Les Cahiers de L'Ange

1239358 652465191483687 1079854404 n

LES CAHIERS DE L'ANGE
Il s'appelle René et il est né en 1932. Il est décédé en 2012 et a rejoint, sans anxiété peut-être, cet autre monde qu'il percevait derrière le rideau. René a connu une enfance assez calme au niveau familial, mais sous la seconde guerre mondiale. Ses parents fuient la zone occupée, il est alors trop petit pour vraiment en prendre conscience. Il n'a pas souvenir d'avoir manqué, mais il garde en mémoire le visage de ses proches : préoccupés, en larmes lorsque la mort frappe. Et la guerre est aveugle. René sort de la guerre et fait partie de la jeunesse qui reconstruit par le travail l'Europe effondrée. Mai 1968 ne lui parle pas : il est déjà trop vieux pour s'en émouvoir et ses enfants ont déjà passé l'âge de raison. C'est un homme simple, travailleur, responsable.

Son épouse décède d'un cancer en 1978. A l'époque il "boit déjà le verre de l'amitié" avec le guérisseur de son village et s'initie au magnétisme - avec succès - C'est un homme doux et il apporte rapidement une aide précieuse à ses proches. Jamais il ne lui est venu à l'idée de communiquer avec son épouse décédée, à l'époque ce n'était déjà plus la mode du spiritisme et la vie après la mort ne passionnait pas les foules.En 1982 il se réveille en pleine nuit avec le sentiment qu'on lui commande d'écrire. Il écrit...Le début de longs propos dans un style simple et clair. Il se demande s'il est fou ! Mais il garde comme on le faisait à l'époque : on ne sait jamais. L'affaire a duré plus de 10 ans.Lorsque nous le rencontrons par le plus grand des hasards dans les années 90, il mettra plus de 6 mois de contacts répétés avant d'oser nous montrer...Si nous choisissons aujourd'hui d'offrir sur le Web ces "morceaux choisis", malgré notre méfiance vis à vis du channeling, c'est justement parce que René n'a jamais profité de ses échanges (malgré les recommandations qu'il recevait) avec un "autre monde". Il était honnête et se méfiait même de lui-même...

NOTE:Gardez votre discernement habituel et profitez de ce qui vous semble bon.
Cette "publication" se fait avec l'accord des héritiers de René, ceux-ci conservant le droit d'éditer la totalité des textes si besoin est...

Premiers Échanges avec l'autre monde...

René raconte :"c'était une froide nuit hivernale. J'étais fatigué, je m'étais endormi tout de suite après une journée très longue, de nombreuses personnes souffraient d'arthrose et les soulager prenait beaucoup de temps.Je me suis réveillé vers 2 heures du matin avec un drôle de sentiment, une sorte de voix dans ma tête. J'ai cru que je faisais un rêve. Mais une fois bien réveillé, "ça" a recommencé. Je n'étais pas peureux, mais dans ma famille on craignait le spiritisme et les choses trop étranges.Je ne me rappelle plus du temps que ça a duré, mais impossible de me rendormir. Je me suis donc levé et j'ai pris un papier et un crayon pour arrêter le truc.Au bout d'une heure, j'avais écrit 3 pages et je suis parti dormir comme un gosse. L'affaire s'est répété pratiquement 2 fois par semaine pendant 10 ans.Au début, je n''y croyais pas, je me croyais dérangé. Puis les textes prenaient du sens avec ma vie et certaines choses étaient vraies. Je pensais à ma femme qui était parti et j'avais envie d'avoir des réponses.Voilà comment tout a commencé"...


1d111b0e

Il existe un autre monde....

René, éveilles toi, prends un papier et un crayon, et écris.Si tu fais des fautes ce n'est pas important, ce qui compte, c'est le message, le contenu, pas la grammaire ou l'orthographe. Un jour ce sera fondamental pour les enfants de tes enfants. René, le monde n'est pas seulement ce que tu perçois depuis ta fenêtre et ton jardin, le monde est l'expression créative d'autres énergies, d'autres sources. Le monde n'a pas de commencement ni de fin, tu as déjà entendu l'alpha et l'oméga, le temps n'est pas non plus ce que tu crois et toi-même tu es déjà un monde, un monde dans le monde.Retiens ceci, il existe un autre monde, des autres mondes, une infinité d'autres monde. Quand tu regardes votre télévision, tu changes de chaîne. Un jour, vous pourrez aussi changer de monde. C'est la même chose. Les mondes sont parfois empllés comme des feuilles dans un classeur, chacune est réelle, mais chacune est indépendante de celle d'avant ou d'après. Seul le stylo peut aller d'une feuille à l'autre, mais ton regard aussi. Si ton regard peut lire, Un jour ton esprit voyagera librement.

Tu crois que tu es fou, que tu rêves tout éveillé ? Non, tu t'éveilles seulement, tu sors de ton rêve, ta vie n'est pas ce que tu crois. Je ne suis pas une voix dans ta tête, je suis ce que vous appelez un Ange, l'idée que vous en avez, c'est différent, ça aussi c'est très différent. Ange, ça ne veut rien dire du tout, c'est un mot de votre culture et de votre religion. Quand tu croiras en moi, je t'expliquerai. Je dois te réveiller doucement, quand on réveille une personne trop vite, elle se sent mal. Je ne veux pas que tu te sentes mal.Ta femme n'est pas morte. Mais tu n'es pas vivant, pas plus qu'elle n'est morte. Tu ne peux pas la voir, elle ne peut plus te parler. Mais vous existez tous les 2. Je vois que ces mots te donnent espoir. Tu as raison, vous avez envie de croire et c'est bien, c'est un bon moteur pour prendre vos mots. Mais les croyances religieuses sont si petites, oui petites, si peu de vérité et tant d'erreurs. Bientôt un grand mouvement spirituel, pas comme ce que vous avez appelé le spiritisme, non, un grand mouvement de l'âme va se mettre en marche. Votre siècle a achevé le cycle de leçons dans la matière, vous avez presque tous tout connu : la guerre, la paix, la richesse et la pauvreté, la faim ou l'abondance, le partage et l'égoïsme, le succès et l'indifférence. Une minorité d'entre vous a vraiment compris. Vos peuples répètent les mêmes erreurs et votre confort actuel ne durera pas. Votre monde aussi doit devenir "un autre monde". Ne laissez pas le plus petit nombre diriger les guerres, ne laissez pas la plus petite partie de vous-même diriger votre égoïsme. Mettez un terme à la douleur que vous créez et libérez vous.

Je suis là pour t'aider à créer un monde de paix, d'abord pour l'écrire, puis un jour le créer. Si ce n'est pas toi directement, ce seront les enfants de tes enfants. Tu m'entendras de mieux en mieux, comme tes mains ont appris à ressentir et soigner la douleur, ton esprit apprendra à écouter et observer. Je n'agirai pas dans ta vie de tous les jours, il n'y aura rien de bizarre, pas de table tournante, pas d'objets qui bougent, pas de miracles, pas d'ennuis. Tu restes le maître de ta vie. Mais si tu me demandes de l'aide, de la paix, de la joie, je serai ton allié. Donnes moi un nom, je vais te le souffler, un nom d'ange, tu m'appeleras Joseph, comme le père. Je suis la voie du Père, mais je ne suis pas le Père.

J'étais très en colère. Je faisais et j'ai toujours tout fait pour aider mon prochain. Dans ma famille, on était plutôt pieux et même si on était pas très pratiquant, on avait le respect de l'église et de la Foi. ALors après la mort de mon épouse, je voyais chaque jour la souffrance des habitants du village ou des villages d'à coté ramener leurs souffrances en plus de la mienne. J'étais seul et je faisais face sans parler, mais toute la journée j'entendais les uns et les autres qui se plaignaient. le Dieu de l'église, je me demandais bien ce qu'il fabriquait. En tout cas, je n'avais pas l'idée qu'il m'écoutait. Et puis, ce n'était pas comme dans "Don Camillo", il ne me répondait jamais.... Après ce qui s'était passé la nuit, j'avais réfléchi : je ne pensais pas être Fou et aucune blague n'était possible. Alors qui me parlait ? Car ça n'avait rien changé à mes problèmes ! J'étais toujours seul, personne avec qui partager mon verre de vin ou mon plat, même si je bénéficiais de pas mal d'invitations de la part de ceux que je soignais. C'est à ce moment là que j'ai passé ma deuxième "nuit blanche"...

M10939

Le second contact, deux semaines plus tard... 
Apaises toi René, tu trembles de colère dans ton sommeil. Ne juges pas sans savoir. Comprends et transmets, questionnes moi, aucun secret entre vous tous et moi ou ce que je représente et que nous appelons "Le Père". L'amour est la priorité, tout le reste, science comprise, est secondaire. L'énergie subtile dépend de l'Amour qui enclanchera tout le reste. S'inquiéter est inutile.La colère ouvre la porte aux démons, la colère, c'est la chute infernale dans une matière sombre et dense, la votre ou pire. L'amour, c'est élévation, beauté, subtilité de toute création. De même que la beauté est amour. Aimes et tu seras sauvé, car rien ne pourra t'atteindre ou te corrompre.
René pose à voix haute sa première question : Pourquoi toute cette douleur ?
Parce que souffrir, c'est vivre et qu'ils préfèrent souffrir à leur peur du vide, du néant, on vous fait croire que le vide existe et ils/vous adherez à un programme de souffrance librement accepté. Le vide n'existe pas, on ne peut pas créer le Rien. Si ils/vous choisissiez d'arrêter cette histoire, elle s'arrêterait tout de suite, maintenant, et même le suicide ne peut changer ce mécanisme.
Seconde question de René : La punition, le pêché originel ?
C'est du vent, de l'illusion, comme tout système punitif, vous construisez vous mêmes vos systèmes punitifs, même les démons sont issus de vous, de votre force de création, de votre souffrance et de votre mal de vivre. Les démons existent et sont aussi issus du Père, car tout a sa source dans le Père, dans son énergie primordiale. Mais, même si tout ce qui est créé existe, vous êtes condamné à progresser et à sortir de votre shéma, les démons aussi. L'enfer éternel n'a pas de sens, l'éternité n'a de sens que pour le Père, mais pas pour une existence figée dans la matière.
Ce n'est qu'après votre retour (de la matière) que vous serez vraiment Humain, Homme, soit comme le Père, que vous appelez Dieu, complets et réels, à l'image même du Père et de l'énergie primordial, son égal. Votre forme humaine terrestre n'est que l'image d'un instant, même si à votre niveau vous croyez dans cette vie. Ce n'est qu'une image, de ce que vos scientifiques appellent un hologramme.Commentaire de René à haute voix : Tant de douleur, c'est insupportable!

L'insupporter est vital, et appartient au processus de vie. La souffrance est la mort. Je/Le Père/Nous ne tolérons pas la souffrance. Nous la haïssons, si cela était possible, pour l'homme que j'ai déjà choisi d'être, nous la haïssons pour toi aussi, sois en paix, la souffrance est bannie de la source et elle n'y a pas d'existence au pays du Père. Votre peur mène aux erreurs, vos erreurs vous conduisent à votre souffrance, c'est le mécanisme infernal. Voilà le travail des démons que tu combats en soignant les souffrances. Tu ne dois pas "supporter" la souffrance, ta paix doit la soigner, c'est la meilleure façon de la combattre. La peur est votre erreur/faute de conscience de départ, comme l'enfant a peur de tomber quand il devient conscient qu'il est debout et doit marcher. La peur est la "pomme" empoisonnée du jardin d'Eden, mais l'arbre qui vous a nourri de la conscience individuelle et qui portait la pomme était le même.Commentaire de René à haute voix : je ne vois pas comment dire aux gens de ne pas avoir peur alors qu'ils manquent de tout...

Le manque est une question de conscience et d'amour. L'amour devrait créer le partage, même sur votre terre, et la conscience qui a créé la peur, cette même conscience, peut créer l'évasion, ce que vos civilisations d'Asie et d'Orient nomment le "détachement". De quoi pourriez vous vraiment manquer en ce cas ? Votre peur, celle de la mort, puis celle du manque qui devient la peur du manque de votre argent, va corrompre votre monde jusqu'à la destruction. Un jour proche vous détesterez le pouvoir de l'argent et ses effets. Pire qu'une maladie, Pire qu'un handicap, l'argent vole votre paix et vos sourire, il vole vos familles et détruit votre société. L'argent a tué Jesus le Christ (et bien d'autres), la bourse de Judas est le symbole du Démon, la Bourse, Pas Judas. Judas appartient au Père, la BOurse a été créée par votre grande machine à hologrammes. Jamais le Père n'a "voulu" le Manque, le Manque est un hologramme. Si vous pensiez à créer un hologramme de partage, le manque cesserait, la peur s'aténuerait, l'hologramme de la trahison s'éteindrait. La peur crée le vouloir et votre volonté a créé ce monde, ce monde a créé la souffrance. Question de René : pourquoi ne pas avoir créé un homme et une terre parfaits ?
Vous n'êtes pas une "fabrication", mais une extension, une vision de la source Père, une extension égale à l'original, vous êtes "nés libres et égaux" pour reprendre vos propres mots (que vous n'appliquez pas). Pour devenir la source, vous devez donc devenir librement la source de toute vie. Le Père/Je n'a pas le pouvoir/droit de fabriquer un double, ce que vous appelez un "clone". Dans votre imaginaire, les clones n'ont pas d'âme. En fait, c'est une bonne image. Nul ne peut créer un double semblable de lui-même, c'est un non-sens. Vos "clones" naissent libres et égaux. Au bout du chemin, la source s'étend, cette extension est infinie comme l'idée que vous avez de l'univers matériel.Même les Anges, que vous appelez ainsi, sont des extensions du Père et ont eu leur propre cheminement, regardes le principe de votre bible et des anges déchus : ils sont venus libres et égaux et ont eu le droit de choisir. Leur choix, à leur niveau, est le même que le votre. Vous êtes libres pour l'éternité, plongés aujourd'hui dans des lois qui ne sont pas celles du Père, mais les votres propres.
C'est comme si tu accusais le Père de mettre les gens en Prison. N'oubliez pas que c'est vous qui avez tué Jesus le Christ, et pas le Père. N'inversez pas les rôles. Le Père n'a pas à permettre ou non. Le Père n'a pas mis vos gens en Prison, la Terre n'est pas une Prison que j'ai créée, c'est votre propre extension et votre propre hologramme et il en est ainsi du droit de chaque créature à créer ses propres hologrammes, il existe tant de "Mondes" peuplés par tant de créatures. Toutes ne souffrent plus comme vous. Sois en paix René, calmes ton esprit.

Commentaire ...Difficile de dire si ce (beau) texte apporte plus de questions que de réponses ou l'inverse..... Nous qui avons lu l'ensemble très copieux de tous les textes n'avons quand même pas le sentiment de "savoir", ni même de "comprendre", c'est un peu comme si ces mots avaient perdu leur raison d'être. Plus on découvre et moins l'on sait. Comme disait "Socrate", "Je sais que je ne sais pas".... Le profil de René, veuf, soignant, ne l'empêche pas d'être lui-même en "rogne" après ce Dieu qui lui a "repris" sa femme, du moins c'est ce qu'il croyait. Nous verrons que sa Colère va effectivement se calmer et que René va aider de plus en plus de gens...

1d111b0e

Le troisième échange : le rythme s'intensifie...

René part prendre stylo et papier avec une certaine angoisse : j'ai tant de questions sans réponse ? Pense-t-il.

Pourquoi ? C'est un refrain ! Et si tu demandais plutôt Comment ? Sans plus de réflexion que ça ! Nous ne sommes pas là pour vous servir de bourreau et ne souhaitons pas non plus prolonger votre séjour dans de mauvaises conditions. Modifies le comment et le pourquoi n'aura plus de sens à avoir. C'était le message initial de vos évangiles, le message perdu : savoir être plutôt que savoir penser et tout le reste en aurait été modifié, les questions tomberaient tels les poils des animaux au printemps : une toison complète de questions inutiles !Mais ne faut-il pas comprendre les problèmes pour les régler ?

Oui et Non - Oui, faire comme une sorte de bon diagnostic, mais si vos diagnostics permettaient de guérir, hors il n'en est rien, vous ne guérissez pas malgré les progrès de vos recherches et le mal ne cesse d'empirer - peut-on parler de Cancer de votre société ?Oui

Ellee meurt à petit feu en vous privant des ressources utiles à la vie - vous mourrez de faim à coté d'un bon restaurant, vous manquez de bois de chauffage à coté de la forêt, vous manquez de pulls à coté du mouton. Donc le pourquoi est inutile - Pire encore, il vous conduit, tel un mauvais berger, dans une grotte sans issue : votre carverne de Platon et là, vous ne voyez plus que d'austères ombres chinoises effrayantes qui vous empêchent de sortir de la caverne et cultiver votre jardin.

Vos questions doivent être accompagnées d'une démarche altruiste et d'un vaste mouvement de partage - dans ce cas, l'altruisme apportera la solution à toute question, l'altruisme et non votre science qui évolue et se met en forme grâce à des objectifs faux ou tronqués. Donc votre science aussi est dans sa caverne et vos scientifiques ont des massues et des peaux de bête et chassent le Dinosaure ou lieu d'observer les mécanismes naturels qui permet de maintenir le monde en bonne santé. Vous devriez être des observateurs avant d'être des chercheurs car toutes les solutions vous sont données en regardant le monde avec vos 6 sens : le toucher, la vue, l'odorat, le goût, l'audition et le sixième sens qui dirige l'ensemble comme un chef d'orchestre, le sens spirituel, entends le sens de l'esprit, le sens qui relie le corps et l'égo/expression de l'âme à tout le reste de l'hologramme pour l'évaluer et le modifier à mesure (c'est à dire en le mesurant autant que le sens de la mesure). Si tout le monde est d'accord pour changer les textes de la grande pièce de théâtre, elle changera et la guerre ne sera plus, et la famine ne sera plus et l'horreur ne sera plus, ni le meurtre, ni la cupidité, la fin de tout et la fin du théâtre car les acteurs pourront se retirer en paix,Ainsi devrait finir le mythe de votre Platon...

Observez et vous guérirez, mais surtout, il n'y a rien à changer car tout dépend des acteurs et non l'inverse. En es tu conscient ?

A peine (réponse de René), c'est comme si le voile était plus transparent, mais pas tout à fait, je me sens fatigué et impuissant et je suis seul.

Oui, votre Théâtre déraille dans sa globalité et ses acteurs sortent des textes prévus. C'est le début de l'adaptation finale, certains ré écrivent la pièce, d'autres cherchent à y mettre un terme. Tous ou presque se révoltent à leur façon contre cette mauvaise pièce. Et il est très difficile pour toi de vivre cela. Ne désespères pas, tu as de la force, la force sacrée. C'est un Plan difficile, mais entends le mot Plan qui est utilisé dans votre Cinéma, ce n'est pas un Plan de Dieu, mais une scène difficile à jouer, une page difficile à tourner. Et tu fais partie de ceux qui ont choisi de tourner la page en apportant des bienfaits et non la froide révolution et sa cohorte de meurtres. Oui toutes ces informations pour te sensibiliser aux effets de la violence, qui a construit sur la violence, navigue sur la violence, meurt dans la violence. Il n'y a pas d'autre issue, car travailler avec une énergie veut dire aussi que le monde entier se bâtit avec cette énergie, c'est un peu comme de faire un gâteau avec des pommes pourries : le gâteau ne peut pas être bon.

