Le Bien et le Mal

 bien-et-mal.jpgLe mal est limité, le bien est sans limites
Conference improvisée donnée par Omraam Mikhaël Aïvanhov en 1968

La question de la personnalité et de l'individualité est un problème pour toute la vie, et pas seulement pour toute la vie mais pour de nombreuses réincarnations. Car il arrive souvent qu'au moment où il se croit bien inspiré, en réalité l'homme est conseillé et attiré par sa personnalité qui l'entraîne dans les pires malheurs. L'individualité essaie bien de le prévenir des conséquences de ses actes et des accidents qui le menacent, mais il ne l'écoute pas, et même il la fait taire. C'est pourquoi notre premier travail est de nous observer sans cesse: devant chaque idée, chaque désir qui nous traverse, nous devons nous arrêter afin d'en connaître la nature... Oui, connaître la nature de chaque impulsion pour savoir dans quel sens elle va nous entraîner. Malheureusement, très peu sont habitués à faire cet effort: ils se laissent entraîner, ils succombent, ils montent dans la voiture de la personnalité, et ensuite, ils sont assaillis de désillusions et de remords. Si vous pouviez entrer dans le coeur des gens, ou recevoir leurs confessions, vous seriez effrayés! Moi, je suis souvent effrayé de tout ce qu'on me raconte, et j'en tire la conclusion que les humains n'ont pas de notions justes sur les deux natures qui se manifestent en eux.

Les humains sont poussés à satisfaire leurs désirs inférieurs en pensant que c'est eux-mêmes qui en tireront profit. Pas du tout, c'est pour d'autres qu'ils travaillent, mais ils ne s'en aperçoivent qu'à la fin, quand ils ont tout perdu: leurs forces, leur joie, leurs inspirations. Il existe en effet des entités invisibles que l'homme ne connaît pas et qui viennent sans cesse se nourrir à ses dépens. Le jour où il s'en aperçoit, il comprend que toute sa vie il a travaillé pour d'autres, et non pour lui-même, c'est-à-dire pour cette partie immortelle de son être qui doit sans cesse s'enrichir et s'épanouir. Et qui sont ces "autres"? Ce serait trop long à vous expliquer: il y en a tellement, de ces entités qui ont intérêt à se nourrir à nos dépens! Des générations entières ont travaillé à les satisfaire, et maintenant nous avons un héritage, nous traînons avec nous beaucoup de ces créatures, qui, à notre insu, profitent de nous. Si nous pouvions avoir un jour cette révélation, cette lumière, nous renoncerions à travailler pour elles... Par contre, il existe aussi d'autres créatures du monde invisible pour lesquelles nous pouvons travailler sans cesser d'y gagner nous-même, parce qu'à chacun de nos efforts pour les contenter et les satisfaire, c'est notre patrimoine, notre richesse, notre force qui augmentent.

Ceux qui savent s'observer peuvent le constater: après avoir contenté certains désirs ils se rendent compte qu'ils ont perdu quelque chose de leur force, de leur paix, de leur lucidité; c'est bien la preuve que d'autres ont profité à leur place. Si nous étions clairvoyants, qu'est-ce que nous verrions! Ils sont des millions et des millions pour lesquels nous travaillons et qui nous prennent nos énergies... Une fois je parlais avec un écrivain qui se croyait quelqu'un de remarquable parce qu'il avait écrit deux ou trois romans. Je lui expliquais cette question des deux côtés de la nature humaine, et quand il a entendu qu'il y avait dans le monde invisible des créatures qui nous exploitent, qui se servent de nous, exactement comme nous exploitons les animaux, voilà qu'il était indigné, furieux: "Comment? mais ce n'est pas possible!" Je l'ai regardé en pensant que, pour un écrivain, il n'était pas tellement perspicace de ne pas avoir compris que, ce que nous faisons avec les animaux, d'autres peuvent le faire avec nous. Les hommes font travailler les animaux, arrachent leur peau, vendent leur chair sans jamais se demander s'ils ont vraiment le droit de le faire. Certainement, si on demandait leur opinion aux animaux, ils se plaindraient de l'injustice et de la cruauté des humains. Mais les humains, eux, trouvent que c'est normal. Alors, pourquoi n'y aurait-il pas d'autres êtres qui agiraient de la même façon avec nous? C'est logique: ils nous utilisent. Ils nous donnent un peu de nourriture et puis ils nous poussent pour que nous labourions leurs champs, exécutions leurs projets et à la fin, ils nous dépècent pour faire de nous des jambons et des boudins dont ils se régalent.

