'est de se comprendre soi-même.

 Il existe trois sortes d’égoïsme : faire une chose pour se faire plaisir, faire une chose pour plaire aux autres et faire une chose pour éviter de connaître des sentiments désagréables.

 Chaque fois que nous détestons quelqu’un, nous vivons dans l’illusion et cela nous indique que quelque chose doit changer en nous-même.  Chaque fois que nous nous sentons irrité ou fâché par quelqu’un, cherchons en nous-même la source de notre irritation car notre colère a touché un point sensible de notre conditionnement.

 Méditons sur ce point et notre irritation disparaîtra d’elle-même.  Ce que les gens disent de vous en dit long sur eux-mêmes.  Un sentiment négatif en nous-même nous rend aveugle.  L’absence de jugement nous permet d’être plus tolérant et plus disponible à l’égard de notre entourage.

 Lorsque nous regardons quelqu’un, nous voyons l’être que nous avons installé dans notre mémoire suivant nos impressions et nos conditionnements antérieurs.  Si nous désirons que notre situation s’améliore, nous ne devons pas réagir en fonction de nos préjugés.Nous sommes entourés de joie, de bonheur, d’amour… mais nous n’en avons pas la moindre idée. 

 Lorsque nous nous s’attachons à quoi que ce soit, nous cessons de vivre car nous avons peur de perdre ce à quoi nous tenons ce qui engendre de la souffrance et du chagrin.  Lorsque l’on s’acharne à vouloir quoi que ce soit, on devient cruel, dur et insensible à ce qui nous entoure.Plus nous nous attachons à une chose, plus nous lui donnons du pouvoir.  Chaque fois que nous sommes anxieux ou effrayé, c’est soit que nous craignons de perdre quelque chose, soit que nous avons peur de ne pas l’obtenir.

 Nous devons faire face à nos désagréments, les comprendre, vérifier si nos idées ne sèment pas la confusion dans notre vie et si nos propos ne sont pas générés par nos conditionnements.Nous ne souffrons pas si nous perdons une chose ou un objet qui nous indiffère ou que nous ne possédons pas.  La dépendance envers autrui, la peur de perdre et d’être repoussé par les autres nous met sous tensions.  Lorsque cette illusion tombe, notre réalité change et nous sommes heureux.

 Tout fonctionne suivant un principe complémentaire dualitaire : l’amour, Dieu, le bonheur, la liberté, la joie et la paix… représentant le principe du bien opposé au principe du mal incluant la peur, la souffrance, l’ignorance, la colère, l’angoisse…S’observer sans faire de commentaire, sans se juger, sans se changer tout en comprenant ses actions, permet de se détacher des êtres et des choses afin connaître la paix et de voir plus clair en soi-même.  Avant de demander aux autres de changer, nous devons nous changer nous-même.

 Être sage c’est : observer nos idées noires, les comprendre, savoir que nos sentiments négatifs ne sont que des illusions, qu'ils représentent une réalité filtrée qui n’existe que dans notre cerveau et qu’en nous en détachant, elle ne nous affectera plus car nos idées négatives disparaîtrons d’elles-mêmes.  La sagesse apparaît lorsque nous renversons nos conditionnements obsolètes.

 Avancer c’est : identifier nos sentiments négatifs, comprendre qu’ils sont en nous et non à l'extérieur de nous.  Nous devons nous remettre en question en changeant notre manière de voir les êtres et les choses qui nous entourent.Pour avancer, il faut : oublier tout ce que l’on nous a appris, nous mettre dans le tête d’un enfant innocent, sans expérience, sans programmation qui déforme notre vision de la réalité, regarder en nous-même, examiner nos réactions vis-à-vis de certaines personnes ou dans certaines situations afin de constater que nos comportements sont tributaire de nos préjugés, de nos principes, de nos croyances… positifs ou négatifs.

 Prendre conscience c’est : identifier ce qui ne va pas dans notre existence, comprendre le pourquoi et remettre nos programmations obsolètes en question.  Personne ne peut trouver à notre place, ce qu’une chose signifie pour nous.La source du mal est en nous.  Comprendre les êtres et les choses au lieu de critiquer ou de chercher à nuire évite la déprime, les guerres, la violence et les conflits extérieurs.  La paix apparaît en nous-même et la peur s’effondre si nous prenons conscience de l’absurdité des barrières qui entravent notre bonheur...

 namaste1.jpg

 

 

 Source/http://homeusers.brutele.be/dossiers/spiritualite/conscience.htm

 

 

  

 

  


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×