Respires - tu dois concentrer cette énergie pour toi-même pour commencer afin de pouvoir nourrir les autres comme le bon père que tu es. La peur te gêne, la peur de l'objectif, la peur du mot fin et de ta mort à toi l'acteur. Il va falloir "quitter le métier" à l'issue de la dernière scène. Et ça ne te fait pas plaisir, en tous cas ta part terrestre s'afflige des maux perdus, oui des mots perdus. La partie égotique est triste de ne plus avoir le droit de participer au grand théâtre. Mais ta part profonde existe et prendra le dessus à l'instant même où tu le décideras.

Comment puis-je en décider ?

C'est encore tôt. Ta tête te sert dans une certaine mesure. Supporter ce "cinéma" à vie demande beaucoup de force et rien ne t'est donné sans donner de ta propre personne. Ce "rien de gratuit" a une fonction essentielle, ce poids de souffrance te conduit a tes recherches personnelles et à ta volonté toute puissante de changer les choses.

Ta recherche ne doit pas te faire oublier de vivre l'essentiel : le grand changement. Tu conduis par le changement, plus que par les mots. Le pouvoir des mots, c'est le pouvoir des maux. Ne l'oublies pas, ils ont éteint le vrai Son. Le vrai Son a été éteint par les mots, comme l'image véritable a été détruite par le reflet. Donc le Son primordial a disparu dans la tempête et le bâteau s'est égaré car il n'a plus d'instrument pour communiquer avec le rivage éternel qui l'attend. Vous avez perdu "le mode d'emploi" de votre théâtre.

Comment le retrouver ?Expérimentes le...

Nos commentaires ...

Nous pourrions passer des heures à réfléchir sur cet échange avec un Joseph/Père/Source qui nie absolument être responsable de nos souffrances ! Et qui nous invite à expérimenter illico autre chose. Un guide qui critique ouvertement la science et la culture et les compare à l'une des maladies les plus graves de la société moderne actuelle : le cancer. Le progrès ne serait donc pas dans le "Savoir", mais plutôt dans le "Vivre" à modifier ce qui ne nous convient pas. La difficulté ? Comme il le dit lui-même, il faut que Tous les acteurs changent leur texte...

60651133

Une relation qui s'Approfondit...

Commentaire préalable:Les mots sont écrits rapidement d'une petite écriture traditionnelle, serrée, difficile à déchifrer ! René ne se plaignait pas beaucoup et se vantait encore moins, sa discrétion était connue. Lorsque nous échangions avec lui, il opposait souvent à nos questions le même visage interrogatif, nous laissant le goût du doute, mais pas celui de l'amertume, car c'était un homme bon.Sinon, pour répondre à une question que nous nous sommes posés et à laquelle il a répondu, René n'a pas, ou rapidement plus, supposé que "Joseph" était LE Joseph des évangiles. Pour lui il s'agissait plutôt d'une métaphore, un type "d'image" qui faisait partie des habitudes de l'entité pour "parler" avec lui. De même qu'il ne croyait pas que ce soit vraiment un "Message Chrétien", mais plutôt un message spirituel...

L'échange entre René et "Joseph"...
Tu as l'air en paix aujourd'hui.Tu n'es pas fragile ou sensible, tu es fort et capable de relever la tête, tu ne dois pas déconsidérer ce que tu es.Oui, il faut considérer le bon, ce qui va, et non ce qui ne vas pas. Comment serait-il possible de vivre avec cette casserole que sont vos défauts, pêchés, et la liste infinie de maux, liste que vous allongez tous les jours de ce que vous n'avez pas le droit de faire, pas le droit de penser, pas le droit de réfléchor et pas le droit d'envisager. "Pas de", vous ne construirez pas le monde de vos enfants ou de vos petits enfants avec "pas de", mais grâce à la liste de tout ce que vous devez réaliser pour la communauté : chacun pour la communauté à laquelle il appartient, pour les autres et pour lui-même. C'est une merveilleuse application de votre "aimez votre prochain comme vous-même". Le soi-même, le respect du à soi est à la base du respect du aux autres. Se satisfaire est la base du non égoïsme. Un homme heureux est plus disponible aux autres. Un père dans la souffrance se défend et cause du tort, même à ses enfants; et aux autres.
Sortez de vos défenses, votre façon est défensive, offensive, une communauté qui vous fait offense. Remarques la aussi le lien avec votre prière : "Pardonnes nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé", les offenses ne doivent pas donner lieu à correction, mais à pardon : on tire un trait de plume sur ce qui n'a pas d'intérêt et on passe à la construction nécessaire de ce qui vous apportera à tous une profonde satisfaction. VOus diriez "on passe à autre chose" !L'oeuvre commune, l'alchimie de votre désespoir en l'or pur de la joie et de l'amour, c'est la transcendance des erreurs aussi appelées "fautes", en merveilleux accomplissement de l'Etre. Accomplissez vous et ne songez pas au reste, il s'éteindra "comme une ampoule usagée" dans une lampe terne qui n'éclaire plus assez de monde.


Non, que ceci ne vous incite pas à la violence, à la peine et aux erreurs. Ce serait la pire des interprétations, une insulte si il était possible de nous blesser, ce qui n'est pas le cas. C'est très différent : vous faites ce qui est bon ou bien à vos yeux et le reste n'aura plus sa place dans vos coeurs ou dans votre science ou encore dans vos réalisations humaines. Mais conserver un regard critique sur soi est une responsabilité personnelle vis à vis de la communauté. Car si chacun s'auto pardonne et continue en applaudissant ses propres erreurs de texte, ou cela se terminera-t-il ? Si les acteurs veulent que la pièce de théatre soit bonne (et prenne fin un jour), ils doivent réciter le bon texte : une histoire n'est pas faire pour autre chose que le succès et seule la réussite mettre un terme à l'histoire. Sortez de ce que vous appelez une stratégie d'échec et envisagez une entreprise de succès.
Tu veux des mots simples ? Reposes ton esprit et écoutes ton coeur en respirant calmement. Il te dictera des vérités qui se passent du Savoir, de la Philosphie ou de l'Intelligence. Parles et agis avec ton coeur, et c'est ainsi que doit passer ce message le plus simple du monde.Construisez vous et réalisez vous sur l'unique opinion de votre coeur : à sa lumière pure et incorruptible il éclairera vos projets. Votre coeur ne peut vous mentir, ni vous détourner de vos vrais buts. Votre coeur est déjà un esprit pur, il a déjà franchi toutes les barrières sur le chemin qui mène à la joie.
Si votre coeur était le scénariste écrivain de vos livres d'école, vous n'auriez que des bons élèves et personne ne raterait ce que vous appelez la scolarité. Mais votre apprentissage est inutile et corrompu et ce n'est pas plus le coeur que la nécessité de la communauté qui en dicte les usages. Celui qui fait la leçon aujorud'hui est un maître d'école sévère et envieux des biens matériels, c'est une personne cupide, un parasite de la récolte magnifique et divine que vous vous étiez promise.
Si le Père était un jardinier, il n'y aurait dans son jardin que des fleurs magnifiques et odorantes, des fruits merveilleux et nourrissant, des saveurs inoubliables, car le Père ne ferait rien de plus que complimenter chaque fleur, chaque arbre et chaque pierre, chaque nuage et chaque rayon de soleil, chaque source, chaque grain de sable et chaque insecte, pour tout ce que chacun apporterait d'harmonieux à l'ensemble, chacune des différences composant le tout et l'espace vital parfait et complet. Votre terre est conçue à cette fin et non à fin d'être torturée vivante, tenue de dire à l'homme qu'elle va devoir le chasser pour survivre tant il devient dangereux pour elle dans sa conduite.
Le Père ne saurait créer autre chose que la perfection absolue, mais vous n'êtes pas une "créature", vous êtes l'égal du Père, une source de la source, créés mais créateurs du modèle qui vous entoure. Soyons heureux que ce modèle ait une existence limitée dans un "espace" comparable à une salle de jeux. Soyons heureux que votre corps physique ne soit qu'un produit de votre création, sorte de création d'apprentissage. Lorsque celui-ci sera achevé dans votre théatre grandeur nature, vous serez libres, non pas chacun, mais tous libres de façon communautaire. Pouvez vous vraiment croire qu'il est possible de se libérer seul ? C'est à cause de ce genre d'individualisme que vos cycles de vie ne trouvent pas de fin à vos propres yeux. Tant que certains acteurs maintiendront le décor des plaies humaines, d'autres les rejoindront nécessairement pour souffler le vrai texte et la pièce s'éternisera..Personne ne peut ouvrir de force les portes des coeurs, c'est à chacun et pour tous, de penser à tourner la clef et de laisser l'énergie de votre coeur jaillir et se répendre comme une crue fertilisante sur les terres désertiques. Ce n'est pas sans raison que j'emploie cette image de la crue du Nil, une image très ancienne et qui se passe bien de vos progrès techniques.
Commentaire :Un texte fort. Le "messager" ne se perd pas en propos complexes, sommé par René d'être simple pour être compris, il résume l'essentiel, soit de voir à la lumière de notre coeur la liste de nos objectifs et les qualités que nous devons développer. Il dit aussi, de façon on ne peut plus claire, la nécessité de stopper nos critiques et nos accusations pour construire ensemble et de façon complémentaire. Nos différences deviennent les différentes pièces d'un puzzle commun au lieu d'être les causes d'un conflit interminable...

1d111b0e

René s'autorise les questions...

Avant-Propos :L'une de nos questions était sortie du coeur : "mais alors vous avez du avoir envie de poser plein de questions ?" Non nous répondit-il, "Non je n'ose pas toujours". Mais dans le fond n'aurions nous pas réagi de la même façon, la surprise, puis la colère et enfin une certaine acceptation. René n'a jamais cherché à tirer avantage de la situation. Il n'en parlait pas, il n'a jamais cherché à éditer quoi que ce soit, il avait un peu peur au début (moins ensuite, mais la "confiance" fut assez longue à s'installer). Sa première question fut sur le bien et le mal. C'était assez cohérent, quiconque avait envie de voir le monde s'arranger, devait comprendre comment il fallait faire, au moins localement...

1376533 494371507336011 691351764 n 1

 

Le Cinquième Message...

Je voudrais comprendre la notion de Bien et de Mal...
Le BIen et le Mal existent à votre niveau et pas seulement en fonction de vos traditions ou civilisations. Il existe à un niveau plus profond tel que l'on puisse le nommer et le comprendre partout.Le Bien, comme tu le sais, c'est l'Amour et tout ce qui s'y rapporte, disons que c'est une direction à prendre et non un fait à exécuter. Ce qui veut dire que c'est une motivation juste avant même d'être la réalisation d'un souhait quel qu'il soit. Mais ça ne veut pas dire qu'il faille réaliser au "pied de la lettre" tout ce qui part d'une motivation "Bonne". Ca non, car il existe de bonnes motivations suivies par des actes désastreux. Ne dit-on pas chez vous que "l'Enfer est pavé de bonnes intentions ?". Non, il faut simplement conserver la motivation et se poser la question qui suit : ce que je vais faire (et chacun ne se réfère qu'à ses actes propres) est-il utile ? Bienveillant ? Même si lon idée de départ est bonne !

Mais tu peux aussi parler de "Morale", c'est un mot oublié, chassé même.... Mais ce mot est efficace en lui-même. Tout acte qui, en terme de résultat, s'éloigne d'une certaine "morale" est à éviter. Nous te donnerons un bon exemple.Si la motivation est saine et que l'acte est utile et bienveillant, alors le résultat s'inscrit dans une vision propre ! Vois tu où cela mène tout le monde ? Car si l'ensemble des êtres vivants suivaient cette règle (qui n'en serait pas une) ne serait-ce qu'un instant, vos actes de barbaries, vos guerres, et vos souffrances personnelles chuteraient. Les forces seraient utilisées pour faire le Bien, pour Soigner donc, et votre Terre serait assez rapidement Paradisiaque.

Votre "grandeur d'âme", une autre de vos expressions (car tout le nécessaire existe) vous permet de viser les étoiles, de même que votre "étroitesse d'esprit" vous en empêche réellement ! Adieu les Etoiles, et les étoiles imaginées de tous vos projets : car la nuisance détruit tout et pas seulement le projet du voisin.Donc la Morale est le plus court chemin vers la réussite personnelle, et de tous. L'absence de morale est le plus court chemin vers le désastre général sous toutes ses formes : physiques, mentales et dans tous les domaines de vos activités. Faites le mal et il poussera plus vite que les meilleurs fruitiers.

C'est ce mécanisme qui renvoit à la notion de "Destin" ou de "Karma", mais une notion qui est plus collective qu'individuelle car dans la mesure où vous vivez là où vous avez créé un courant bon ou mauvais, vous en cueillez directement les fruits ou le poison. Ce que vous appelez le "choc en retour" bien connu chez ceux ou celles qui pratiquent la sorcellerie, n'est pas toujours ciblé individuellement. Il obéit d'abord à une logique collective.COmme les grands courants marins influencent tout le climat, la qualité de vie que vous avez créé modifie toute une civilisation.Avant de parler à nouveau de cette notion de "destin individuel", évoquons au contraire le Bien. La motivation de mauvaise qualité ne peut être rendue acceptable, et même si elle donne lieu à une exécution Bonne. Non, elle construira tôt ou tard une marche de plus à l'escalier qui descend à la cave, un escalier sombre et qui fait en général peur le soir venu. Les caves ne sont pas faites pour y vivre. Avant la réalisation d'un fait, vous devez sonder la motivation qui s'y rapporte. Si elle est Bienveillante, allez-y ! Si elle est provoquée par la Jalousie, ou encore l'Egoïsme, évitez de donner encore un rôle à ces terribles acteurs de votre monde.

Donc l'acte, doit être bon, précédé d'une motivation saine. Voici en quelques mots, une synthèse.Par contre, la notion d'Amour est infinie et à mettre en pratique dans toutes les traditions. Elle s'appuie sur des critères qui échappe à toute culture locale et qui appartiennent à un abandon de Soi, elle ne se réfère à Rien. A terme, l'Amour vient du Rien et ne se réfère à Rien. Mais toute création faite dans l'Amour retournera à sa Source Divine.Vous avez un très bon outil d'analyse de votre environnement, vous permettant de vous y adapter avec une Bonne Motivation : La Méditation. Les méditants de tous les pays savent se passer de leur culture pour réfléchir sur un autre plan. Et la méditation n'est pas le Bien en soi - pas du tout - mais c'est une marche intermédiaire tant elle est importante. Elle permet de descendre ou monter, selon comme elle est pratiquée. Si la marche descend à la cave, c'est que vous allez dans le mauvais escalier. Si la marche monte à l'étage, bien que cela demande des efforts (de monter un escalier), vous êtes sur le bon chemin. La méditation permet aussi l'abandon d'avantages personnels immédiats qui appartiennent à votre Egoïsme. Les avantages immédiats ne se réfèrent en général pas à l'Amour.

Il vous faut donc être en mesure d'évaluer si c'est bon et de vous éloigner/détacher de tous les faits/motivations égocentriques et/ou culturels (c'est souvent identique). Et c'est là que ça devient plus difficile. En moyenne vous n'y arrivez pas. La portion de gens qui peuvent travailler dans ce sens est très petite, sans doute inférieure à quelques pourcents. Et encore devraient ils être accompagnés et formés dans ce sens pour y arriver. Ils n'en formulent la demande que rarement. Seule la peur vous fait avancer en général. Mais pas toujours dans le bon sens. Pour beaucoup, il faudra créer des conditions de vie idéales pour que ça se déclanche.Là aussi, la pièce de théatre étant mauvaise, chaque fois qu'un acteur y retourne, c'est pour y jouer un rôle de souffrance au lieu d'utiliser cette précieuse énergie pour progresser dans l'Amour. Une faible portion de succès pédagogique - pourrait on dire !

Le Monde dans lequel vous vivez est à bout de ressources et à bout de progrès collectifs. Les progrès disséminés par ci et par là sont devenus la règle, la règle du Peu et du Petit. Une portion "d'éveillés" du cerveau, mais pas seulement, pourront faire jouer un "bras de levier" avant qu'il ne se passe une catastrophe, disons avant qu'un incendie ne finisse par ravager la salle du théâtre et les acteurs avec elle.Ces progrès individuels précieux et rares sont à conserver. Ce fameux courant collectif est vraiment ce que vous appelez le "destin" et que d'autres mouvements appellent le "Karma". Un monde pollué : vos enfants vivrons dans la pollution. Voilà un exemple concret.Tu poses la question individuelle ? Sachez que nous veillons à éviter l'injustice. Ceux et celles qui travaillent en direction du Bien sont protégés par nos soins et de façon individuelle. Il n'est pas permis au Mal de leur faire descendre l'escalier de la cave. Mais il vous faut poser la double question suivante :

Lorsqu'une personne se dit soumise à une injustice :Cette personne ne subit elle pas que le mouvement collectif ? Et non pas un flux qui lui est destiné.Cette personne a-t-elle toujours réalisé le Bien ?Car si ce n'est pas le cas, elle subit probablement le courant qu'elle a personnellement créé - sans le comprendre.Nous ne tolérons pas qu'il arrive malheur hors de ces 2 courants : collectif et individuel. Le Mal ne peut pas intervenir autrement que par voie de conséquence.Le Mal est le seul bénéficiaire final de tout ce "cinéma".Le "courant individuel", soit le destin personnel d'une personne, son "Karma" et aussi ce que vous nommez le "choc en retour" (que tu connais dans ton métier où la culture est étendue), n'est pas un boomérang. C'est un mouvement qui s'inscrit dans une vaste démarche, mais celle-ci devient un courant d'énergie centrée et ciblé sur sa victime (saches que nous ne parlons pas seulement de magie noire, de sorcellerie, mais simplement de volonté). En ciblant sa victime, il créé un lien, simplement comme un électricien crée des cables pour faire circuler le courant, un canal par lequel l'énergie transformée par la victime peut aller et venir.

Donc, plus la victime se défend pour stopper ses souffrances, plus l'intensité du courant augmente et celui-ci, chargé à présent de toute l'énergie de la victime, reviendra encore plus fort à l'expéditeur qui est relié à vie à tous ceux qu'il a maudit. Et il est relié très longtemps. A moins de compenser.Si la victime meurt, dans un exemple extrême, il peut y avoir absence de choc en retour, bien que quelques courants parasites venant de l'entourage soient encore possibles. Mais le reste de cette énergie non bienveillante retournera dans le courant collectif et lors d'une prochaine rencontre dans un autre monde ou dans une autre pièce de théatre, le passif devra être soldé.L'inverse est tout aussi exact : imaginez en au moins le bénéfice.Nous avons donc 2 influx énergétiques qui s'affrontent, l'un comme l'autre sont créateurs sur votre plan. Tout votre environnement en dépend. A la vitesse où les choses se mettent en place, beaucoup vont souffrir. Nous vous souhaitons bon courage. Nous ne parlons pas de toi, René, bien que tu subisses nécessairement une partie des effets sur le monde qui t'entoure. Comme pourrais tu te réfugier dans une chambre, même de luxe, si l'hotel est démoli ? Attendez vous à des temps austères. Ce message devra vous donner de la force pour construire ou re construire.