Si seulement on savait ce qu'est le monde invisible! Il y a toutes sortes de nationalités, de peuplades, de tribus, et quelques-unes s'acharnent sur les hommes, tout comme les hommes s'acharnent sur certains animaux pour les faire travailler, les vendre, leur arracher la peau, les manger: c'est la même chose. Voilà une nouvelle lumière qui sera donnée plus tard à toute l'humanité; pour le moment c'est vous qui en bénéficiez.

Vous comprenez donc l'importance de vous analyser sans cesse, pour vérifier vos pensées, vos désirs, vos projets, comme un joaillier examine les pierres précieuses, les trie et les classe d'après leurs qualités... Car dans certains domaines, les hommes agissent très sagement: ils savent que pour la nourriture, les vêtements, les fleurs, les fruits, les objets, il existe dans la vie différents degrés: les choses et même les êtres sont de qualité supérieure ou de qualité inférieure. Maintenant, que certains trouvent la pauvreté meilleure que la richesse, préfèrent les femmes laides aux jolies, ou choisissent de s'habiller de loques, c'est possible, mais moi je parle de ce qui se passe en général, et dans tous les domaines je constate que les gens établissent spontanément une distinction entre les degrés supérieurs et les degrés inférieurs. Voilà pourquoi les Initiés, en se basant sur cette constatation si simple, vous diront que, de degré en degré, on peut sans cesse aller plus haut et trouver toujours une qualité supérieure, car dans cette direction il n'y a pas de limite. Quand vous rencontrez un homme intelligent, vous ne pouvez pas dire: "Ah! voilà la suprême limite de l'intelligence et du savoir", car il se peut toujours que vous rencontriez une personne encore plus intelligente. On ne peut établir une limite ni dans l'intelligence, ni dans la beauté, ni dans la bonté, ni dans l'amour: ils sont illimités, on peut les amplifier jusqu'à l'infini!

 imagescandzb8n.jpg

Et quand on se dirige vers le pôle inverse, peut-on là aussi aller jusqu'à l'infini? Non, et vous allez voir la différence. Si vous descendez dans la laideur, la misère ou la maladie, vous trouverez une limite, car tout ce qui est inférieur a une limite. C'est comme, en physique, la chaleur et le froid: de degré en degré la température peut s'élever de 0 degré C jusqu'à l'infini, mais elle ne peut descendre au-dessous de - 273 degré. Les particules soumises au froid se bloquent, se tassent les unes contre les autres et ne peuvent plus bouger. Et quand le mouvement cesse, la limite du froid est atteinte. Au contraire, la chaleur, qui dilate les corps, accroît la vitesse des particules et augmente l'espace dans lequel elles se déplacent. Comme l'espace est infini, on ne peut mettre nulle part des limites. Si nous, nous voyons des limites, c'est que nous ne sommes pas encore allés voir et étudier des domaines qui nous dépassent, et nous disons: "Voilà, ça s'arrête là". Non, vers le haut, on ne trouve pas de limites.

C'est pourquoi j'ai tiré la conclusion suivante: le mal est limité dans l'espace, mais aussi dans le temps, Dieu ne lui a pas donné une durée éternelle; alors que le bien est illimité dans le temps et dans l'espace. Voilà une différence que les gens ignorent: ils s'imaginent que les puissances du bien et du mal s'équilibrent. Pas du tout. Si vous voulez une conclusion plus juste, la voici: quand on s'élève vers le pôle positif, on entre dans le temps et l'espace illimités, dans l'infini, dans l'éternité, et c'est cette absence de limites même qui est Dieu. Dieu seul est illimité, tout le reste est limité. Il n'y a donc pas d'égalité de forces entre le Ciel et l'Enfer...

Au-Dessus du bien et du Mal existe une Troisième Loge...Vidéo

Alors, quelle conclusion peut-on en tirer du point de vue moral? Que tous ceux qui ont choisi le chemin descendant de la personnalité, des faiblesses, des désordres, ont choisi la destruction et la mort. Peu à peu, ils disparaissent, parce qu'ils sont si ligotés, si tassés, si coincés au fond du cône renversé, qu'ils ne peuvent plus bouger ni respirer. Au contraire quand on choisit la direction ascendante de l'individualité, on devient de plus en plus grand, vaste et libre. Les êtres vraiment intelligents choisissent ce chemin-là, parce qu'en montant ils trouvent l'espace, la liberté et des quantités de solutions qui leur évitent de se heurter et de se briser. Tandis que ceux qui se dirigent vers le bas se sentent de plus en plus limités et ils commencent à se battre et à s'exterminer mutuellement pour avoir un peu d'espace vital.

