Le Silence De L'Harmonie

A0375ea4

LE SILENCE DE L'HARMONIE...

" Apprends le silence et tu apprendras à entendre."

C'est en apprivoisant son propre silence que l'on arrive à ouvrir plus largement son champ d'apprentissage. Tant que l'on passe le plus clair de son temps à focaliser sur ses paroles plutôt que sur son écoute, on est dans le "vouloir donner" plus que dans le "accepter de recevoir"...
Et la sagesse n'est qu'à quelques très rares exceptions près fruit d'un enseignement que l'on donnerait soi-même...
Le silence est aussi un bon moyen de traduire et de faire reconnaitre son humilité et son respect à la face du monde.
Le silence est une victoire sur son propre orgueil, en réussissant à imposer l'écoute qui permet à l'autre de se dire et de se signifier comme un autre égo aussi important que le nôtre particulier... plutôt qu'en étant narcissiquement flatté de l'écoute dont les autres témoignent à notre égard.

La flatterie narcissique de sa propre "grandeur" ne peut rien apporter. Il faut s'extérioriser de son petit monde personnel si 'lon veut goûter à des horizons plus élargis.
Le silence de la solitude est facile à apprivoiser, c'est le "silence social" qui demande plus d'efforts...
En effet, il est considéré comme "normal" de communiquer avec ses pairs, même si l'échange n'est pas hautement satisfaisant. La communication relationnelle s'appuie essentiellement sur le langage, le silence est vu comme une sorte d'échec de communication. On occulte complètement sa dimension de recentrage et de réflexion, d'apaisement et de gestion des tensions et des émotions.

Le silence nous apprend à aiguiser nos perceptions, et pas seulement nos perceptions auditives. Dans le silence on est plus attentif...
Le silence développe nos facultés de concentration et d'observation, notre capacité de réflexion et d'imagination, comme si nous avions sans arrêt besoin de remplir notre monde d'éléments témoins de vie...
Se revendiquer du silence, c'est un peu comme entrer dans un supermarché avec un caddie vide, une faim de trois jours et un budget restreint... On est forcés de prêter attention à la fois aux quantités et à la qualité des choses...

Le silence a une fonction d'évacuation...
Il permet de vider le brouhaha continuel dans lequel nous sommes immergés en cette ère de surconsommation médiatique et technologique.
Le cerveau humain est ainsi fait qu'il emmagasine à notre insu des tas d'informations, qui ne nous sont ni indispensables ni utilisables, juste qu'elles entrent en nous via notre perception multisensorielle, sans que l'on en ait conscience, et petit à petit elles prennent tellement d'espace qu'elles font disparaitre l'espace-réflexion individuel que chacun a en soi...
Le silence permet de reprendre contact avec cette espace-réflexion personnel, et d'ainsi réactiver notre fonctionnement individuel d'analyse des situations. Cette fonction est essentiel si l'on est à la recherche de l'harmonie intérieure, c'est-à-dire un moyen d'apprécier le monde et de s'y sentir partie nécessaire autant que les autres...

Le silence, non seulement recentre, mais nous donne une place pour vivre, une place à soi, sa place... parce qu'il réenclenche des processus de jugement et d'évaluation issus de nos ressentis et de nos perceptions immédiates, alors que le brouhaha de la vie nous en éloigne...
Il est plus que jamais nécessaire de redonner au silence la place qui lui revient, si l'on veut retrouver un monde acceptable pour vivre, un monde acceptable pour soi-même d'abord, et par conséquent un monde acceptable pour les autres...
En effet, si nous trouvons et nous prouvons cette "acceptabilité" à nous-mêmes, nous devenons plus efficace pour la transmettre aux autres...

Le silence est une source d'enseignement individuel tournée vers l'extérieur... Franck Herbert

Source.... http://www.justedesmotsquinousressemblent.com/article-27255489.html

Dqr0wn6x

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×