Nous promettons, sans l'ombre d'un doute, que vous aurez les moyens de vous défendre, de vous réaliser et d'échapper aux prédateurs qui vous entourent.
Prédateurs ? (question de René)
Oui, un être qui s'attaque à un autre pour se nourrir est un prédateur. C'est bien ça, vous avez des prédateurs et de futurs nombreux prédateurs. Sois prudent et restes dans ce que tu fais avec Amour. Il te préservera. Pas seulement à cause de notre aide, mais en lui-même.
Le Bien, l'AMour ? (question de René)
C'est vaste : raisonnes comme suit : ce qui va générer une réaction heureuse, souriante, paisible à ton égard par la personne touchée, ce qui a une bonne motivation est Amour - seul l'amour n'impacte jamais négativement. Ce qui va générer de l'envie (comme une fausse générosité, humilité) ou de la colère, voire de la souffrance, n'est pas de l'Amour, mais s'il en contient un petit bout.Mais on ne peut pas plaire à tout le monde ? Je déclanche de nombreux envieux au village à cause de mon don ? (question de René)Oui, mais il faut agir avec discernement et distinguer la part d'envie, de la part ilusoire qui ne te cible pas toi, mais qui appartient à un courant collectif qui n'est pas de ton fait. Amour et discernement dans l'analyse qui doit être la tienne en tant que Soigneur.

De nombreuses personnes sont devenues des prédatrices du bonheur des autres car elles sont à présent assises dans l'escalier de la cave et qu'elles ont peur. L'apaisement est un signe qui permet parfaitement de distinguer la vraie Joie de la joie égoiste de l'instant. Les gens souriants sont en général un signe véritable d'apaisement. Si votre société est en souffrance, l'ensemble de sa population devient encore plus égocentrique et tu peux aider individuellement à apaiser. Mais le courant collectif continuera de pousser dans l'autre sens pour le moment.

Commentaire :Dans ce (long) message, nous pouvons presque parler de Dialogue. René nous avait confié qu'il était souvent fatigué de noter "à toute vitesse" des propos pas simples à comprendre. De là à poser des questions, il avait plus de mal. Mais il réfléchissait entre 2 messages et prit l'habitude de penser ses questions à l'avance. Il relisait souvent 1 à 2 fois ces textes, et dit qu'il lui fallut parfois du temps pour en saisir toutes les nuances. Mais il ne voulut pas les ré écrire ou les interprêter. Il pensait que c'était à chacun de les traduire pour lui. Nous respecterons cette volonté de non interprétation...

Avant Propos:De toute évidence, le message qui suit n'a pas été accueilli dans un moment de pure sérénité...René avait-il des soucis Perso ? Probable. COmme tout le monde. Ce message n'est d'ailleurs pas des plus gais bien qu'il ne se veuille pas dramatisant. Après une première lecture qui nous a interrogés. Nous l'avons laissé "reposé" comme une pâte à pain. En le relisant 2 à 3 fois nous y avons finalement perçu des trucs différents à chaque fois...

 

1601007 643858182344388 987269360 n

Passage Difficile...

Le Sixième Message...

Face à ton manque de sérénité, fais la paix en toi, nous t’apporterons le reste. Nous n’avons pas le pouvoir/droit d’intervenir dans ton existence sans que tu ais lancé toi-même, grâce à ta volonté forte, le mouvement du changement.La Malhonnêteté me fait peur, je tente de respirer calmement.Il y a, en ce moment, beaucoup d’appelés et peu d’élus dans cette épreuve majeure que provoque l’activité sordide des hommes sur terre. Il ne s’agit pas de notre punition, mais bien de votre responsabilité.

Sordide ?
Sordide n’est pas le mot adéquat. Vous êtes sur une table d’examen, comme celle du baccalauréat. Vous « planchez » et certains vont réussir leur passage, d’autres vont devoir redoubler. Redoubler dans une autre vie ou sur un parcours encore plus difficile.
Comment garder la Foi ?
Tu n’as pas à gérer la Foi comme on guérit la peste ! La peste est une maladie très grave qu’on peut éviter, mais difficilement soigner. Beaucoup mourront de toutes vos pestes. Le but est d’adopter une conduite qui vous mette à l’abri de la peste. Il n’y a pas à « garder la Foi », mais à « avoir la Foi », qui n’est pas un mot ou un sentiment, mais un état. Tout comme la bonne santé. On ne garde pas la bonne santé, mais on ressent avec peine sa perte. Il est alors tard. Beaucoup vont mourir de vos nouvelles grandes pestes qui arrivent sur la pointe des pieds. Avoir peur ne modifiera pas le parcours des combattants. Il vous faut tracer un chemin qui évite les pièges, mais surtout, il vous faut tracer le chemin du cœur.
Les personnes/âmes pures et confiantes transcenderont la peur et dépasseront l’égo. La perte de contrôle de soi engendrée par la réaction fasse au précipice annoncé va accentuer la gravité de la situation. Ce message/texte a pour but de vous donner une conduite à tenir : la votre, et une stratégie simple : tenir la route, s’accrocher de toutes vos forces à votre vous-même profond. La situation générale est à présent peu contrôlable. Les 30 ans qui viennent sont ceux des plaies d’Egypte, l’image même de la souffrance. Seuls les véhicules bien conduits arriveront à passer au travers des graves incidents qui se multiplient.
Incontrôlable ?
Nous ne voulons pas faire de catastrophisme, car ce n’est pas la fin du monde et honte à quiconque tentera de vous imposer une image en elle-même destructrice. Mais une fois que le circuit est parti, les voitures ne peuvent plus s’arrêter. Il faut faire le tour, aller au bout. Il n’y a pas/peu de parking, pas/peu d’hôpital, pas/peu de roues de secours. Il faut, à présent, que les « pilotes » se préparent, et grâce à la force de leur cœur, ils y arriveront.C’est pour cela que nous insistons sur la Foi : ni contrôle, ni guérison, mais Etre Soi, droit dans son cœur. Vous trouverez alors votre chemin, il existe et vous avez la possibilité de le créer. Au pire quitterez-vous la pièce, libre enfin.

C’est un épilogue dramatique pour ceux qui le vivent. Pour toi et d’autres, c’est un formidable tremplin. Un tremplin d’évolution spirituelle, un tremplin de la matière à la non matière, un tremplin du créé à Dieu.Le calme du pilote face aux évènements de la route. Imagines l’une de vos routes. Tu conduis. Tu as choisi une destination finale et des étapes, pour te reposer. Mais sur la route, tu vas affronter d’autres voitures avec des conducteurs parfois malveillants, ou qui veulent doubler, te freiner, te pousser ou bousculer, des accidents qui te retardent. Ta prudence et ta connaissance de la route feront que tu n’aurais pas d’accident, ou bien non grave. Tu sauras être sage et laisser les autres aller trop vite ou trop lentement. Tu laisseras les inattentifs partir dans le décor. Tu repousseras avec fermeté ceux qui veulent te faire changer de chemin. Jamais, même en cas de route déviée, tu ne changeras de destination. C’est ça la Foi : croire en son but. Ne pas en changer quand la route devient difficile. Ne pas avoir peur parce qu’une guêpe est entrée dans ta voiture. Tes écarts de conduite seraient bien plus dangereux qu’une simple piqûre.

Bientôt ils ne pourront plus faire face, ceux qui ont perdu de vue leur destination. Leur Foi. Pas de Foi, c’est aussi la perte de la Santé, Ils seront vulnérables. Ce qu’ils croient vrai ne l’est pas. Le cerveau de l’homme est bâti comme le frère jumeau de l’âme. Ce n’est pas un rapport à faire entre l’intelligence, telle que vous l’entendez, et l’évolution – Non – Nous parlons d’une autre forme d’adaptation du cerveau, les études en cours vont toucher du doigt le rôle des émotions, l’impact de la prière ou de la concentration, la manifestation de la pensée. L’homme nouveau retrouvera, sur son chemin, une pensée/intention pleine de force. Il sera architecte et non plus un simple acteur.Tandis que d’autres seront semblables aux poissons sortis de l’eau et qui étouffent. Privés d’air. Privés d’air au milieu de l’air car ils n’ont pas les organes nécessaires pour respirer cet air différent. Beaucoup sont des poissons seuls et sans force.

L’absence de choix conduit au vide, le vide ressenti par le poisson qui meurt ! Ne pas choisir de destination revient à ne pas faire de choix. Le non choix, c’est la mort. Le choix, c’est la création. Pourquoi crois-tu que vous ayez souvent retrouvé le propos qui dit que « Dieu vomit les tièdes » ? Vous êtes présent pour modeler la matière grâce à vos choix, grâce à la destination que vous choisissez de garder et qui va induire, tout au long de votre vie, une véritable création à votre image.La matière non conduite est l’errance. Mais avant de vouloir montrer le chemin, le conducteur doit commencer par lui-même. Le guidage vient bien après la maîtrise. Face aux « mauvais conducteurs », c’est ta réponse qui compte et non leur réaction. L’acte créateur ne vient jamais de l’extérieur. C’est une force qui vient de Soi.Infléchir le monde est une force centrifuge...
Petit commentaire post :
La "Matière" justement de ce message est incroyablement poseuse de questions. Une grosse louche de responsabilisation, une cuillère à soupe d'un regard pas joyeux sur l'avenir, des pincées d'images très parlantes.... mais un fond très dense. Au final, ce qui est dit reste du domaine du simple :Faites un choix...Tenez vous y...Gardez le cap en évitant les gêneurs et les accidents.Il y a surement une grosse analyse à faire sur le postulat qui dit que le monde est une force centrifuge. On sent bien qu'on touche au mécanisme même de la création et à l'origine de la matière...

1d111b0e

Un Message sur la Peur et la Colère...

Avant-propos :Vous vous demandez sans doute comment nous préocédons pour écrire ces messages. En fait c'est le bon moment pour vous en parler car le message que nous allons vous délivrer ci-dessous nous a demandé peu de travail par rapport à d'habitude. Nous avons une énorme quantité de feuillets écrits manuellement d'une petite écriture fine et serrée. Ces feuillets sont datés, nous veillons donc à les placer dans l'ordre. Puis nous les relisons et les ré écrivons sous format word pour pouvoir les mémoriser et les transférer sur le site. En les ré écrivant, nous ne modifions pas un seul mot, ni une seule tournure de phrase, mais nous tentons d'ôter les fautes d'orthographe (même si nous-mêmes pouvons laisser quelques "coquilles"). Une fois le texte remis en page, nous le transférons, précédé de ce petit avant-propos et suivi d'un (très bref) commentaire. C'est un travail long et comme nous avons tous du boulot à coté, nous le faisons à chaque fois que nous avons du temps et une certaine disponibilité d'esprit pour pouvoir nous impregner de ces texte.
Sans doute, comme nous, vous posez vous la question de l'origine ? C'est normal, et il faut toujours garder son discernement. Nous n'aurons jamais la preuve formelle de la réalité de ces messages. Nous les lisons comme vous à mesure que nous en prenons le temps. Mais nous pouvons vous assurer qu'il nous faut plusieurs lectures pour pouvoir les aborder. Il est probable que si nous les relisons dans le temps, nous les comprendrons différement...

L'image du jour : une Guillotine....Explication dans le texte...

La guillotine

Message...

Qui n’est pas en colère ? Qui n’est pas dans la révolte contre tout un système qui semble vous briser au lieu de vous faire progresser dans la paix. Douleur contre Harmonie, La pais est battue en brèche par la guerre et le ciel s’assombrit de nuages au lieu de vous faire goutter la joie et la douceur d’un soleil qui réchauffe les corps et les cœurs ?
Comment en êtes-vous arriver là ? Car vous ne pouvez plus vous en sortir, tant le bateau est à présent dans une tempête qui amène les marins au bord de la mutinerie. Et vous aller vous battre les uns contre les autres au lieu de tirer le bateau au sable sur une plage au climat tempéré. Vous allez maudire Dieu, qu’il existe ou non, mais pas sous la forme que vous croyez être, vous allez maudire Dieu au lieu de maudire le pilote qui a conduit le bateau sur ces terres hostiles ?
Qui faut-il abattre : vous qui vous battez par erreur, le pilote qui s’est trompé, votre colère qui vous égare ? Dieu qui ne vous a pas systématiquement remis sur le bon chemin comme un père devrait le faire avec un entant ? Un peu de tout cela en effet, car tant que votre colère ne sera pas apaisée, vous n’irez pas mieux et ne serez pas en mesure de redresser – tous ensemble – le bateau échoué et de reprendre une route heureuse et déterminée, les cales du bateau pleines de vivres et de fruits frais, de douceurs et de tissus chauds pour couvrir votre sommeil et vos rêves.
Vous d’abord : vous vous maudissez, lui de ne pas avoir tenu la barre, elle de ne pas avoir fait une bonne cuisine, l’autre là-bas d’avoir trop mangé sans partager, et tous de na pas avoir œuvré pour tous. C’est un fait, c’est vous, donc vous-même, autrement dit la vue partielle que vous avez de la situation à travers le prisme de votre regard. Quoique l’on fasse ou dise, vous revenez à vous : Soit soi-même. Le Soi et l’autre sont 2 visages de la même figure. Vous lui reprochez de vous gêner sur votre parcours, d’obscurcir votre soleil et il vous reproche la même chose. Au final chacun est persuadé qu’il est sur la bonne route, sur le droit chemin. Il est indéniable que certains ont échoué gravement dans leur direction et sur la lecture qu’ils font de leur carte de route. Mais ceux-là ne sont pas la majorité. En réalité, ils gênent la route, mais ils gênent surtout le regard de ceux qui roulent et ne voient plus exactement le bon chemin. Donc les quelques uns qui ont quitté le droit chemin entraînent d’autres âmes qui à leur tout en entraînent d’autres sur des chemins de traverses qui semblent être des raccourcis mais ne sont que des erreurs et ne vous conduisent finalement que dans un abîme d’incompréhension traduit par un abîme de souffrance. Le pilote aguerri dans le temps sait voir ses responsabilités et garder le cap, le cap de son cœur. Il ne pense pas j’ai raison et l’autre a tort, il ne cherche pas à se mutiner dans le bateau ivre, il va vers les autres et leur dit : trouvons une solution qui satisfasse tout le monde et partageons.
Ceci devrait être le premier moyen de remettre le bateau à flot. Le second problème est dans la vision de Dieu le Père : qui dire Père dans vos cultures humaines, dit enfant sans autonomie, irresponsable et devant être pris par la main pour être conduit de façon passive d’un point A à un point B pendant que, trébuchant et cherchant à expérimenter mille choses sur le chemin, il doit à son seul père sa survie, entre 2 champignons vénéneux et quelques autres pièges du même ordre ! Hors vous n’êtes pas des enfants sans autonomie et irresponsable à l’image de vos bébés : vos bébés vous renvoient à votre souhait d’être dans ce profil rassurant : on s’occupe de moi, mes erreurs sont dues à mon manque d’expérience ou d’intelligence ou d’évolution, mon père doit me relever et me conduire. Non. Votre second visage s’appelle libre-arbitre et celui-ci entend un degré d’autonomie qui ne peut pas se satisfaire d’une béquille et d’une responsabilité extérieure : soit votre situation vous satisfait et vous et votre cœur et vous pouvez continuer votre route, soit votre situation vous déplait à vous ou à votre cœur et votre devoir est de modifier votre route VOUS- même. Vous n’êtes pas des bébés. Vous êtes des Hommes créatifs. Ne cherchez pas non plus à vous réfugier dans une illusion de faiblesse alors même que vous êtes en mesure de créer des technologies qui peuvent faire sauter la moitié du cosmos !!!! Votre second visage est donc l’état adulte.

La question est celle du pilote ! Le pilote qui lui-même, puis qu’il ne reste que Lui, c'est-à-dire Vous, le pilote qui maudit la route : sa difficulté, ses ornières, ses accidents, ses déviations. Une route pleine de tempêtes et où les escales semblent rares. Rares sont les moments sans souci. Le pilote vit dans le stress, la peur, la peur de ne plus savoir comment sortir son bateau de la tempête quasi permanente qui sévit. Le pilote est dans une voiture folle qu’il ne peut plus diriger. Alors il voit la route glissante et les tornades, il voit le bateau ivre et il sait qu’il perd le contrôle. Il voit une sorte de mort vivante arriver sur lui. Mais une mort plus terrible encore que le grand départ, car il assiste à sa propre déchéance. Combien d’humains ne vivent dans une colère immense qui cache une peur profonde de la déchéance, peur de la mort. L’ensemble de cette énergie crée au fond de vous-même et qui habite vos cœurs a envahi vos esprits et vos conduites. Vous vous êtes donc éloigné de votre cœur et de votre chemin. Vous êtes dans une logique de survie. D’ailleurs le survivalisme, comme vous dites, se développe de façon extrême, entraînant les âmes fragiles vers d’autres impasses. N’oubliez pas qu’il n’y a pas à survivre et que même le plus misérable des clochards n’est pas si malheureux que vous le pensez. Sont malheureux les gens qui souffrent et la souffrance n’est pas toujours matérielle. Votre stress vous a conduit dans une souffrance bien pire encore que celle, tant redoutée, du manque. Le manque qui rend les membres de l’équipage fous. Prêts à tuer leur pilote : mais le pilote est chacun d’entre vous et qui voulez vous tuer ? En vous agressant vous créez encore plus de stress. La peur de l’autre est devenue majeur. Que va-t-il faire, que vais-je lui dire, comment allons nous nous en sortir ? Sont des questions prioritaires qui ne cessent que lorsque survient la maladie, le cancer, une peste quelconque appartenant à votre époque qui en compte de nombreuses. Vous ne guérirez pas, ni de la peste, ni de la souffrance morale qui est la votre, sans remettre en question VOTRE PILOTAGE.

Il vous faut calmer votre colère : pas de Papa pour gérer un bébé, vous n’ êtes pas des bébés, pas de Pilote qui vous conduirait mal, vous êtes votre propres pilote, pas de voisin qui vous pourrit la vie, vous la lui pourrissez autant. Vous n’est que face à un miroir : vous-même, et la nécessité de composer avec ce propre visage que vous maquillez avant de monter en scène. Mais ce maquillage n’est pas Vous, il n’est que celui de l’acteur. Face à votre colère : retrouvez vous, et seul votre cœur est détenteur de la carte initiale : celle qui vous amènera à bon port sans manque ni souffrance.

Le manque est une illusion ; que vous preniez l’enfant des bidonvilles, le petit qui souffre de malnutrition, l’homme d’occident, le mendiant du Caire ou l’homme richissime : tous avez le même sentiment de danger, croyez moi : si vous pouviez chaque jour chaque nuit entendre les prières de chacun, vous sauriez à quel point les souffrances sont également réparties dans le ressenti (nous ne parlons pas de souffrance vécue, mais ressentie). L’enfant des bidonvilles prend parfois plus le temps de s’amuser et de rire, il est parfois plus solidaire que l’homme d’affaire qui craint de perdre ce dont il n’a en réalité pas besoin mais qui le conduit à être finalement aussi violent qu’un tueur. Tous tuent, comme des lions affamés. Tous volent, chacun se dit que c’est un petit vol, mais tous volent, car ils croient tous que c’est la seule solution pour continuer leur chemin.

Vois tu, ce que vous appelez l’immoralité : c’est de se laisser croire qu’on fait juste ce qu’il faut pour s’en sortir au milieu de la pagaille, alors que dans le fond, on a déjà écrasé la moitié des habitants du quartier pour gagner un superflu qui ne nous aurait pas manqué. C’est notre peur qui nous conduit.Le pilote à accuser s’appelle la Peur, Peur qui devient Violence et Colère, Colère qui devient Meurtre, le Meurtre parfois mesquin d’une souffrance morale imposée, ou le Meurtre physique et direct. Mais toutes ces morts sur notre route transforment le paysage en cimetière.Le soleil ne brille plus, c’est la fin d’une époque, le climat qui faisait dorer les blés va s’étioler, et les blés vont se flétrir. Les piécettes qui permettaient d’acheter des glaces aux enfants d’occident pendant que d’autres petits n’ont même pas une pomme de terre, ces piécettes vont disparaitre. Il n’y en aura plus, pour personne. Et la colère risque de renverser le bateau. Après, ce ne sera pas le déluge, mais une véritable misère morale. Seule une réelle et paisible solidarité vous permettra de nourrir tout le monde : et ce sera le vrai chemin, celui du partage, l’unique route.