Commencez seulement à vivre quelques jours dans des états chaotiques et observez-vous bien: vous constaterez que, de plus en plus, toutes les forces bénéfiques et lumineuses vous quittent et que d'autres présences tout à fait opposées se faufilent en vous. Vous commencez à sentir que quelque chose en vous s'alourdit, s'obscurcit, se fige, que l'inspiration vous quitte... Toutes ces sensations sont déjà un avertissement que l'espace se rétrécit.

Lorsque vous êtes pris dans une foule, dans le train ou le métro, vous êtes coincé, vous étouffez, mais après quand vous sortez, ah! vous poussez un soupir. Quelle joie de respirer librement! Eh bien, ces faits-là, il faut les avoir observés pour découvrir qu'ils ont leur correspondance dans le domaine spirituel. Tout le monde a fait des expériences pareilles, mais qui sait s'en servir, les interpréter et en tirer des conclusions? Alors, dès que vous sentez en vous une sorte d'étouffement, quelque chose qui vous serre, il faut l'interpréter tout de suite et dire: "Oh! Oh! je suis en train de m'égarer, de m'enfoncer, je n'ai pas pris la bonne direction", et reprendre alors le chemin ascendant.

Vous êtes tous passés par des états de ce genre, n'est-ce pas? Au moins quelques heures, quelques jours, quelques semaines... ou quelques années! Oui, tous, mais peu parmi vous s'en sont aperçus et ont compris ce langage. Pourtant il était clair et précis, seulement voilà, il n'y avait pas d'interprètes, car les parents, les professeurs ne donnent jamais ce genre d'instruction. Mais ici on vous révèle les vérités qui vous aident à forger votre avenir. Alors, allez-y, analysez-vous, vous verrez. Que de fois vous avez éprouvé ces sortes de sensations! Et ce n'était pas par hasard. Il n'y avait pas une foule de gens dans votre chambre, ce n'était pas le métro, et pourtant vous vous sentiez écrasés, obscurcis, assaillis par un tourment inconnu, bizarre, ou encore atteints d'une faiblesse, oui, d'une lassitude presque mortelle. Alors, la raison de tout cela, la voici: c'est que vous vous êtes laissés aller et vous devez donc vous efforcer de reprendre le bon chemin...

 le-bien-et-le-mal.jpgÉvidemment, quand on est trop ignorant et que pendant des années on néglige de tels avertissements, peu à peu la situation empire, on continue à s'enfoncer, et ensuite c'est comme dans les sables mouvants: plus on s'efforce d'en sortir, plus on s'enlise, car on n'a plus de bases solides sous les pieds. Que voulez-vous, si vous allez vous aventurer dans un marécage infesté de guêpes, de mouches et de moustiques, ne vous étonnez pas si toutes ces bestioles se jettent sur vous et vous piquent. C'est ce qui arrive dans le domaine psychique: que d'insectes, que de bestioles viennent vous piquer! Et vous ne savez même plus retrouver votre chemin pour les fuir. Que faire? Il ne fallait pas entrer dans ces régions, c'est tout. Pourquoi être allé vous y fourrer? Ces créatures sont chez elles, elles ont le droit de s'agiter et de vous crier: "Alors, vous êtes un importun ici! Que venez-vous chercher? C'est notre royaume", et elles vous poursuivent. Vous devez expliquer vos désillusions et vos malheurs par le fait que vous n'avez pas marché sur le bon chemin. Si vous vous conduisez d'après toutes les règles, il ne peut vous arriver que des difficultés insignifiantes et faciles à surmonter.

Vous voyez qu'au sujet de la personnalité, il y a encore beaucoup de choses à dire. Le point le plus important à savoir, c'est que la personnalité est rattachée très étroitement au monde souterrain. Bien sûr, dans ce monde souterrain habitent aussi des êtres magnifiques, d'excellents ouvriers, et même des dévas. Mais la majorité des créatures souterraines sont peu évoluées, obscures, égoïstes, et comme la personnalité est en rapport avec elles, l'homme qui suit ses conseils et satisfait ses caprices, reçoit les mauvaises influences de ces créatures, et un jour il se trouve complètement limité et enchaîné.