Pendant cette triste transition, l’homme sera miraculé ou retardé. Des pilotes auto proclamés tenteront de retrouver une mer faussement calme et ils iront s’échouer un peu plus loin. Des hommes simples donneront les fruits de leur cœur. Et ces petites lumières s’étendront comme autant de phares pour appeler à terre les bateaux qui se perdent.Le soleil reviendra, les morts physiques ne seront pas gênants, ils seront des rappels des effets de la violence. Le blé refleurira, les anciens se souviendront et ils auront vaincu leurs démons intérieurs, ils ne joueront plus à l’enfant. Leur cœur pilotera définitivement leurs actes. Manquer leur sera égal et ils ne manqueront pas, il leur arrivera de souffrir, mais il n’accuseront personne, ils soigneront et recevront des soins, ils ne jugeront plus car leur mental sera apaisé et ils ne seront pas jugés. Quand ils le seront malgré tout, ils calmeront leur tristesse car ils regarderont le soleil de leur cœur au lieu de regarder la souffrance renvoyée par le cœur triste de leur voisin.La colère vois-tu, c’est le symptôme même de l’erreur. La colère est une guillotine que vous n’avez pas fini de faire tomber sur des têtes étrangères...

Commentaire :Un message qui nous renvoit à nos propres responsabilité et qui suggère de remplacer la colère par un comportement adulte de partage et de paix. Ca ne repond pas à toutes nos questions sans doute. Nous subissons tous les aléas d'une vie sociale devenue difficile. Nous ne pouvons pas, dans ce contexte, nous charger de toutes les responsabilités.

Mais au fond que nous demande ce feuillet ? Il ne nous demande pas de faire taire nos besoins ou d'ignorer nos souffrances, ils ne les nie pas. Il nous demande simplement d'écouter notre coeur, de partager, de ne pas toujours juger et surtout d'arrêter de nous cacher derrière l'image d'un homme/bébé qu'il faut conduire. Il nous dit pas non plus qu'il faille nous laisser écraser les 2 pieds par notre voisin : mais il nous dit que la société est devenue telle (déjà à l'époque) que tout le monde écrase les pieds de tout le monde. Sans que cela ne soit la solution. Au final nous sommes tous assez malheureux.

Un message qui nous parle aussi d'une société en fin de course. Des mots assez neufs pour l'époque y apparaissent comme "survivalisme". Il y parle de'un soleil qui se cache et de blés qui se fletrissent. Image ou goût de prophétie ?

Comparer notre colère à une guillotine, c'est ôsé. Mais quand on voit les malheurs actuels que font les guerres éparses et nombreuses dans le monde....Ce n'est plus une métaphore mais une triste et horrible réalité.Souhaitons nous des bonnes choses et que Dieu, quel qu'il soit, nous aide à les cultiver...

1891195 644066918990181 1497597957 n

Le Droit D'écrire ? Un Message Profond

Avant-Propos:René était une personne qui nous a semblé simple et sincère. D'ailleurs il n'a pas, lui-même, fait paraitre ses écrits. Ni ne les a vendus. Sa seule satisfaction s'il en a eu une à ce sujet a été son accès à un monde spirituel. René ressemble à chacun d'entre nous : plein de questions et de menus problèmes quotidiens, des problèmes d'argent ou de santé sans doute, quelques questionnement sur le monde de l'actualité. La pertinence de ces messages tient aussi à leur simplicité. Quand nous les comparons à la foultitude de messages qui paraissent sur le marché, ceux-ci sont simples, gratuits, accessibles. Il est aussi possible de se dire que les notions complexes ont le droit de cité et que les auteurs ont le droit de vendre leurs livres pour vivre. Mais René n'était pas dans ce "truc" là, il croyait qu'il aurait toujours à manger, et il n'a sans doute pas vécu dans le luxe, mais il n'a manqué de rien. Il savait que "Dieu" veillait sur lui, il savait ou il croyait, mais peu importe car il se sentait bien dans ses baskets d'être humain...

L'Image du Jour...Le Droit à la Guerre?

1417492705

Le Message :

Ai-je le droit ? Et que dois-je en faire ?

Le droit et le non droit. Pour ça, je suis heureux que tu en parles car ces mots n’expriment plus rien de valide et crédible dans votre monde. Il semble qu’ils soient encore présent de façon très abstraite, sans application, sauf peut-être pour le mot « Non Droit » qui, trouve chaque jour des exemples concrets. Je vais donc t’aider à définir le non droit, afin que tous le reconnaissent et s’en éloignent, soient en tant que victime, soit en tant que réalisateur.

Tu te demandes ce que tu vas en faire ? Un jour, Un jour et cela n’aura plus aucune importance vraie pour toi, ces textes trouveront preneur. Ils ne seront pas vendus, ils seront offerts à une humanité assoiffée de comprendre, même si elle ne le montre pas. Toutes les souffrances humaines ont rebondi sur des consciences aiguisées. Ne crois  pas que tous ces gens qui errent, comme des âmes en peine, ne soient pas concernés par le spirituel. Quand ils n’y croient pas ou plus, c’est une forme d’errance et de désespoir. Ce n’est pas vraiment du rejet ou du déni. Un jour, et ce ne sera pas grâce à toi, ni à ta publicité, ni même à ton existence, ces textes seront l a guidance d’un petit groupe toujours plus nombreux et qui vivra autrement. Ce que nous avons voulu pour ne pas te blesser, c’est que tu ne voies pas vraiment cette réussite. Tu en seras préservé.

Le non droit est une zone obscure. Il ne s’y passe rien. Dans non droit, il y a le terme non et le terme non est affilié à votre monde dans son expression la plus inutile, si toutefois l’inutile existe. Nous qualifions d’inutile toute expérience qui prolonge la votre. Et cette expérience, est assez emprunte de peines pour que nous ne vous souhaitions pas de la prolonger. Chacun trouve ses chemins, et dans ces chemins possibles, il y a le non droit : celui que vous appliquez ou celui que vous subissez.

Ainsi, quand vous ne respectez pas la faim de votre chien, c’est du non-droit. Quand vous ne respectez pas les règles de votre cœur, c’est du non droit. Quand vous n’aimez pas et que vous appliquez ce non amour, c’est du non droit. Le droit, vois-tu c’est l’inverse. Il prend chez vous des formes codifiées et réclame de grandes compétences et même de vos diplômes. Mais vois tu, le droit, existe sans argent, le droit est presqu’une conscience, car il a vie au travers de toutes vos décisions pleines de cœur. Toute action, toute décision, toute création réalisée en écoutant la voix de votre cœur et uniquement celle-ci appartient de plein droit à ce que vous appelez la réussite. Toute réalisation ne suivant que vos instincts les plus matériels sans se référer du tout à votre cœur est du non droit.

Tu n’es pas très à l’aise, je sens que tu as peur, la peur appartient à l’obscur. Bien que le prénom que je t laisses utiliser pour ton confort soit celui du père de Jésus, je ne suis pas ni n’ai été son père. Mais je vais te parler de lui, il me semble que ce qu’il représente sera pour toi d’une richesse d’explications insoupçonnée. Que Jésus existe fera l’objet de vos très fortes controverses. Les années qui vont venir parleront de tout : un Jésus existant ou non, marié ou non, père ou non, mort crucifié ou non, et qui va revenir ou non. Vous serez laissé sans réponse car la vraie question n’est pas là et appartient là aussi au registre de votre droit. Vous parleriez même de droit canon.

Jésus, le Christ, tu ne l’as pas connu physiquement, mais vous vous connaissez. En tous cas, lui, le Christ te connait. Aurais tu vu ou perçu son regard, son Amour, sa main, la douceur de la moindre de ses faits, la validité de son engagement, qu’il aurait parfaitement illustré la question du droit. Tu te serais agenouillé et aurais pleuré de joie, tant la lumière éclairait le chemin brutalement facile, même si escarpé pour aller plus vite. Mais quoique que pentu : tu l’aurais grimpé comme un chamois, tant ce droit là donne des forces. A l’heure qui est tienne où le mysticisme n’a plus sa place, l’idée même de pleurer de joie en rencontrant l’ultime réalité, car Jésus incarnait cela avant que vous ne le rejetiez sous de multiples formes, à cette heure là, une petite voie vous dit qu’il est encore temps de pleurer de joie et de laisser libre cours à l’avancée mystique qui veut faire son trou dans vos consciences. Pleurez de joie et les pleurs de douleur cesseront. Emerveillez vous de toutes ces choses merveilleuses qui sont là, sans que vous n’ayez rien eu à faire..

Vous ne cesserez de crucifier ces idées jusqu’au bout de vote civilisation. Elles mourront mais vous entraineront avec elles et seuls leurs représentants vivront encore assez pour porter le flambeau d’un état de droit.

Le non droit est effrayant, car il est très efficace dans son genre. Il est facile à combattre, sans arme, ni armée, ni terrorisme. Et si toutes les religions le pratiquaient au nom de droit à l’amour Divin, toutes les guerres cesseraient immédiatement car il n’y aurait personne pour se battre. Je te le dis avec fermeté : tout dirigeant, toute personne ou groupe de personnes, défendant l’idée de la guerre au nom de quoi que ce soit applique strictement le non droit. C’est dit.

D’ailleurs honnêtement, je/nous sommes touchés mais non étonnés que tu  te poses cette question à l’heure ou de grands conflits internationaux naissent et se développent chaque jour sur voter terre (et dans votre monde). Bien des hommes défendent l’idée de se défendre, mais ne défendent que leurs intérêts matériels et personnels. Tout ce monde là est dans une logique qui les forcera à continuer à vivre sur un champ de bataille. Mais les innocents, ceux qui sont restés dans la voix de leur cœur, ceux là partirons et rejoindront les rangs d’une autre armée, non violente : l’armée de la joie et du cœur. Celle-ci se passe d’autorité, celle-ci se passe d’argent, celle-ci se passe de sens ou de direction, elle est le sens ou la direction et se conduit sans dépenser de force, elle est la force, sans moyens car elle donne les moyens.

Je sais, tu remets ça « sur le tapis », les gens qui souffrent, qui n’ont rien, l’injustice du destin, les mères qui perdent leurs enfants. Je ne peux pas te blâmer et en prenant contact avec ton cœur, nous savions que nous devrions répondre à ces points importants de compréhension sans lesquels l’âme humaine ne peut accepter, pas plus que le chien, de suivre un maître. Sauf Qu’il n’y a pas de maître. D’ailleurs ceux qui se surnomment eux-mêmes maîtres ne le sont que rarement. Les maîtres les vrais se cachent car ils ont trop à faire pour vouloir qu’on les observe en plus. Non, ne regardes pas ce que tu écris, tu n’en seras qu’un meilleur aide de camp sur notre chemin. Tu vois, vous vous appelez parfois maître parce que vous admirez quelqu’un, et cette admiration, est une force précieuse, mais souvent cela se termine de 2 façons possibles : vous la sacrifiez ou vous en devenez dépendants comme si elle était extérieure à vous-même. La maîtrise doit conduire celui qui la touche à sa propre maîtrise. Toute autre forme de relation n’est pas accomplissante, ni pour le maître, ni pour l’élève. Quand à la souffrance, comme nous te l’avions d’jà dit, vous n’avez pas le droit de la répandre. Mais vous le prenez en n’écoutant pas du tout votre cœur qui vous dicte avec patience et à chaque instant ce qu’il serait bon de faire, de penser, ou de projeter.

Si toutes les mères du monde voulaient garder leur fils chez elle, aucun ne partirait en guerre. Car les fils sont issus des mères. Mais vois -tu, bien des mères envoient leur fils combattre. Dans un combat qui n’a, en général ,rien de droit. L’expression physique de la défense du droit est une belle illusion. Le droit n’a pas besoin d’armes pour être défendu. Le droit est une route. Une route n’a pas besoin d’une armée pour la parcourir, une route » est là pour que l’on marche dessus.

 Tu as l’air fatigué. L’essentiel n’est pas à la quantité, tu dois te reposer à présent. Je vais tenter de te faire passer un ressenti, tu mettras des mots dessus, mais il s’agit de l’idée de la joie de l’amour et que chaque personne humaine en s’endormant, sans religion ni prière, s’endorme dans cette puissante vibration de son cœur. De laisser courir en soi, ce bonheur perpétuel, source même de la joie la plus profonde. Aimer.

Petit Commentaire: René est un homme concret et les messages sont souvent à peine arides. Celui-ci nous a touché, ému même. La magie du coeur et elle tient en peu de mots. Si René avait encore été de ce monde, nous aurions été le voir, pour boire un verre et partager. Mais il n'est plus là et nous devons continuer seuls la route. Qui n'a pas ressenti au fond de son coeur cette force émouvante qui nous donne envie de réaliser quelque chose de beau ? Lorsque nous entendons parler avec insistance de Jésus, notre éternelle méfiance est tout de suite en alerte : canular ? Mais là nous aurions tendance à dire peu importe car René ne fait pas vraiment passer de message religieux, Jésus est presque une image, ce qui nous rassure. Religions et extrêmisme ayant tendance à rimer ces derniers temps...

4fc213226e19as21468 b

Poésie et Message de Joie...

Avant propos :Un message poétique dont la beauté nous a laissé silencieux.Nous vous invitons à le découvrir comme nous sans préalable et à le relire de temps en temps.Il nous a enchantés. Ce message est comme un cadeau. Peu importe d'où il vient...

Le message :

Viens mon bel ami….

Tu ne sais pas encore vraiment te servir de la pensée créatrice mais tu chemines et il est temps de faire un peu de poésie.  Les roses sont au x 4 vents et tu coures dans la nature  chercher les  senteurs qui animent le monde. Voilà une forêt, voilà un champ de blé, voilà des animaux qui s’ébattent et voilà le rêve de l’homme qui se réalise sous le soleil.

N’est-il point d’amitié, n’est-il point de féérie, n’est-il point le temps d’une sieste et aucune ombre ne ternira ton tableau achevé. Coures sur la planète, voyages dans tes rêves et goutes de toutes les saveurs ! Que cela est mieux que de t’enfermer dans la fausse paix qui rassure mais cloue ton esprit.

Evades toi au rythme des saisons et donnes leurs les lettres de noblesse qu’elles méritent, chantes ta vie avant qu’elle ne prenne forme et ouvres tes mains au levant sans idées préconçues, te voilà riche de tout car rien n’est ôté, apprends à t’ouvrir avant de créer car l’ouverture c’est déjà l’abandon de la fermeture, c’est déjà la fin de la réduction,

ouvres tes mains et sens couler les larmes de joie qui inondent la terre et font pousser les plus belles fleurs, la création démarre, débute enfin et l’homme apaisé sait s’assoir et contempler ce qui est, contemples à ton tour et fais ton profit de l’émerveillement avec le quel tu as renoué, c’est la seconde étape de ton voyage, l’un existe et il t’émerveille,

ouvres tes mains et fais ton profit du bonheur qui t’inonde, tu en sens chaque infiniment petit détail, tu reçois les couleurs et les formes tu reçois et entends les musiques célestes qui circulent entre chaque fleur et chaque vie, tu ressens et touches chaque matière qui glisse sous ta peau et tu vis intensément l’instant présent qui s’étire à mesure que ton esprit ouvre les yeux de l’amour sur l’un.

Ouvres tes mains et imagine qu’un rayon de soleil en jaillit comme l’oiseau jaillit de l’arbre, les fleurs et les fruits, les branches et les feuilles, tous s’écartent pour laisser passer le rayon de soleil, de joie et d’enthousiasme qui s’expanse sur un fond sans nuage, car aucun nuage’ si tu ne le crées, aucune peine si elle n’existe en ton cœur. Comment ton cœur pourrait-il par amour concevoir la peine ? Créer, avec Amour, c’est le retour à l’un, c’est l’homme nouveau et la paix retrouvée,

ouvres tes mains et regardes le paysage avec les yeux de ton cœur, allonges toi dans l’herbe grasse qui s’étend à tes pieds et goutes du repos bienfaiteur qui te revient. Ni peine, ni limite à la joie de ton cœur car vous voilà des milliers, des millions et des comptes de créateurs fortunés à partager les images de la conception infinie de vos cœurs réunis.

Emerveilles toi avant de t’endormir dans l’herbe grasse qui s’étend sous ton corps. Point de repos ni de limite dans ton sommeil et ta conscience voyage sur les terres lointaines de l’Un, point de limites dans tes mains qui goutent, touchent, découvrent ou créent, pas de limites à ton cœur, pas de limites à la refonte du tableau éternel, voilà l’immensité de la source que tu contemples et dont tu fais partie, émerveilles toi et prends en paix cet instant de pure joie céleste, que nous t’offrons sans limite, prends et partage comme tu as su recevoir,

liras et comprendras qui peut, puisse l’image de ces mains qui s’ouvrent parcourir le monde et t’accompagner le long de ton chemin bel enfant.

Veux tu que nous définissions l’amour ? Mais comment pourrions nous mieux le définir qu’en vous proposant de le vivre, de vous laisser aller à l’amour, de clore tous les autres chapitres sans importance, de clore les rancune et la rage, de clore les critiques et les souffrances, de clore l’analyse et la douleur, de clore ce qui coute et qui apporte parfois la fausse joie de la vengeance.

A chaque critique une douleur, à chaque souffrance une critique, ainsi va l’oiseau de mauvais augure que tes filets attrapent encore trop souvent pour que ne s’ouvrent tes mains.

Laisses filer l’oiseau noir, il s’en va et en te quittant, il emmène avec lui son cortège de peines inutiles, laisses le fuir afin qu’il attire les nuages, laisses le partir avec lui sa prison, laisse le mourir à lui-même car point n’est besoin de le tuer ou de lui faire la chasse, aucun mur ni château ne saurait le retenir, mais ils pourraient le renforcer, laisses l’oiseau voler de lui-même, il n’ira pas loin avant de disparaitre à l’horizon fallacieux qu’il dessine en vous faisant croire que c’est là votre ligne d’arrivée.

 Et chaque fois qu’un oiseau noir est pris au piège de vos tenailles et de vos filets, le voilà plus fort encore qui découpe de son bec d’invisibles trous dans les mailles de votre égo, le voilà qui vous susurre des propos amères et que vos oreilles bourdonnent de souffrance, le voilà qui chante vos handicaps de notes faussement mélodieuses, le voilà qui entonne la guerre et entraine les soldats dans la violence, le voilà qui joue d’une musique étrange et qu’à  sa suite vous suivez comme les rats suivent l’enchanteur avant de partir se noyer dans le grand fleuve de l’oubli de ce qu’ils sont, voilà la tristesse, son amie de toujours qui marche à ses cotés et prend possession de la terre, voilà le Dieu des abimes qui coule les bateaux et voilà les féroces créatures des profondeurs de la terre qui saisissent le voyageur imprudent : tous compagnes et compagnons de l’oiseau noir, tous amis d’infortune qui persistent à la suite d’un égo aux ailes larges et au vol fort.

A chaque capture, plus grand encore il ressurgit, et les 4 cavaliers noirs l’accompagnent, à chaque souffrance il se renforce comme le compost grandit de ses déchets, à chaque fausse initiation il est un peu plus ambigu et difficile à saisir. L’oiseau noir est à vos mains créatrices ce qu’est le pinceau de la mort au soin, l’euthanasie de vos sens divins, il ne s’agit pas de détruire son existence irréelle, mais peut-être d’oublier enfin qu’il appartient à de vieux schémas irraisonnés.Laisses ce texte t’envahir doucement, comme progresse la fleur grimpante chaque jour sur la treille de ta conscience. Laisses le agir comme le thé délicieux qui a été élevé avec soin sur les coteaux asiatiques, laisses le parfumer ton nez et aiguiller tes 5 sens, avant que ne ressurgisse le sens du Divin.

Commentaire :A notre idée, ce texte n'est pas à commenter, mais à ressentir....

1d111b0e

Joie, Création, Abondance....

Avant-Propos :Un message très pertinent qui répond à des préoccupations que nous avons tous : comment faire face à nos difficultés, notre peur du manque, nos envies ? Et quoi faire alors que nous sommes parfois si fatigués ? Et nos idées, sont elles importantes ? Quel est leur impact ? Comment profiter de notre vie tout en étant "dans le vrai" ? Et faut-il souffrir pour évoluer ?Les réponses sont si claires qu'elles ont un effet immédiat rassurant. Mais personnellement j'ai du déjà les relire 3 fois pour être bien sure : Oui, c'est un message optimiste et bienveillant...

Ariane couverture homme cosmique 3


Fatigue, Et envie de bien faire…

La fatigue est inhérente à la condition humaine. L’expérimenter est un avancement important sur votre chemin personnel. Que cela vous paraisse de l’ordre de l’épreuve est une chose. Mais considérez-le en tant qu’outil de tolérance et de paix. Quiconque vit la fatigue et se sent vulnérable sait que ses limites existent. Il est à même de reconnaître celles des autres. C’est donc un outil de paix, un outil d’amour en ce sens.Ne dis pas que nous voulons vous imposer des souffrances pour apprendre. Tu sais que ce n’est pas notre point de vue. Nous n’avons pas de point de vue. Il n’y a rien que nous ne souhaitions plus que votre gloire d’homme nouveau, ou d’homme vrai et accompli. Il n’y a rien que nous n’aimions plus que de partager notre joie avec vous. Il n’y a rien de mieux ou meilleur que de toucher votre âme, comme le joailler touche avec grand respect le Crystal avant de le tailler pour lui donner tout son éclat.

Diamant vous êtes. Un peu brut parfois. Imaginez toute la beauté que vous contenez au sein de votre cœur immaculé.Tu es surpris. Nous utilisons le mot immaculé, traditionnellement utilisé pour la Vierge Marie. Mais sachez que l’état de pureté est et ne peut être détruit. Ton âme est pure. Comment pourrait elle être différente ? Ce que tu regardes avec Honte ou Mépris, selon qu’il s’agit de toi ou des autres n’appartient pas à la nature inaliénable de ton âme, mais à la nature de ton expérimentation. Il y a une très grande différence. Au fond, tôt ou tard, il ne restera plus rien à expérimenter, alors tout sera dit et il ne restera que vos âmes, pures et magnifiées, dans un incroyable tourbillon qui ressemblera à une galaxie. Qui sait alors ce que vous réaliserez ?

Réaliser, vois tu, c’est ce que fait Dieu, c’est aussi ce que fait toute âme accomplie. Passé le temps de l’expérience vient celui de la création divine. La création, tout comme la poésie, vit et chante comme dansent vos mots sur les feuilles qui volent. Les papiers tombent parfois au sol, mais les idées jamais. Les idées prennent vie et animent le cosmos, le votre, de toutes vos intentions passées, présentes et en naissance. C’est ainsi que votre univers ressemble à un jardin qui est lui-même à l’image du paysan qui l’anime et l’exploite.L’idée majeure vois-tu, c’est l’envie de bien faire. Intention divine qui anime les cœurs les plus délicats autant que ceux encore peu expérimentés qui font leurs premières armes sur votre terre. Si votre idée est de bien faire, c’est exactement comme si vous aviez choisi les plus belles couleurs pour entamer la création d’un tableau. Nécessairement il sera joyeux et coloré, même si le dessin est maladroit.

Vous dites, et ce n’est pas « de nous », que Dieu vomit les tièdes. Oui d’une certaine façon, Non nous ne les vomissons pas car la tiédeur est comparable au sommeil. C’est, au pire, une perte de temps. Une sieste de l’âme. Un repos. Il faut parfois à l’apprenti un temps de calme avant de se remettre à l’ouvrage. Comment pourrions nous chasser de nos préoccupations la fatigue inhérente à votre travail ? Voilà pourquoi nous avons choisi de parler avec toi à la fois de la fatigue et de l’envie de bien faire. La seconde suit ou précède la première, selon l’état du poète ou du peintre….Les tièdes n’ont pas envie. Ou si peu. Cette absence de désir dans laquelle les plonge la lassitude de l’âme qui souhaite se reposer rend leur existence physique assez peu utile aux yeux des autres. Ils sont là comme des observateurs parfois muets, parfois rieurs, se comportant quelquefois comme la cigale de vos fables. Inanimés au sens profond du mot, soit non animés d’intention, ils n’habillent l’univers ni de poésie ni de vie d’aucune sorte, ils finissent même par provoquer une certaine souffrance en réaction de ceux qui, à tous prix, veulent vibrer en résonnance avec le monde ou dans le but de le façonner, que ce soit pour leur bénéfice personnel ou pour celui plus général de tout un peuple ou une cause.

Mais n’est-ce pas là finalement une autre sorte d’expérience qui ajoute à la réactivité des leaders ?Nous appelons leader une personne qui anime le monde. Peu importe sa position sociale.La femme qui prépare un plat merveilleux est un leader. Autour de sa table règne un certain bonheur.Mais un gouvernant qui ne songe qu’à son bien propre est tiède. Sa poésie est sans saveur.L’homme nouveau est animé par l’envie de bien faire. Il parfume son environnement de cette substance surnaturelle dont le pouvoir dépasse votre entendement. Respectez infiniment la joie qui anime cette motivation.

Ce que nous voulons te dire, c’est qu’il n’est pas utile d’en arriver à une fatigue désastreuse et traumatisante et qui vous éloignerait de votre créativité primordiale. Si la motivation amène la joie de bien faire, cette joie doit être assez nourrissante pour que vous soyez comblé et à même de continuer. A quoi sert un guerrier épuisé ? Mangez, vivez, amusez vous, puisez dans la vie et sur cette terre tout ce dont vous avez besoin pour être heureux. Soyez dans l’abondance et l’abondance fera de vous un homme de l’art. Les privations, le jeune et la douleur ne sont en aucun cas des outils de travail divin. Suis-je assez clair ? Vois tu, nous ne voulons pas de bons Chrétiens doloristes au nom d’un Christ crucifié. Nous encourageons les rêves et les essais, les poésies ratées nous plaisent plus que les pages blanches et les pinceaux mal lavés sont toujours préférables à ceux qui ne servent jamais. Autrement dit, s’il y a souffrance, cela amènera un rétablissement : comme un enfant qui se relève. Mais si l’enfant n’apprend pas à marcher par peur de tomber, il va perdre beaucoup de temps à faire sa croissance. Mais nous ne voulons pas la souffrance ! Nous ne la choisissons pas plus que la mère n’a envie que son fils turbulent se casse le bras en jouant.

Tu penses souvent que l’homme exploite la terre dans l’excès. C’est vrai. L’abondance, ce n’est pas l’exploitation abusive de vos ressources, c’est l’utilisation de ce qui est à disposition. Soyez donc dans l’abondance d’envie de bien faire avant d’être dans l’abondance de profit – et non l’inverse ! Hors le jeu de l’homme de votre époque est de consommer avant de créer. Comme si vous aviez si peur de manquer qu’il faille vous gaver de tout, pendant que d’autres n’ont rien, et avant même d’avoir songé aux conséquences de vos prélèvements.L’idée de bien faire existe par elle-même et conditionne votre univers, elle le rend prêt à votre nouvelle expérience, mais elle ne la remplace pas. Cette expérience doit être vécue sereinement, tout à fait comme le peintre voit sous ses yeux le tableau prendre vie et s’animer. C’est alors que vient l’abondance. L’abondance est le tableau, la poésie ou l’ouvrage. L’abondance est un résultat créatif. Elle vous nourrit sans limite, la seule limite étant votre propre capacité à vouloir créer cette forme de vie autonome et universelle, soit présente dans tout l’univers.

Mais les idées en l’air, celles qui finalement ne vous ont jamais fait pleurer de joie ou de désir vrai, s’étiolent et disparaissent comme le bouton de rose, symbole de la beauté éphémère qui anime la matière.Comme votre monde est équilibre, tu dois à présent prendre conscience de ce que cela suppose. D’un coté ta force créatrice, joie divine et expérience tout à la fois, de l’autre la matérialité et la difficulté à rejoindre l’abondance qui évite de sombrer dans la fatigue terrestre (sans laquelle il n’y aurait ni vieillissement, ni limite). C’est à toi, l’homme d’expérience, mais aussi l’homme de soins et de réconfort, d’évaluer les ressources, les tiennes comme celles de tes proches, pour cheminer pas à pas vers un monde plus extraordinaire.
Petit commentaire :Comme nous sommes un peu crevés tous dans notre micro association, nous avons eu envie de retenir le mot abondance....C'est partial, certes, mais ça fait du bien ! Surtout de retrouver le sourire en faisant le rapprochement entre notre investissement dans cette vie et ce qu'elle nous restitue avec joie ! Nous avons eu le sentiment de découvrir une vraie recette du bonheur et nous la partageons avec enthousiasme...

1d111b0e

Rêves et Désirs, à l'image de la création Divine

Avant-Propos :Qui ne s'est pas dit qu'il ne fallait pas prendre nos rêves pour la réalité ? Et qui n'a jamais culpabilisé à la suite d'un achat compulsif ou d'une envie dévorante qui n'obéit à rien de sensé ?Et si ce message était l'une des réponses possibles ?Après l'avoir lu et relu, nous n'avons pas résisté à la tentation de faire nous-même ce qu'il propose. Il en est ressorti une telle prise de conscience ! Et aussi beaucoup de joie.

22 1

Le Rêve, L'expression Créatrice de notre Âme :

Le message:Rêves, Désirs et Pulsions

C’est un sujet délicat car vous avez parfois tendance, en pendulant d’une extrême à l’autre, à les chasse comme si il/elles étaient diaboliques ou synonymes de faute ou bien au contraire à y adhérer brusquement comme l’on subit une impulsion électrique incontrôlable !Mais le rêve est à la base de toute forme de création ! Le chasser reviendrait à taire votre intuition créatrice et tout ce qu’elle contient de beau et de magique par rapport à votre réalité. Votre réalité n’est qu’une pâle esquisse de vos possibilités. Lorsque vous parlez de paradis, vous parlez de rêve, lorsque vous parler de rêves, ceux-ci s’appuient souvent sur des envies nées de votre désir d’un instant et de vos sentiments profonds. Ce mariage subtil porte votre art, vos morceaux de musiques, vos tableaux fameux et vos vins fins autant que vos ouvrages d’architecture et vos citées sont souvent rêvées sur plan avant d’avoir été réalisées au moins en partie.

Accueilles donc en paix ces désirs majestueux dont la force bouleverse bien des plans, et s’ils obéissent à des valeurs profondes que tu reconnais au fond de ton cœur, aides les à se réaliser dans la matière avant qu’ils ne rejoignent la mémoire sans faille de vos réalisations. Mais si tu sens que ces sentiments en apparence nobles ne sont que l’ombre d’une motivation plus duelle et que le désir qui te porte ressemble plus à une pulsion qui te guide comme la canne guide l’aveugle, alors sois vigilant, tu n’es plus toi-même, l’homme entier, divinement créateur, mais l’expression ponctuelle de son énergie terrestre avec tout ce que cela comporte comme voies de questionnements pour vous.Si tu pars, dans cette peur incontrôlée, de renoncer à tes vœux, de perdre tes projets, ventre à terre comme le chien de chasse vers un rêve que vous appelez irraisonné, mais qui, en réalité, n’est que l’expression incomplète du rêve vrai ; alors le résultat sera aussi éloigné du rêve que ton envie était éloignée de la réalité profonde de ton cœur.

Tu vois, il n’est pas question de renoncement et si ce mot est « à la mode », comme vous dites, mais de retour à l’expression la plus vraie possible de votre âme. Pour certains d’entre vous, ça s’appellera l’analyse, pour d’autre un temps de réflexion, mais en réalité, ce n’est pas du tout une affaire d’intellect, mais de connexion à Dieu. L’homme connecté ne redoute ni le rêve, ni son résultat. Il ne s’en occupe pas du tout et suit le chemin tracé avec une confiance absolue en la partie divine profondément ancrée qui le guide. Ce n’est pas une question de Savoir, de Coût, mais d’Abandon. Le renoncement véritable, n’est pas celui du monde, mais de la mesure du rapport qu’il existe entre lui et vous. Hors, depuis des millénaires, cette évaluation que vous appelez Savoir, mais qui, en réalité, n’est qu’une perpétuelle et rassurante évaluation de ce qui peut vous atteindre (et de comment s’en prémunir ou en profiter), n’a jamais facilité les constructions de vos plus beaux ouvrages d’art. Le Savoir est devenue Science et la Science est devenue Dogme, tous comme vos religions. Vois-tu : le Dogme est un anti-rêve. Vous exprimez le Dogme pour diriger des pulsions et vous vivez petitement de calculs minutieux qui devraient vous protéger, mais vous limitent.

La science n’est pas non plus une nuisance. Elle est une forme de réflexion et promeut la conscience face à l’instinct animal. La science est une illusion de savoir, elle vous habille et vous renvoi à chaque faux progrès à l’arbre, la pomme et la feuille de vigne. Le pêché n’a pas cours, mais si nous devions vous expliquer la nature profonde de l’erreur scientifique, elle resterait conforme à cette image ancienne qui dit que l’arbre de la connaissance, symbolisé par le serpent dressé, a induit une éviction du rêve et placé sur une haute marche une pulsion aussi difficile à conduire qu’un cheval fou.Ne sois pas triste, il ne vous est pas non plus demandé de vivre comme l’homme des cavernes et ce que vous appelez le progrès est très heureux, ne confondez pas le progrès technique avec l’expression du rêve alors que bien souvent il commence par le détruire en le qualifiant d’impossible.

Nous allons vous offrir, et que ceux qui y ont ou auront accès, s’y imprègnent d’une lumière créatrice dénuée de limite, une ouverture au rêve. Imagines que nous t’offrons à la fois le talent (qui est en toi), les pinceaux et la méthode…Imagines que tu es assis au bout d’un piano aux sonorités parfaites et que tes doigts dansent sur ses touches d’ivoire comme s’ils étaient animés d’une vie propre, imagines surtout que tes mélodies enchantent les âmes qui écoutent et les délient afin qu’à leur tour elles se saisissent de leurs rêves. Le rêve vrai n’a ni besoin de compétences ni besoin de moyens, le rêve est la permission divine d’accès à la création.Accordes toi un instant de repos profond, délaisses tes devoirs et oublies tes ennuis matériels, observes la nature afin de t’y connecter et d’entrer en relation avec elle. La nature est l’expression du rêve par définition. La Fée est un rêve et elle chante les arbres fruitiers autant que les ronces.

Serein et détendu, demandes toi ce qui te plairait vraiment, quel projet, quelle vie, quel monde. Laisses les sensations te gagner, les bruits et les couleurs, les formes et les gouts. Le rêve existe au point de le percevoir à l’aide de vos 5 sensDans ce tableau animé, tu perçois l’expression de tes valeurs profondes. Elles se reconnaissent à la joie qu’elles provoquent. Une joie immatérielle et non limitée.A présent, replaces dans ton rêve cette envie subite ou récurrente qui anime ton repos.Le paysage de tes rêves est-il cohérent en ayant dessiné tes désirs de matière ? Ces désirs en sont ils un élément clé ou provoquent ils une rupture de l’harmonie qui s’en dégageait avant leur introduction ?Dans le premier cas de figure, ton imagination humaine vient de te proposer un pont entre la matière dense et le paradis. Sa réalisation t’apportera à toi une joie et une paix profonde ainsi que plus de force à la partager. Mais si ce désir n’est que pulsion, le tableau s’égare et la peinture s’effrite. Le rêve n’est plus.

A chaque ébauche de chaque créature, l’univers complet qui est votre est éclairé et accroit sa conscience divine. Comprends-tu à présent à quel point l’homme qui ne rêve pas, l’homme tiède, engendre l’immobilité.Ne te refuses pas chaque petit désir que tu n’aurais pas inscris dans l’œuvre finale, c’est ainsi que l’alchimiste se perd en sombrant de façon si maniaque dans sa marmite d’initié alors que l’initié, l’alchimiste vrai, anime la matière de ses intentions et transforme le 2 en 1.Saches que l’homme divin sait d’instinct, comme l’animal, ce qui appartient à son cœur...

Petit commentaire :Nous continuons d'être sous le charme de ces messages optimistes mais exigeants qui éclairent nos difficultés comme autant de possibilités heureuses d'avancer. A l'heure du grand chamboulement à défaut d'un grand avertissement, il est bon d'avoir des moyens simples de se fixer des repères dans la tempête...

1d111b0e

L'enfer et les Démons, le Paradis et les Anges ???

Avant-Propos : Un sujet délicat qui occasionne bien des débats chez tout le monde ! Il existe ou pas ? Pourrait être la question clef à laquelle nous avons tous eu à faire à un moment donné.
Mythe ou réalité ?

Frederic god the father c1890
Le message :Enfer, Paradis…

L’enfer existe, et il n’est pas unique. Toutes sortes d’enfers existent. Oseriez-vous imaginer la pire des horreurs qu’elle serait inférieure à la réalité infernale et démonique qui entoure votre monde autant que la sphère céleste. L’’équilibre duel ne s’arrête pas à la matière terrestre que vous connaissez, l’équilibre duel s’applique à toute forme de création, même si Dieu n’a pas voulu ni la souffrance, ni l’enfer. Mais il a été créé et les démons sont de véritables « personnes » comme vous pourriez le dire, même si ces personnes sont infiniment puissantes. Vous parlez d’Anges déchus, il faut y comprendre que si l’Ange a une puissance merveilleuse, le Démon a la même, il est son pendant, il est son ombre noire et vous êtes ses élèves. Oui il convoite sa part de la terre et ne recule devant aucune astuce pour voire faillir de belles personnes à l’avancée spectaculaire. Celles là même pourront mourir sur votre terre de leurs convictions, puis être la proie des démons avant d’endurer les sévices les plus variés. La différence entre une personne grande et une personne en cours d ’apprentissage, c’est que la première a une grande force à sa disposition pour se préparer et se défendre. Mais se défendre n’est pas la meilleure solution. La meilleure solution reste de garder son cœur ouvert. Alors les Démons voient leur activité très limitée et n’ont qu’un faible impact physique sans lendemain.

Votre histoire regorge de belles personnes qui ont du souffrir de ces impacts démoniaques, comme votre curé d’Ars justement. Mais chaque lutte le rendait plus fort, comme un vrai combattant n’est efficace que s’ il a une armée en face de lui. C’est donc bien une expression de la guerre et comme toutes les guerres elle fait plus de victimes chez les simples soldats que chez les généraux.L’enfer est à la porte de chacun, sur terre il n’est qu’un reflet de sa réalité plus profonde. Une réalité qui entoure l’âme comme un filet prend le poisson sans lui laisser de chance. Prétendre échapper à l’Enfer, c’est faire croire à la sardine qu’on l’élève pour sa beauté.