Maintenant, j'ajouterai que nous ne devons pas anéantir la personnalité sous prétexte de nous libérer. Elle est là pour nous donner les matériaux de notre travail sur la terre: c'est, si vous voulez, une vieille grand-mère très riche, et on peut puiser dans ses trésors. Mais il ne faut pas suivre ses conseils ni la prendre pour guide, car elle est égoïste. Mettez-la au travail: comme ouvrière elle fera de grandes choses, car c'est elle qui possède les clés des placards, du garde-manger, etc. Il ne faut pas la tuer, il faut la dominer, la rendre obéissante. L'homme s'imagine que c'est toujours lui le maître, mais non, il se trompe, c'est la personnalité qui commande, et il est son esclave. Que de fois j'ai constaté tout cela! Je l'ai même étudié sur moi... Oui, car d'où voulez-vous que je tire toutes ces connaissances sinon de moi-même, grâce à l'habitude que j'ai prise de déchiffrer, d'analyser, d'observer dans les moindres détails ce qui se passe en moi?... Mais pour être renseigné, ce n'est pas la peine d'aller comme la majorité des gens faire des expériences trop poussées dans certains domaines, car on risque de s'y perdre définitivement.

C'est extraordinaire! Ce qui est négatif, pernicieux, dévergondé, tous sont d'accord pour aller le vérifier. Si au moins ils le vérifiaient de loin, en y touchant à peine, et se contentaient de ce peu pour tirer leurs conclusions, je comprendrais... Ah non, ils font l'expérience à fond, et pas seulement une fois, mais dix fois, cent fois, sans penser qu'il ne leur restera plus de ressources pour le jour où ils voudront connaître autre chose. Supposez qu'après avoir fait toutes sortes de folies, quelqu'un se décide à tenter des expériences célestes, veuille connaître l'immensité, la splendeur, la lumière... Il ne pourra pas, il n'aura plus ni conditions, ni moyens, ni possibilités, car tout sera dépensé, gâché. On ne peut plus faire d'expériences divines une fois qu'on a gaspillé ses énergies ailleurs. S'imaginer que c'est possible, c'est ne rien connaître à la science de la vie. On est déjà en faillite, en banqueroute et on s'imagine qu'on va pouvoir faire des expériences célestes avec la même fraîcheur, la même intensité, la même force, la même souplesse? On est tout sali, tout pourri, et on va parcourir les cieux? Mais quelle ignorance! Jamais personne n'y a réussi. Seuls ceux qui ont à peine touché ce monde souterrain, qui ne se sont pas enfoncés complètement, ceux-là, oui, peuvent remonter la pente, réparer les erreurs, rétablir le courant. Mais ceux qui veulent aller au fond des expériences les plus grossières, je leur dis: "Allez-y si vous voulez, je suis curieux de voir ce que vous ferez après. " Rien. Ils ne pourront rien faire, ce sera fini, tout sera perdu pour eux.

Du côté du bien il n'y a pas de limites, c'est pourquoi je pense qu'une des meilleures définitions de Dieu est la suivante: là où il n'y a pas de limites, là est la Divinité. Dieu se trouve uniquement dans ce qui est immortel, éternel, infini. Tout ce qui est limité dans le temps et dans l'espace, ne peut Le représenter. Le bien ne possède donc pas de limites, c'est comme la chaleur: même si elle atteint des millions de degrés, on ne connaît pas encore la température limite. L'année dernière, quand j'ai visité l'Exposition Universelle de Montréal, j'ai vu dans le pavillon russe une machine formidable qui pouvait produire des millions de degrés pour faire des travaux sur toutes sortes de substances chimiques et organiques, et même sur le plasma.

S'ils raisonnaient correctement, les humains seraient arrivés à la conclusion que si la nature elle-même a établi une échelle des valeurs avec des qualités supérieures et des qualités inférieures, c'est la preuve qu'il existe deux directions que l'on peut prolonger; mais le mal s'arrête à un certain degré, tandis qu'on peut amplifier le bien indéfiniment. Si on n'a pas su réfléchir et tirer des conclusions sur la chaleur et le froid, c'est qu'on ne sait pas encore lire le langage de la nature.

Le monde d'en bas n'est qu'un reflet du monde d'en haut. Alors, si vous raisonnez bien... Oui, mais il faut pouvoir habituer votre cerveau à bien raisonner, c'est-à-dire réparer les déformations que le monde, la famille, l'instruction ont imprimées sur vous, comme sur moi d'ailleurs. Mais moi, j'ai travaillé pour m'en débarrasser, et si vous aussi vous arrivez à vous libérer de toutes ces déformations, vous aurez le même raisonnement que moi et vous ferez les mêmes découvertes que moi. Chaque jour je vous dévoile des vérités que vous ne pouvez pas nier; je ne les invente pas, elles sont là depuis l'éternité, mais on ne les a pas vues parce qu'on s'est laissé déformer par la culture actuelle. Il faut donc de plus en plus s'en dégager, sinon on passera toute la vie sans rien découvrir. Et moi, jour et nuit, je nage dans ces vérités, seulement je ne peux pas encore toutes vous les communiquer. Tant que vous ne vous êtes pas dépouillés de toutes vos conceptions erronées héritées de votre éducation, vous ne les comprendrez pas, vous ne les accepterez pas.