Je ne veux pas vous effrayer, l’enfer est à la mesure de votre précieuse vie terrestre, il n’y a pas d’injustice qui enverrait en enfer (d’ailleurs on est pas « envoyé » en Enfer) de bonnes personnes ayant fait 3 mensonges et écrasé quelques insectes. L’enfer, c’est la voie de ceux qui ont peur, et aussi du vrai désir de détruire. L’enfer est avant tout le fruit naturel d’une mauvaise conduite et non d’un jugement.Les démons en sont les dirigeants. Ne les invoquez pas, ne pratiquez aucune forme d’activité occulte en rapport avec des forces que vous ne maitriserez pas. On ne fréquente pas, ne dirige pas un démon, pas plus qu’un Lion affamé et en colère. Les démons sont menteurs, malins, parfois même d’une belle et bonne apparence. Ils vous induiront en erreur avant de vous faire faillir point par point, comme le vinaigre corrompt le bon vin à distance. Vivez sur cette terre sans avoir recours à d’autres mondes qui vous feraient rêver de résoudre vos problèmes et de répondre à vos questions. Ce que les démons ont à vous dire vous fera vomir de peur. Et une personne effrayée gâche sa vie toute seule, montant par là la première marche de l’enfer.

La réponse à l’enfer et la meilleure de vos armes est la paix de votre cœur. Elle trace le bon chemin et vous protège. Votre terre est une terre de luttes pour de nombreuses créatures. Vous n’avez pas à rentrer dans cette lutte, à moins que ce ne soit votre destin, et dans ce cas, vous en seriez avertis. Soyez heureux et veillez à construire le paradis, il existe tout autant, même s’il va bien au-delà de ce que vous pourriez imaginer. Si la terre est infernale, c’est le fait de ses habitants, mais pas le notre.Ne soyez pas excessifs : le Diable n’est pas partout. Ne soyez pas innocents, il e st partout. Mais derrière ses voiles il n’est le plus souvent qu’un observateur qui cherche des intermédiaires pour pouvoir intervenir.

La prière est puissante, très puissante, même si elle ne vous apporte pas toujours ce que vous avez demandé. Les prêtres exorcistes de vos églises ont renoncé, les Eglises ont renoncé. Il ne vous reste que quelques pionniers qui doivent affuter de nouvelles armes face à un ennemi qui attaque sur tous les fronts. Priez, Priez qui vous voulez, Priez la voie de votre cœur. Tout comme le ménage assainit une maison et en chasse la plupart des insectes, la prière assainit votre cœur et en chasse la plupart des erreurs, ne laissant au Démon qu’un territoire vide.Beaucoup d’entre vous ergotent sur le nom du Démon : Satan, Lucifer, etc… Ce nom variant selon vos cultures. Mais qu’importe les arrangements faits avec l’histoire et l’origine de ces surnoms. Le démon se passe de baptême et se passe de votre connaissance pour intervenir.

Appelez à l’aide, appelez au quotidien votre Ange Gardien, il est démodé comme un vêtement ancien et pourtant sa protection est vraie. Il ne vous soulagera pas toujours des soucis de la matière qui doivent être vécus pour que vous appreniez à construire par vos soins une vraie et belle demeure. Mais il vous donnera la force de le faire. Il sera incroyablement présent, comme l’ami à qui l’on parle et qui nous rassure ou nous écoute. Vous sentirez son amour, celui- même dont vous rêvez chaque jour au lever du soleil. Puisse-t-il avoir la chance d’être votre rayon de soleil.S’il ne peut pas vous faire gagner au loto ou vous permettre de recouvrer la santé ou encore de trouver un conjoint plein d’amour, votre ange (ou quel que soit son nom) saura vous combler et vous montrer concrètement qu’il est présent.
S’il ne doit pas vous apprendre à marcher comme la mère ne doit pas toujours tenir son enfant, il vous évitera sans doute de nombreuses chutes. Et il cantonnera le démon à sa place, soit loin de vous. Depuis votre naissance jusqu’à votre mort, il est là pour vous aider à devenir l’architecte de votre vie. Démons et Anges ne sont pas à l’extérieur, mais en vous car c’est en vous que vous trouverez le moyen de combattre ou construire.N’ayez pas peur, c’est l’arme du mal. Ayez votre foi, c’est votre meilleure réponse au mal. Ne renoncez pas, ne vous laissez pas corrompre. Relisez ce que nous avons déjà écrit, vous avez déjà de nombreuses réponses à la question du « comment être plus heureux...

Petit commentaire : Notre question reste un peu là : on voudrait savoir et il ne vaut peut être mieux pas savoir finalement. Et si la meilleure solution c'était de vivre au mieux ? C'est déjà un très bel objectif ! On va justement en parler à notre ésotéricien à la page interview d'un spécialiste de l'occulte.La question de l'Ange gardien est vraiment pourvoyeuse de bon moral. Dommage que certains écrivains affolés du porte monnaie de type Doreen Virtue ont un peu transformé le sujet en farces et attrapes....Un échange questions/réponses, presque un dialogue

Avant-Propos : Il est rare que René et "Joseph" échangent presque comme 2 personnes. C'est la particularité de ces 3 pages manuscrites que nous avons mis 3 heures à déchiffrer tant elles étaient "chahutées" par l'intensité de cette relation entre le vieux guerisseur et son "ange"....La qualité est au rendez-vous et bien que nous ayons envie de garder un certain sens critique, c'est vraiment passionnant ...

1560

L'échange :

Tu rêves peu, pourquoi as-tu renoncé à tes rêves ?Ma vie est finie, ma femme n’est plus, je passe mon temps à gérer des douleurs, il n’y a pas de place pour le rêve dans la vie. Je ne comprends pas pourquoi on en parle.Voilà le paradoxe de votre monde : il y a ceux qui rêvent, ceux qui le vivent et ceux qui œuvrent dans une certaine peine, comme si ils n’entendaient plus les oiseaux chanter le matin. Rêver est une part importante de votre vie terrestre, c’est un privilège que de pouvoir se placer en position de création là où d’autres pensent subir et ont abandonné toute idée de joie.

Le rêve nocturne est le tableau librement créé par toute l’histoire de la famille humaine, il est un monde dans le monde et il n’y a pas plus de liberté que dans cette dimension. Car le monde rêvé existe de la même façon que votre monde à vous, tout autant créé d’ailleurs. L’un n’est pas moins vrai que l’autre…Vrai ou Faux ne sont que des questionnements inutiles, ce qui compte, c’est ce que vous en faites, le matin venu, en ouvrant vos yeux neufs sur une journée inconnue. Hors à chaque réveil vous chassez le rêve et considérez avec le goût de l’habitude ce qui va venir. Habitude, Angoisse, peur et parfois, parfois seulement, un peu de joie….Pourquoi l’histoire de la famille humaine ?

Car génération après génération, ce que vous appelez les archétypes ont nourri votre inconscient comme une palette de couleurs que vous pouvez utiliser en fonction de vos besoins personnels. Ainsi continuez-vous à donner vie à la mémoire transgénérationnelle. Ces apprentissages ne sont pas tous à refaire, ce qui a été expérimenté n’a plus à l’être. L’avenir n’est pas la répétition du passé.Pourtant on dit souvent que rien ne se perd, rien ne se créé et tout se transforme ?

QU’est-ce que la transformation, soit Trans-Former, comme Trans-Porter, passer d’un stade à un autre en utilisant la même planète. L’énergie initiale demeure, mais la mise en forme change. Les rêves portent vos vœux, vos peurs, vos expériences bonnes ou désagréables. Ce que vous appelez un cauchemar n’est pas une vision infernale destinée à effrayer, c’est un apprentissage qui a été ancré et qui se rappelle à vous pour pointer du doigt une difficulté à surmonter. Un rêve, c’est un peu comme un professeur secret, venant à la nuit tombée, donner des enseignements oubliés……Tu as oublié les loups, mais que tu sois confronté à un danger et le rêve du loup te rappellera qu’il existe concrètement et que tu dois t’en préserver en prenant le bon chemin. Le rêve est le pendant de la vie dite réelle. Il est souvent un auxiliaire précieux.Mais souvent, on ne s’en souvient même pas.

S’en souvenir n’est pas le but. Il marque l’esprit, comme un vaccin, et vous rend plus sensible. Les rêves qui alimentent votre sommeil ne sont pas non plus des guides à suivre aveuglément et vos sociétés ésotériques tendent à l’excessive interprétation de chaque image. Les rêves sont à prendre avec le même détachement que les évènements de la journée, accordez leur trop d’importance et ils masqueront la forêt derrière l’arbre trop voyant qu’ils dessinent. Mais parlons de vos rêves humains, car l’homme rêve en plein jour et cela aussi est merveilleux de créativité et d’énergie. Rien ne porte plus la terre vers son devenir que de bons et beaux rêves qui dessinent les plus belles cités et les plus jolies de vos campagnes.Mais tous les rêves ne sont pas réalisables et certains se réalisent sur le dos des autres ?

Un rêve n’est pas fait pour être réalisé. Un rêve vous porte et vous Trans-Porte, son sens profond n’est pas de devenir matière, mais de vous donner les moyens de la transcender. Rêvez de richesse et peut-être aurez vous la force de construire une entreprise assez vaste pour porter des milliers de gens…La dérive n’est pas dans le rêve, mais dans l’usage que l’on en fait.Rêver ne doit pas se limiter à une expression terrestre du désir.Rêver est l’expression même de la divinité en vous, sans limite à la beauté, sans limite à l’expansion.Un rêve d’argent est déjà brisé et restreint qui a été abimé par le fait de penser, à un niveau profond, que l’argent est le seul moyen de construire.

Rêvez d’Amour vous rendra disponible. Rêvez de bien-être et peut-être allez vous vous remettre à marcher. Rêvez de tuer votre voisin et justement vous ne le ferez pas. Car vos rêves sont aussi des exutoires puissants à la violence née de vos manques.Rêver ne peut pas faciliter le passage à l’acte Le rêve ne peut pas faire de vous ce que vous n’êtes pas. Il n’est que l’expression de qui vous êtes et non l’inverse.Et les démons, peuvent-ils nous influencer ?Oui, mais pas plus que ce que vous appelez les « mauvaises influences ». Rien ne peut atteindre votre libre arbitre. Les démons n’ont donc pas cette possibilité non plus, à moins que vous décidiez de les suivre, jusqu’en enfer…..

Et quand on pense qu’on ne rêve plus du tout ?Ce serait bien triste. Mais tous rêvent. Certains par contre ferment le volet pour ne pas voir le jardin, et c’est bien leur droit. Pourtant, le jardin est là et continue de pousser. C’est pareil pour votre jardin intérieur.
Petit commentaire :Voir les rêves sous cet angle leur donne une grande valeur, nous rassure, même si nous ne nous en souvenons pas et nous évite d'y chercher d'impossibles réponses. Loin très loin des tonnes de livres qui évoquent chaque image pour la traduire, le rêve vu sous cet angle n'est pas à analyser, mais à ressentir en profondeur. Il nous renvoit à nous-même et nourrit notre existence...

1d111b0e

Un Texte prophétique ?

Avant-Propos :Durant cette période de crise où nous sommes tous plus ou moins en tain de chercher des solutions pour résoudre des problèmes concrets, ce texte nous a paru important et nous n'avons pas respecté l'ordre chronologique de retranscription de nos cahiers. Un texte quasi fondateur émanant d'une Source qui se veut à la fois rassurante et  concrète. Une source de réflexion pour nous. Nous vous souhaitons une lecture heureuse de ces mots qui ont l'air fort sages.

 

 Les 4 cavaliers de l'apocalypse : une image peu rassurante ?

 Ottheinrich folio288r rev6a

Le message :Où en est la terre ? Tant de souffrances !

Votre terre, telle que vous la connaissez, se meurt. Pas d’une mort planétaire, mais une mort de l’esprit, l’esprit créé disparait et fera place à une nouvelle terre, plus brillante, plus spirituelle, plus vaste encore. C’est une évolution naturelle et pour laquelle tant d’âmes œuvrent en silence et sans même se savoir reliées les unes aux autres durant leur passage sur Terre. A un autre niveau, tant d’autres vous soutiennent et donnent un coup de main à vos projets, ne laissant rien au hasard, pas la moindre incarnation, pas la moindre poussière, n’est autre qu’à sa juste place. Ne sois pas triste ou anxieux, tout est bien et bon et rien ne saurait dégrader l’ordre divin qui n’a rien à voir avec l’ordre humain.Les 3 décennies qui vont suivre seront matériellement et humainement  terribles car il faut bien que l’hiver passe avant que le printemps ne permette la renaissance d’une nature vaste et spirituelle. L’ancien monde doit donc mourir à lui-même, et avec lui une civilisation qui a prouvé ses limites en tant qu’expérience humaine ponctuelle et créative. Ne regrettez pas cette culture dont vous n’auriez pu vous faire l’économie. Ne regrettez pas le temps du commerce et de ce que vous appelez l’économie libérale ou de marché, mais ne fallait il pas que l’enfant trébuche sur ses propres errements avant d’envisager les choses autrement ?

Vois tu, l’essentiel est que, à temps, à temps pour vous, car à notre niveau cette notion de temps n’existe pas, à temps Dieu, la source Divine ou son expression, facilite/génère/envoie la solution, tourne la page, vous indique la nouvelle Direction à prendre, pendant que des milliers d’âmes incarnées, toutes ensembles, même si elles ne le savent pas, poussent le bateau vers une ile calme et nourricière où redémarrera un modèle humain construit sur des valeurs spirituelles simples. Un retour à la Source, à Dieu donc, à l’amour fondamental.Ne crains pas la souffrance, elle ne sera proportionnelle qu’à ce que tu peux vivre et ce, pour chacun d’entre vous. Nul n’aura été tenu de vivre autre chose que ce qu’il a conçu, pour le plan Divin. Certes des millions vont mourir, d’autres millions vont éprouver le Manque, d’autres millions éprouveront Maladie et Souffrance psychique, parfois atroce à un niveau matériel strict. Mais sans cette difficile pénurie créative (car il ne s’agit que de cela), combien de temps aurait duré l’agonie avant que la réaction ne permette/facilite la mise en place d’un véritable amour pour le Tout Terrestre qui est l’expression de la création divine et de la votre (Votre expression créative est Divine).

 

Saches que, si tu nous fais confiance, car nous sommes avant tout tes amis/parents/ et que nous t’aimons toi et les tiens infiniment, nous te mettrons à l’abri, Toi et les Tiens, pour ces 3 décennies. Vraiment et Concrètement, car nous savons que ces souffrances physiques potentielles sont insupportables à votre niveau, et nous ne les souhaitons pas. Oh non, nous voulons vous indiquer le chemin, la maison, le jardin, la vie et la source. Mais pour cela, il faut nous  laisser placer sur votre route les ressources dont vous aurez besoin. Et quiconque voudra bien ramasser les paniers de fruits que nous plaçons pour les grands migrants du siècle nouveau, mangera à sa faim. Quiconque voudra bien profiter de nos herbes médicinales sera soigné et quiconque voudra bien accueillir les âmes sœurs assises sur le bord du talus sera à l’abri de la solitude, enfin au bout du voyage une arche attend les grands migrants pour leur offrir paix et soutien, le plus matériellement du monde, car nous sommes très heureux de vous offrir le meilleur à votre niveau d’incarnation et votre corps physique a besoin de vivre dans de bonnes conditions pour pouvoir exprimer votre plein potentiel d’âme incarnée. Nous ne laisserons personne nu sur le bord du chemin.Non, la Source ne châtie pas, la Source est Amour, elle préserve. Mais elle laisse l’homme achever sa terrible expérience en préservant ce qui peut l’être. Si prophètes et fous de Dieu expriment l’idée d’une vengeance, cette idée n’est qu’une traduction erronée de nos vœux de paix, d’amour et de joie pour les nôtres qui sont de notre famille.Non, nous vous soutiendrons, nous vous tiendrons la main dans le noir. Et nul besoin d’avoir sur soi une marque physique de reconnaissance, c’est aussi bête que si nous vous disions qu’une mère humaine a besoin d’un coup de crayon sur les vêtements de ses enfants pour les reconnaître comme les siens. Soyez Nôtres !Oui, certains ne trouveront pas de panier de provisions sur le chemin. Car là n’est pas leur but. Et, humainement, ils maudiront Dieu, et les prophètes leur répondront que Dieu punit leur mauvais comportement. Mais il n’en est rien. Dieu ignore même le sens du mot punition. Mais Dieu sait faire la lessive si tu permets cette comparaison. Et la terre est vraiment salie au-delà du raisonnable.

 

Dieu va faire la grande lessive et chassera la boue. Aucune âme n’est boue, toutes les âmes sont les enfants du Divin. Aucune âme n’est « punie » d’un enfer  éternel. Mais libre à elle de suivre un chemin où un autre et certaines ont choisi d’expérimenter un chemin qui va les mener en Enfer, leur Enfer. Avant qu’elle ne transforme la terre en Enfer pour tous, ce qui serait très injuste, il nous est nécessaire de commencer à trier le bon grain de l’ivraie. Mais vois tu, il n’y a qu’une mesure libre et joyeuse qui consiste à préserver ce qui doit/peut l’être.Je vais te donner une comparaison, car cette idée de justice est importante pour toi et les générations à venir. Tu as quelques kilos de haricots dans un sac, et dans un petit coin, des parasites attaquent et ont déjà abimé des haricots. Que fais-tu ? Laisses-tu tous les haricots ensembles ? Car si tu fais cela, tu vas avoir tous tes haricots inconsommables ! Non, tu prélèves toute la partie parasitée afin de préserver les kilos de bons haricots, puis après cette séparation, tu brules les parasites et les haricots contaminés et enfin tu offres un environnement sécurisé aux haricots préservés. Comme cela, tu préserves aussi l’avenir alimentaire de toute ta famille.La terre est une énorme réserve de haricots. Nous allons bruler et laver tout ce qui est contaminé et sale afin de préserver ce qui peut/doit l’être. Et nous ne parlons pas d’âmes qui, par définition, ne sont pas à « bruler », mais plutôt de l’environnement  incarnationnel de celles-ci. Si nous ne procédions pas ainsi, dans moins de 4 décennies, la terre ne serait plus. N’a-t-elle pas son mot à dire ? Et elle exprime souvent sa révolte silencieuse sans que vous n’ouvriez vos oreilles ou votre cœur. Capable de miracles, de jardins merveilleux et de climats accueillants, vous ne lui offrez souvent, en guise de réponse, que de sinistres exploitations dites commerciales, polluantes, destructrices pour une nature pourtant si équilibrée.

 

Viendra pour toi le temps de la vieillesse, tu ne connaitras pas le grand bouleversement. Mais tes enfants, leurs cousins et leurs amis, Oui. Ils éprouveront la peur s’ils n’ouvrent pas leur cœur au Divin. Car le Divin met à l’abri de la peur. Seuls ceux qui nous font confiance et écoutent les petites voix qui les guident pourront passer sans dommage cette période. La moindre tristesse, le moindre doute sera énergie créatrice d’un voile supplémentaire, hors de nombreux voilent obscurcissent déjà la vue des  terriens. Le soleil restera visible pour ceux qui verront clairs derrière les apparences. Les moyens seront donnés en abondance à ceux qui voudront bien les partager. Mais nous ne soutiendrons aucun projet individualiste basé sur la culture du Soi au lieu de la culture du Grand. Le Soi est petit, le Grand est Tout. Nous ne vous demandons pas d’abandonner l’éclairage égocentrique et individuel que vous avez de vous-même car il est le sens même de votre expérience au travers de l’incarnation. Mais nous vous demandons de nous honorer de votre confiance, posez vos bagages et écoutez, la tête sur le sol, les bruits de la vie qui continue. Marchez joyeusement à la rencontre de votre vie enfin libérée des contraintes matérielle de votre siècle, devenues épouvantables.Viendra un temps, où vous vous souviendrez de ces paroles un peu simples ou peu faciles à envisager. Viendra un temps où votre monde ne pourra plus porter l’épanouissement de quiconque. Alors vous saurez que si vous voulez sauver le bonheur des vos enfants, il faut décontaminer ce monde.

 Ne maudissez pas non plus vos choix et ne chassez pas ce que vous êtes. Ne versez pas dans un ésotérisme qui caractérisera bientôt toute une partie de votre monde cherchant à comprendre sans réellement agir sur sa vie et puisant dans les textes le manque de courage de retrousser ses manches. On parlera d’une nouvelle spiritualité, mais celle-ci masquera plus probablement un échappatoire regrettable, l’idée que Rien n’est bon ou mauvais en Soi. C’est sans doute exact car il ne s’agit que d’une expérience dans le cadre d’une cours de récréation, mais les conséquences, elles seront terribles. Ne vous laissez donc pas contaminer par cette idée que l’absence de valeurs prévaut aux valeurs. Lorsqu’on parle d’Antéchrist, de Démons, d’Anti christ, pour reprendre les idées qui expriment la Souffrance par rapport à un chemin plus heureux, on parle de renoncement. Et ce renoncement est sans doute l’arme ultime que vous retournerez contre vous-même sous prétexte de ne pas prendre vos responsabilités humaines.L’égo est là pour permettre à l’âme d’apprendre à décider/créer/vivre sa Création.  L’Ego deviendra donc le fruit de toutes les menaces car la maîtrise de l’Ego caractérisera l’ensemble des mesures qui vont être prises concrètement sur votre terre. Vous verrez les Sectes se développer et les manipulations de tous genres gangréner la terre. Dans ce jeu de faux semblants où il vous semblera que plus rien n’a de sens, écoutez votre cœur et oubliez le combat matériel. Nous resterons avec vous du début à la fin. Lorsque vos anciens repaires sembleront s’effondrer, vous saurez qu’il est temps de faire vos valises de l’ancien monde et de vous préparez à partir pour votre nouvelle Demeure, mais ce déplacement n’est qu’une image, car chacun sera à sa juste place dans les temps.Tant d'artistes créent des jardins merveilleux qui sont autant d'espoir et d'une vision créative fabuleuse !

 Petit commentaire :Notre système d'indicateurs qui permet à notre discernement de rester "en forme" continue d'être plutôt au vert ! Il y a beaucoup de bon sens dans ce texte et il ne nous semble pas qu'il soit émaillé de propos spirituello abscons comme on en trouve beaucoup de nos jours. AU contraire, il nous met plutôt en garde contre la bêtise spirituelle (eh oui, ça existe....).

8056447 83081fa7

 

 

 

 

 

 

 

L'Amour Terrestre et Physique - Vu D'en Haut -

Avant-Propos :Cette question de l'Amour physique dans les écrits de René, ça surprend - en bien d'ailleurs !Bien des réponses qui ont l'air clair. Mais qui nous en posé d'autres questions, comme celle de la légitimité de l'Eglise sur certains propos....Une position claire aussi sur l'homosexualité, qui n'est pas pour nous déplaire.

Le Texte :L’amour sur votre terre est, comme l’homme, entre l’esprit et la matière.Si l’homme fait le lien entre ce que vous avez coutume d’appeler le haut et le bas (qui ne sont que l’expression duelle de la création), il en est exactement de même pour l’amour.Je ne te parle pas d’Amour. L’amour est – il n’est pas lié à l’amour physique.Je te parle du lien entre homme et femme. Je te parlerai aussi de l’amour entre 2 personnes du même sexe. Cet amour là aussi a le droit d’exister. Il n’est pas anormal. Il est inhabituel. Mes propos non dogmatiques frapperont un jour les personnes fragiles qui se réfugient dans une Eglise figée. Mais il y a un écart entre la recherche – tout à fait légitime – d’authentique, et le fait de croire que vous pouvez décider de ce qui est authentique et véritable.

 Hors toute forme d’amour est authentique. Seule son expression est parfois à la dérive. Comme un bateau perdu dans une mer agitée. Chaque personne souhaite faire l’expérience de l’amour. Chacun voudrait l’expérimenter dans son cœur, dans son esprit et dans son corps. Qu’y a-t-il de mal à cette volonté ? Ne jugez pas la maladresse ou l’écart de conduite. Ne jugez pas le choix qui vous déplait. Ne jugez pas les différences.Apprenez plutôt à aimer avec grandeur. Lorsque aimer deviendra Aimer, alors toutes vos questions auront trouvé leurs réponses évidentes. Les guerres ne seront plus. La pauvreté non plus, la tristesse sera oubliée, comme vos dinosaures préhistoriques.Mais je sais que ce ne sont pas ces affirmations là qui t’intéressent, mais plutôt la conduite sexuelle de vos enfants, les désirs éprouvés et durs à contenir, les ruptures amoureuses pleines de douleurs. Je veux bien aborder le sujet, mais crois moi : je suis incompétent ! Ou plutôt, comment veux tu qu’un être aussi peu sexué que je le suis puisse te parler de Sexe ?Chez vous, l’on dit que les Anges n’ont pas de Sexe. Il serait plus exact de dire que seules les créatures en ont. Le sexe est l’exception et non l’inverse.

 

Je te taquine René : je veux bien te parler de sexe, mais pas comme tu le penses.Le sexe appartient à l’animal. Le Désir n’est qu’une expression sexuelle. L’amour vrai n’est pas du tout lié au Désir Sexuel. Le Désir permet, facilite, provoque la reproduction de chaque espèce. Si nous parlons de haut et de bas, le Sexe est très en bas. Pourtant il ne faut pas dire que le Sexe est Bas, car il permet, facilite et provoque aussi des rapprochements qui seraient impossibles sans la forme d’attirance, certes simple, mais réelle, qu’il provoque. Combien de peuples, familles, tribus, ont réussi leurs alliances sur cette simple base. Le Sexe n’est pas un moyen très subtil de créer une famille, mais il en est un. C’est d’ailleurs pour cette raison que vos familles sont si fragiles. Il vous faut bien plus que du Sexe pour créer un lien d’Amour durable.Le Sexe n’est pas sale. Il est à l’image de celui ou celle qui le pratique. Un oiseau vole comme un oiseau. Une personne humaine fait à sa façon.

 

Le vice et la vertu sont des mots. Il existe des personnes vertueuses en apparence.La Vertu, c’est l’Amour. La Vertu est Respect, la Vertu est Joie. Tout ce qui éloigne des ces 2 notions éloigne d’une pratique sexuelle Vertueuse. Le Respect et la Joie sont durables et ne laissent pas de goût amer dans la bouche.Vois-tu, ça n’a aucun rapport avec l’analyse que vous en faites.2 personnes qui s’aiment ou croient s’aimer et font l’amour, miment la fusion. Ils la cherchent instinctivement. Mais cette fusion ne se construit pas physiquement. La fusion n’a pas de sens à un autre niveau. Nous parlerions plutôt de rencontre.Je sais que, dans certains groupes, on vous rabâche les oreilles avec un grand tout qu’il faudrait rejoindre. Oui et Non, Mais Non en fait. C’est un peu comme si on tentait de faire grimper l’Himalaya à un enfant de 2 ans. Il ne s’agit en aucun cas d’une fusion de l’individu dans un grand tout ébahi.

 

Dieu, la Source, n’est pas une extension absorbante qui annihilerait l’individualité construite à son image, mais alors quelle image ? Ce concept ne peut pas vous être traduit. Mais il n’existe pas de fusion qui détruirait l’individualité. Au plus près devrions nous parler d’accès à la Source Divine, au plus près étant à prendre au sens propre.La fusion sexuelle n’a donc aucun rapport avec une quelconque fusion entre 2 âmes. Elle reste l’expression d’un réflexe de reproduction.Le plaisir sexuel est à considérer à 2 niveaux. D’une part les caresses et toutes les démarches visant à offrir au corps de l’autre un moment de grand plaisir/douceur. Ce plaisir, qui n’est d’ailleurs pas obtenu uniquement par le sexe, mais par toute forme d’échange physique, donne vigueur physique et paix mentale. C’est à cela que l’on reconnait la forme épanouie du plaisir physique. D’autre part, ce que vous appelez l’Orgasme, qui est un plaisir mécanique bref, intense, à visée mécanique et reproductive. L’orgasme est donc vraiment lié au fait de faire des enfants. L’orgasme place l’homme entre Ciel et Terre, mais nous devrions dire entre Enfer et Paradis à cause de ce qu’il suppose.Bien des personnes pseudo initiées vendent à leurs pairs des pseudo contrôles de leurs orgasmes. Mais l’Orgasme n’est pas fait pour être maîtrisé en tant que tel. C’est un peu comme si vous vouliez manger en maîtrisant la digestion. Pas de digestion – Pas de vie.

 

Il est inutile de rejeter l’Orgasme, autant que de le rechercher absolument. Il n’est ni bon ni mauvais et il n’est pas responsable des dérives sexuelles qui te font peur. Lorsque une personne humaine dérive, elle ne maîtrise pas ses pulsions. Ce qui doit donc présider à l’évolution, c’est la maîtrise de la pulsion en général. Vous verrez, durant les 30 prochaines années, la pulsion régner en maître. Elle se saisira de l’être humain dans toutes les Directions. Elle sera plus tyrannique et extrême qu’une Religion. La Pulsion sera le Dogme. On vous dira qu’il faut écouter ses envies. La plupart d’entre vous traduiront qu’il faut suivre ses pulsions. Vous toucherez le fond.Le problème n’est pas le sexe. Mais le manque d’Amour, qui vous fait accepter de vous-même l’idée de faire du mal à Autrui, ou à vous-même d’ailleurs, ou à accepter qu’on vous en fasse.Pour utiliser le même langage que vous : N’acceptez aucune forme de Sadisme ou de Masochisme. Ces mots sont ceux de la souffrance. Le contraire de l’Amour.Quand aux amours illégales, aux homosexuels, aux amours illégitimes ou inhabituelles, je vais être ironique, c’est tout de même dommage que le mot Amour puisse encore être lié à des mots tels que illégitime ou inhabituel. Ce que l’Eglise réfute, n’est pas ce que Dieu réfute.

 Petit commentaire :Rien à Signaler...Si ce n'est que nous avons des choses à apprendre.Reste quelques questions sur le sujet, et notamment sur l'effondrement actuel de la famille en général et du couple en particulier. Ce qui rend le texte un peu prophétique...

1d111b0e

 

 

 La Peur, la Souffrance et l'Avenir...

 

Avant-Propos :Un texte qui date de Mars 1982, et ça a son importance que nous verrons par la suite ! Un texte encore profond qui mérite plusieurs lectures pour tenter d'en extraire la "substancifique moëlle".....Suivez le guide...de votre cœur…

 

Le Message :La peur est souffrance et engendre la souffrance, sans cette peur qui vous tenaille, votre monde irait déjà mieux. La peur ne fait pas de quartier, elle met à jour grandes et petites choses, bons et moins bons, beaux et moins beaux, grandes âmes et jeunes âmes qui tentent de fuir la dualité comme l’on tente de fuir une salle de classe ennuyeuse au professeur sévère.Mais il n’y a pas de professeur sévère, seule la souffrance dessine sur le tableau noir les cartes , les calculs et les lettres en plein et en déliées qui illustrent les propos : vous avez peur de la souffrance et à cause de cette peur vous la mettez en place avec un art consommé.

 

Si vous cessiez de craindre, vous puiseriez dans l’énergie divine à disposition tout ce dont vous avez besoin pour combler votre corps, votre cœur et votre esprit qui sont les 3 axes, la triade créée opposée à la triade non créée. Si Dieu s’est offert selon vous un fils et un Saint-Esprit, vous avez aussi un corps, un cœur et un esprit pour associer la conscience aux sentiments et aux émotions et à la règle physique qui régit votre monde. Ne croyez pas qu ‘un monde éthéré n’obéit pas du tout à cette règle, tous doivent se plier à la création et seul le retour à la source, au grand tout ou à Dieu, peu importe comment vous nommez cette divine union, tous doivent unir ces 3 pôles pour maîtriser la peur et la souffrance qui animent leurs motivations, les plus sombres comme les meilleures.

 

Le secret de l’évolution est en partie là : trop de peur, trop de souffrance va rendre l’âme humaine fragile et lui faire commettre des erreurs difficiles à corriger car elles sont des conséquences lourdes (que vous appellerez karma), mais un peu de crainte permet à l’âme de sublimer ses ressources et de faire valoir de grandes qualités humaines que vous appelez non sans comprendre de quoi il s’agit : la grandeur d’âme. C’est que pour faire un héros, il faut souvent une épreuve.Voilà pourquoi peur et souffrance vous éloignent ou vous rapprochent.Pourtant, nous ne vous souhaitons ni l’une ni l’autre. La peur est issue de votre esprit et de rien d’autre. La souffrance, issue de la matière, nous en avons déjà parlé, mais la souffrance si particulière issue de votre simple peur, vous ronge parfois, vous ôtant vos forces, vous rendant vulnérable, vous transformant en matière molle, en matière tiède et informe, en antihéros, en personne que vous détestez vous-même alors que jamais oh grand jamais nous ne jugerions cette étape, pas plus qu’une mère ne juge son enfant qui trébuche, non, elle ne le juge pas : elle le soigne.C’est avec amour et entre 2 existences que nous vous soignons, c’est avec amour que nous vous voyons faire vos premiers pas et apprivoiser cette monture difficile qu’est la peur. Nous savons que lorsque vous l’aurez apprivoisée, vous aurez troqué ce cheval difficile contre un animal bien plus noble qui s’appelle le lâcher prise. Vous irez au bout du monde accompagné par ce fidèle partenaire qui jamais ne vous fera défaut et qui vous montrera la voie ou plutôt l’absence de voie car tout va et tout convient à qui ne s’occupe plus de la création, plaçant sa conscience au-dessus de toute matière et de toute souffrance.Il ne reste alors qu’à vivre dans le respect de son cœur et de son esprit, la souffrance n’appartenant qu’à la création duelle de votre monde (ou à toute forme de création d’ailleurs)

 

TU me parles de Maladie, de vieillissement, de souffrance physique, de manque, de faim et de soif. Mais l’indigent appartient à la misère du non partage, l’indigent ne devrait pas exister, l’indigent c’est surtout celui qui garde en regardant celui qui est l’indigent physique et alors l’indigent du cœur s’expose à ses propres peurs : celles de manquer, celle de ne pas être, à la peur de disparaitre. Alors que s’il donnait librement tout ce qu’il a, il ne manquerait de rien, car Dieu sert les hommes et n’oublie personne.Reste la maladie, et les différentes épreuves qui te semblent graves et incompréhensibles, tu as raison, elles sont ignobles. Certaines civilisations les ont déjà dépassées, vaincues, oubliées. Pourquoi pas la votre ? Parce que vous êtes dans le non partage, dans l’agression, dans le chacun pour soi et que les rares progrès techniques qui sont les vôtres s’arrêtent aux portes de vos armées et de leurs manières belliqueuses. Tant que la guerre sévira, tant que les gens lutteront pour le pouvoir, l’argent et le confort, le progrès sera freiné et les souffrances injustes continueront de s’étendre en ralentissant le progrès.

 

La peur est sans doute proche de l’égoïsme, mais pas seulement. L’égoïsme a son existence propre, il est autonome, il est une énergie lourde et complexe qui obéit à ses propres démons. Tôt ou tard, l’égoïsme servira de miroir à la générosité et les voiles de la peur tomberont d’eux-mêmes. Mais pour le moment votre terre vit une étape de confrontation à elle-même.Nous vous souhaitons qu’elle soit courte, dusse-t-elle être violente, mais que son issue vous fasse réfléchir et vous permette de trouver rapidement et tous ensemble des solutions faciles (et elles le sont). C’est un passage dont vous ne pouvez pas vous faire l’économie et aucune trompette, aucune alarme, aucun héros ne pourra prévenir la douleur fulgurante d’une civilisation qui risque de se terminer dans le sang, le sang des erreurs.Les sages qui survivront, tes enfants et les enfants de tes enfants, les nouvelles tribus, pourront assoir les bases d’une nouvelle civilisation, une nouvelle Jérusalem comme vous dites (nous ne l’avons jamais dit ainsi), au sein de laquelle vous tenterez de faire l’amalgame entre progrès technologique et progrès humain.

 

Ce ne sera pas facile et les nouvelles armées seront celles des âmes incarnées qui tenteront de lâcher prise sur elles-mêmes au milieu de cette cohue de conflits.Ne te décourages pas, continues de faire de ton mieux, de soigner avec amour, de promouvoir la gentillesse la plus simple, et d’ouvrir ton cœur à tous. Il n’est pas dit que nous n’apportions pas d’aide à chaque fois qu’on nous le demande. Demandes donc, demandes souvent et beaucoup et nous écouterons avec soin pour aider votre univers à se construire ou à se reconstruire.Apprends à tes enfants à oublier la peur, car la peur est une illusion dans la mesure où elle n’a aucun effet sur les évènements. L’avenir n’est pas écrit et la peur n’est donc pas nécessaire pour prévenir je ne sais quelle catastrophe, oubliez vos peurs et vos différences et donnez tort aux prophètes de malheur qui vous terrorisent un peu plus. Vous avez encore le choix de ne pas vous autodétruire.Dans 20 ans, 20 ans presque jour pour jour, un évènement vous incitera à faire un choix, ce n’est pas toi qui regardera le ciel, mais tes enfants qui scruteront l’horizon. Le monde basculera dans un sens ou dans l’autre en fonction de l’analyse qui en sera faite.L’après sera un combat entre les forces duelles de l’ombre et de la lumière. La peur engendrera la souffrance et la souffrance sera source de peur. L’avenir sera l’objet de toutes les recherches mais il restera obscur, échappant à toute rationalité. Seul le lâcher prise, rendez à la Source Divine ce qui lui appartient, vous permettra de continuer votre chemin en nous demandant et en obtenant l’aide nécessaire à sa réalisation.

 Post-commentaire :Bien évidemment, nous allons de Mars 1982 à Mars 2002 pour tenter de trouver quel évènement est annoncé... Une assemblée pleinière adopte les bases sérieuses de l'ensemble des lois liberticides qui font suite à l'attentat du 11 Septembre, l'équivalent du "patriot act" en quelque sorte (le 14 Mars) - Al Qaïda justifie bientôt le couvre feu.Bien d'autres évènments se dérouleront ce jour là, mais nous savons à quel point, sous couvert de lutte contre le terrorisme, nous justifions des guerres ou des actions militaires dans de nombreux pays. S'agit-il de de cela ? Nous vous invitons à enquêter de votre coté et à nous faire part de vos trouvailles.Que la peur du terrorisme engendre la soufrance à elle-seule, c'est une certitude absolue en tous cas.

 

 1508169 228779373981659 951533236 n 1

 

Richesse, Santé, Intelligence et Justice ou Egalité...

 

Avant-Propos :Voici le dix-septième échange que nous recopions mot à mot. Un texte qui nous a paru très à propos dans un monde qu'on ne peut qualifier que d'injuste. Différences sociales, culturelles, faim dans le monde : tout nous pousse à dire que l'égalité est un mythe. Mais dans le fond, n'est-ce pas souvent une question très complexe ?