Imaginez qu'on ait tracé sur un même papier deux dessins, l'un à l'encre rouge, l'autre à l'encre verte. Quelqu'un vous donne des lunettes rouges, vous regardez, vous ne voyez pas le dessin rouge, mais seulement le vert, parce que rouge sur rouge, les couleurs se confondent. Et supposez que ce dessin vert soit très quelconque, ou même laid, vous ne verrez pourtant que lui. On vous donne maintenant des lunettes vertes: vous voyez alors le tracé rouge. Vous êtes étonné, vous vous écriez: "Ah! mais il était là! " Eh oui, il était là, mais vous ne le voyiez pas, parce que les lunettes qu'on vous avait données jusqu'ici vous empêchaient de le voir. Alors, quand vous regardez les arbres, les étoiles, les montagnes, tout le monde physique, vous ne voyez qu'un des deux tracés: il y en a un autre, derrière, que vous ne voyez pas encore... Et moi je vous donnerai maintenant d'autres lunettes pour que vous puissiez le voir. Peut-être même qu'alors vous commencerez à ne plus voir le premier? Tant mieux! On l'a tellement vu, ce n'est pas la peine de s'appesantir éternellement sur lui... La nature a fait deux dessins, il faut essayer de découvrir le second, l'inconnu... D'ailleurs, n'en a-t-elle fait que deux? Je dis deux pour faciliter la compréhension, mais en réalité elle en a fait des milliers!

Voilà, c'est simple, c'est clair: vous devez connaître les deux directions qui sont en vous et savoir que, si vous prenez le chemin descendant, vous serez sur une voie sans issue, dans un cul-de-sac comparable à ce zéro absolu (que d'ailleurs on n'a jamais pu atteindre) qui se caractérise par l'immobilité totale des molécules. Tandis qu'en prenant le chemin ascendant, vous aurez accès à l'infini, et quels trésors sont entassés là, le long de la route!...

La majorité des humains mènent une vie au ralenti. Une fois qu'ils ont un métier, une maison, une femme ou un mari et des enfants, ça leur suffit, ils sont contents. Et quand ils entendent des idées nouvelles comme les nôtres, ils disent: "Mais il vient nous déranger, ce bonhomme-là! On est très bien comme on est! " Eh oui, depuis les temps préhistoriques, ils sont habitués à vivre comme ça, et voilà que j'arrive, moi, et je leur casse les pieds, je ne les laisse plus tranquilles, alors ils poussent des cris. Oui, même les frères et soeurs de la Fraternité trouvent que je les bouscule. Mais rien à faire, on m'a donné cette tâche, je dois l'accomplir, que cela vous plaise ou non. Je suis obligé de ne pas vous laisser tranquilles, et quand ici vous vous plaignez, en haut dans le monde divin il y en a d'autres qui applaudissent et se réjouissent! Je sais bien que d'après l'opinion des humains, la façon dont je vous secoue n'est pas tellement appréciée, mais en haut, ils trouvent que mes méthodes facilitent beaucoup votre évolution.

Vous possédez un champ. Si vous y semez en même temps de bonnes et de mauvaises semences, les deux pousseront ensemble, car la terre alimente toutes les graines. Vous ne pouvez pas lui dire qu'elle est stupide, qu'elle devrait étouffer les mauvaises graines et ne laisser pousser que les bonnes, car elle vous répondra : « Je ne comprends pas ce que tu racontes. J'alimente et je protège toutes les semences. Pour moi tout est bon, même le mauvais est bon. » Si vous lancez de bonnes pensées, la moisson sera magnifique ; mais si c'est des mauvaises pensées que vous projetez, la nature va aussi les alimenter, les fortifier, car le mal a également la liberté de pousser. Jusqu'à quand ? Jusqu'à la moisson. A ce moment-là, le maître du champ donnera l'ordre de jeter au feu les mauvaises herbes et de remplir le grenier avec le bon grain. C'est ce que Jésus a enseigné dans la parabole de l'ivraie et du froment. Il savait que le mal comme le bien a le droit de pousser, mais que c'est à l'homme de ne pas semer le mal...

Omraam Mikhaël Aïvanhov Le Bonfin, France, 3 Septembre 1968 La clef essentiel pour résoudre les problèmes de l'existence, Oeuvres Complètes, © Éditions Prosveta

www.prosveta.com

 Source Vidéo /http://www.prosveta.fr/le-bien-et-le-mal-deux-forces-qui-font-tourner-dvd-pal

 5-barre-185.gif

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×