Le message :Je sais qu’à chaque souffrance, à chaque tentative de soin, à chaque mauvaise nouvelle, tu te poses la question de l’inégalité de la condition humaine et terrestre. Et si tu avais accès à l’ailleurs, la question ne disparaitrait pas pour autant hélas…Non vous ne venez pas au monde libres et égaux, quoiqu’en disent vos textes illusoires émis par des hommes souvent peu concernés eux-mêmes sur le plan physique.Vous venez au monde avec un potentiel créé pour vous permettre d’aboutir dans votre démarche personnelle ou collective. Souvent les 2 allant de pair. L’un ne peut aller sans l’autre car votre grande communauté humaine exclut de fait la solitude de l’âme. Hors l’âme sans la solitude et dans la matière ou la dualité exprime pleinement sa nature, non pas profonde et divine, mais créative et évolutive.

 

Au fond, vous êtes la source, autant que la source, Dieu autant que Dieu, l’univers contenu dans l’âme et l’âme contenu dans l’univers. Haut et bas n’ont pas d’existence, le ciel et la terre ne sont que des miroirs et votre vie terrestre n’est qu’une image, un tableau qui, bientôt, sera pendu au fond d’un musée auquel il ne faudra pas attacher d’importance plus qu’à celui des outils anciens. Car l’important réside dans le fondement de votre motivation et celle-ci, si elle s’appuie sur les erreurs que l’on souhaite réparer, devrait d’abord se construire sur votre vision de l’avenir, un avenir sans notion de temps, un avenir qui est le présent de chaque instant et qui finira par toucher du doigt comme vos plus belles peintures le divin qui est en vous et que vous cherchez à rejoindre.

 

Le temps est un effet de la matière, la matière est un outil, vos conditions de vie sont à cette dimension ce qu’est le marteau au menuisier. Vous venez au monde avec un corps, un cerveau, une famille, une culture, et un certain nombre de conditions prévisibles. Croire qu’il existe des conditions faciles et d’autres imbuvables est sans doute une illusion de plus, mais elle parait sans fin car la notion de temps est une pollution de l’esprit, pollution mal distribuée car toutes vos cultures n’y sont pas pareillement sensibles. Le temps est à l’occident un ingrédient hautement sensible, la durée n’a pas de sens dans vos pays pauvres où d’autres notions sont prioritaires et volent la vedette, la patience est une vertu qui se développe en Asie, par exemple, où il fera bon vivre pour qui achève de se presser trop. Mais tu verras ces temps changer eux aussi et vos cadrans d’horloge envahiront la moindre parcelle de terre, achevant d’ôter en apparence l’humanité à la terre, le divin à vos œuvres. C’est une étape sans doute sinon indispensable, hélas obligatoire.Voilà l’enfant qui vient et on ne peut comparer la naissance du Christ avec celle de l’enfant du Sahel, pas plus que la naissance d’un Prince avec celle d’un intouchable. Le premier vient porter un message et un processus, le second vient mourir un peu à lui-même, contrairement au le Prince qui vient gouverner croit-il, mais qui se gouverne sans doute peu lui-même, s’accrochant à son statut terrestre, mais qui verra sa déchéance lente et inexorable, peuplée de regrets infernaux, quant à l’intouchable qui expérimente le rejet et la pauvreté, il ne le doit qu’au prince sans doute, et à vos effets de matière, comparables à autant de décors théâtraux qui subjuguent une âme enfouie dans l’oubli d’elle-même. L’intouchable mourra sans doute paisiblement, habitué à se trouver laid et idiot, tandis que le Prince écoute les flatteurs qui abondent. L’enfant du Sahel cherche sa nourriture et son eau et n’a de réflexion que celle de son estomac et de sa survie. Peut-il en être autrement ? Oui, Oui et tant de fois Oui, si la compassion dirigeait la main du Prince écoutant la voie du Christ et accueillant dans son palais trop vaste l’intouchable qui médite.

 

La tradition de l’aumône exprime certainement au mieux votre conscience de l’injustice qui n’appartient pas à la naissance, mais à votre grand et lent cheminement vers Dieu. L’aumône, c’est le souvenir du spirituel qui dépasse la matière, c’est le geste qui remplace le sourire, c’est l’obligation qui subsiste de donner plutôt qu’accumuler grâce à des moyens ou des conditions dont vous n’êtes en rien responsable lorsque vous grandissez sur terre.Comment le riche pourrait il se flatter d’être riche ?Comment l’homme génial pourrait il se flatter d’avoir un cerveau pertinent ?L’idiot irait il se flatter d’être idiot ? Non, il est assez futé pour éviter cette bourde magistrale !Quant au pauvre, il évite de trouver de bonnes raisons à sa misèreEt seul le saint homme médite sur l’avantage du dénuement sur la grandeur de sa compassion, n’étant pas pris dans les filets des besoins non fondamentaux.

 

Vois-tu, la véritable égalité réside dans le traitement ou l’accueil que vous devriez faire à vos conditions de vie, loin de bénir la douleur, mais plutôt de mesurer qu’un simple partage volontaire rétablirait la vie comme la nature répartit ses fleurs sur vos 5 continents avec juste mesure et force de beauté. Ce que vous croyez être les meilleures conditions de vie, comme richesse et intelligence, position sociale et famille d’origine, ne sont qu’une très petite, très parcellaire vue d’un monde où tout existe et ou la répartition exprime seulement la diversité des ressources et l’obligation de faire une place pour chaque élément.Dans le même ordre d’idée, chacun des éléments connus, comme le Feu ou l’Eau, soigne, apporte la vie ou la destruction. Seule la mesure apporte la solution vitale nécessaire à votre humanité. Comprendre cela, c’est comprendre la notion de justice et d’égalité.Désormais, regardes l’homme riche, qui parait en bonne santé, en mesure d’écrire ou de s’exprimer, écoutes l’homme politique. Mais saches que son retour sera peut-être plus difficile que celui de l’homme des rues qui n’a rien à perdre. L’un ou l’autre auront commis leur lot d’erreurs et de hauts faits, mais le second et le premier ont une histoire commune qu’ils ignorent, dépendant l’un de l’autre jusqu’à la fin de vos temps...

 Commentaire court :Un texte émouvant que nous avons voulu illustrer par des photos émouvantes. Un point de vue synthétique clair : partageons !

947398 10200184095147382 1668084401 n

Soyez rassurés...

Avant Propos : Un texte particulièrement émouvant qui nous a paru vraiment adapté à notre situation mondiale dégradée. Rappelons que ce texte a été écrit dans les années 1980. Un tel texte devrait être imprimé et posé dans une pièce de vie pour pouvoir le relire à chaque baisse de moral !Nous n'avons pas pris ce texte au hasard, "dans la pile", nous l'avons extrait comme un chercheur d'or extrait une grosse pépite pour témoigner de sa joie…

Le message :Oh mon ange, bénis ces échanges et places entre le Mal et cette feuille, une barrière infranchissable, que les mots qui s’y inscrivent, ne soient que ceux du Christ et que rien ne vienne tâcher sa divine expression d’Amour absolu.Ton inquiétude me peine, accordes moi plus de confiance, accordes nous ton sourire, accordes nous la joie de te voir danser au rythme des feuilles d’automne et de la musique qui courre comme les oiseaux de branche en branche avant de s’envoyer rejoindre des cieux plus à l’écoute que les oreilles humaines désolément bouchées par vos soucis obscures.Le Mal, l’obscure est une couverture sombre, une couche opaque qui recouvre le monde, mais surtout qui entoure silencieusement, comme la maladie entoure le corps et l’esprit terrestre, votre esprit saint, l’isolant de votre nature humaine et terrestre, vous faisant croire que seule la noirceur existe et que rien ne peut vous guérir, que rien  de Divin ne peut arriver jusqu’à vous, vous faisant croire à une condamnation à la souffrance, pire encore une évidente souffrance qui vous ronge de toutes part, vous transformant en lépreux des temps moderne. Des lépreux qui se sentent rejetés, isolés, insoignables comme au temps des croisades où de sinistres clochettes permettaient de mieux les chasser encore.

 

Mais cette formidable lèpre est si contagieuse que nulle barrière géographique ne peut la contenir et que nul voyage n’est nécessaire à son étendue parmi les vôtres. Vous voilà face à cette autre peste qui vous dévore comme le feu de Satan, ne laissant intact que la beauté unique de votre cœur. La fleur de l’âme, sur terre matérialisée par vos qualités humainement exprimées, même si elles vous semblent modestes, ne le sont aucunement. Crois-tu que nous ne puissions pas analyser tout la richesse d’une qualité, fusse-t-elle culturelle ? Fusse-t-elle limitée par un contexte ? Ce serait bien mal reconnaître l’immense amour de Dieu, immense amour que nous nous efforçons de vous redonner au quotidien avec les outils dont nous disposons.Ta souffrance, physique ou non physique, celle de tes pairs, vient nourrir cette couche sombre qui entoure la planète comme une gangue froide qui rend les terres stériles et correspond à une glaciation dont vous n’avez pas idée. Bientôt viendront des jours sombres où le chaud amènera le froid, ou le désert portera les germes de la tempête dévastatrice et glaciale. Bientôt les souffrances humaines, d’abord mentales en occident, et physiques en orient, se complèteront mutuellement, ne laissant ni rien ni personne, à l’abri des fantômes noirs du passé, qui pourtant, constitueront l’ultime chance pour l’humanité de voir clair, de se ressaisir, et d’entrer dans une aire de partage qui mettrait un point final à l’œuvre démoniaque vous faisant prendre vos besoins pour une réalité, un absolu, alors qu’il n’en est rien.

 

Nous sommes à vos cotés, maintenant et pour toujours. Nulle punition, nulle souffrance ne peut prétendre venir de nous. Confiez nous vos peines, les plus matérielles, les plus sordides, que le violeur et l’infâme sache que nous l’aimons jusqu’à la dernière goutte d’espoir qu’il nourrira d’être sauvé de lui-même. Il ne sombrera que volontairement, il ne chutera que s’il saute dans l’abîme. Nous lui tendrons encore une échelle pour le faire remonter et nos meilleurs éléments partiront à sa recherche. Mais il ne nous verra point, car l’œuvre de Satan, c’est de fermer ses yeux autant que son cœur, de l’isoler à tout jamais de notre joyeuse et heureuse présence, qui ne renonce pas à soutenir le plus petit effort dans la direction qui nous importe : l’Amour.La justice terrestre ne nous séduit pas, nous comprenons qu’elle soit à votre mesure et nous ne remettons pas en cause son principe, mais nous la savons modulée par vos propres paramètres. L’idée d’isoler l’ivraie du bon grain, la pomme contaminée de la pomme consommable, n’est pas une mauvaise idée. Mais isoler n’est pas égal à rejeter, n’oubliez pas qu’en chaque criminel, il y une part de vous-même, une part qui a trouvé le courage de s’exprimer, là ou tant d’autres tournent la tête en observant les étoiles, comme pour oublier que leur nature même n’est pas celle du Christ sur terre, pas encore. Alors, Oui, pour rappeler ces paroles fameuses : avant de vouloir ôter la paille qui gêne l’œil de votre voisin, pensez à extraire l’immensité des débris qui occultent votre regard et vous font prendre pour des étoiles, des rêves de puissance et de gloire, bien éloignés de vos objectifs initiaux.

 

Notre aide, d’aucuns pensent qu’elle n’est qu’immatérielle, découragés et absorbés par vos tâches journalières, vous nous croyez inconscients de la souffrance qu’il y a à devoir manquer, ou simplement répondre à des exigences matérielles transformant votre vie en esclavage sur un mode féodal digne de vos meilleurs romans moyenâgeux ! Il n’en est rien. Nous savons, nous éprouvons ce que vous éprouvez, nous vivons à chaque instant, plus profondément encore que vous-même, l’impact de chaque coup, de chaque évènement sur votre corps, sur votre esprit, et sur votre âme à un niveau plus vaste. Nous estimons en permanence le danger qu’il représente et l’aide dont vous auriez besoin, et jamais rien n’est laissé au hasard à ce titre.Si vous estimez être assez fort et que vous partez seul faire l’ascension de votre Himalaya personnel, comment pourrions nous intervenir ? Contre votre gré ? Mais si, humblement dépassé, vous regardez dans notre direction et nous appelez à l’aide, nous ferons tout notre possible pour tendre une corde, vous soutenir dans un rappel, vous dénicher une petite grotte à l’abri du froid et même vous fournir le repas du corps autant que la céleste nourriture de l’esprit. Demandez, nous répondrons toujours présent, même si nous ne pouvons, par miracle, changer un monde où le libre arbitre est là pour tenter une expérience créatrice aux seules limites de votre volonté exprimée.Non, ce n’est pas une forme de masochisme mal géré qui vous a permis de vous incarner sur une terre qui devient une terre de souffrance. Vous avez bâti des villes et à chaque cité qui remplace la précédente, morte à la guerre, c’est avant tout un peu d’espoir que vous avez ajouté dans le ciment qui sert de liant à tous vos idéaux. Et même si les erreurs transforment vos dirigeants ou vos leaders en pseudo monstres tyranniques qui manient la serpette bien plus que la soupe populaire, sachez que dès à présent, les futurs leaders d’un monde nouvellement dessiné sont là, pour une ultime relève, s’apprêtant à remplacer les armes mortelles par autant de nouveaux moyens de protéger les plus démunis.

 

Après cette aire de souffrance qui se met en place, mettra 30 ans à générer la saine révolte des êtres pieux (nous ne parlons pas de religiosité), après cette grande souffrance viendra la grande paix. Vous nommerez, parce que ça porte vos repères, vous baptiserez vos démons autant que vos saints, mais l’essentiel ne sera pas dans l’idée construite que vous vous en faites, car même le demeuré saura se fier à son instinct. L’instinct doit vous conduire vers le bon ou le bien, vers le partage et l’entraide durant ces décennies de doute. Alors la majorité silencieuse de nos amis tracera un chemin de paix à ceux qui hésitent encore à faire un choix entre le bien matériel tourné vers soi et le bien spirituel tourné vers l’autre. Non nous n’ignorons pas qu’un estomac affamé n’a pas d’oreille et nous vous soutiendrons matériellement. Nous nourrirons les affamés et soignerons les malades, nous guiderons ceux qui peuvent vers ceux qui les attendent, nous prendrons ta main et la poserons sur leurs douleurs, nous tiendrons ta main fatiguée et tes yeux embués et bercerons tes rêves. Nous serons le père et la mère, nous serons la famille bienveillante, celle qui prête de l’argent en oubliant qu’elle l’a prêté, nous nourrirons les tiens sans qui tu ne saurais vivre, nous ne te demandons aucun martyr, les martyrs ne sont là qu’à votre demande, et aucune souffrance ne trouve grâce à nos yeux. Nous admirons le cas échéant votre courage, mais déplorons chaque graine de douleur.Sois en paix, nous veillons, nous ne t’oublions pas, jamais, et qu’à chaque instant tu puisses voir l’immensité des fleurs au bord du chemin, autant de fleurs que de bien-être que nous t’offrons pour te signifier notre présence et améliorer ta confiance. Qu’il en soit ainsi pour chacun d’entre nos lumineux soldats...

 

Commentaire :Ce texte nous a profondément émus, rassurés aussi. Comment ne pas l'être tant il évoque avec précision, sans fausse pudeur, nos douleurs, nos peurs, nos crises d'angoisse ? On dirait le mot d'une mère pour ses enfants. BIen plus qu'une main tendue, c'est un fort puissant message d'amour qui évoque concrètement la réponse à nos besoins, l'aide qui peut nous être apportée, et pas seulement un soutien ésotérique certes non négligeable, mais qui ne nourrit pas nos estomacs et ne paye pas nos toujours plus nombreuses taxes avec le stress que ça suppose...

1911633 10201806989118717 94576432 n

Parles leur des Anges.....

 Avant-Propos :Alors que certains auteurs désormais hautement commerciaux (nous pensons à Doren Virtue par exemple) remettent les anges au gout du jour, parfois de façon qui nous semble caricaturale, René nous livre un texte sobre sur un rapport à la fois hyper concret et spirituel entre l'homme et ce qui semble bien être son ange gardien. Ce qui nous a plus, dans ce texte encore une fois quasi prophétique, prévoyant la vulgarisation outrancière des rapports entre Humains et Anges, c'est ce coté simple et inimitable qui appartient à René. Il pose les mots de l'ange qui lui dicte un texte fondateur avec autant de simplcité qu'un maitre d'école apprend à un enfant l'alphabet. L'alphabet spirituel.....Et, chose très très importante à nos yeux : il nous propose une aide véritable

 

Mormon firstvision 2

 

Parles leur des anges...

 Tu dois le faire, mais surtout tu dois le dire. Taire tes convictions aura des conséquences sur de nombreuses personnes. Ton partage, pas seulement en tant que guérisseur, mais en tant que personne sensible et spirituelle, est fondateur. Je sais que tu crains à la fois la publicité et les effets délétères des propos abusifs fournis par d’anciens voyants qui, sur leur temps de parole, ont prononcé autant de fausses croyances que de vraies visions, parfois de toute bonne foi, induits en erreur par l’Orgueil, mais le plus souvent par d’excessives demandes. C’est pour cette raison que nous préférons isoler pour un temps tes écrits, les réserver, te mettre à l’écart. Il serait sans doute plus facile pour toi, d’avoir échanges et retour, mais considères que la vérité en souffrirait. Combien de voyants, à la fois ouverts et bons, ont perdu le sens initial du message, tirés de droite et de gauche par des demandes de toutes sortes ? Acceptes ton isolement, tu demeures solitaire et protégé par ton isolement de toute influence néfaste ou orientée. C’est ainsi que ton partage différé prendra toute sa puissance le moment venu.

 Aujourd’hui nous voulons de parler d’un sujet qui n’est guère à la mode, l’Ange Gardien, Votre Ange, celui que vous devriez considérer comme à la fois un père, un frère, un meilleur ami, un compagnon de chaque instant, toujours disponible et aimant, supportant vos humeurs, votre silence, vos très longues absences, votre ignorance et vos reproches, sans jamais vous en faire. Vous verrez venir le temps des modes, les Anges recevront des noms et des dons, des prières à leur intention et des modes d’emploi pour échanger avec eux sur tous sujets, mais surtout sur ce qui vous peine. Nous ne nous choquons pas ou si peu que vous les instrumentalisiez comme vous le faites avec chacune de vos religions. Mais nous sommes si désolés de vous voir réduire une si grande œuvre à de si mesquines habitudes. Réduire une relation spirituelle plus ancienne que votre vieux monde à un paquet de cartes à jouer ou vous tirez la carte de l’Archange Michaël comme l’on tire quelques centaines de Francs à la banque, c’est pire que fâcheux, c’est inutile, d’est la fin d’une certaine vie spirituelle au-delà de l’humanité..Nous acceptons d’être instrumentalisés, car cela vaut mieux que l’inexistence et restaure un minimum d’écoute de votre part. Mais nous trouvons dommageable que vous limitiez nos rapports, ainsi que ceux à Dieu, notre Père autant que notre Source, à de vagues demandes matérielles, laissant au fond de vos placards, les sujets profonds dont dépend aussi votre confort à un autre niveau.Comment voudriez-vous gérer vos invraisemblables angoisses en oubliant que leur vraie raison n’est pas dans la nature matérielle de votre existence physique ? Alors, pendant que vous consultez voyants et astrologues, médiums et gourous, votre meilleur allié tente d’apaiser vos souffrances sans que vous ne lui prêtiez la moindre attention. Celui que vous appelez votre Ange Gardien, n’a pourtant pas besoin d’ailes et de folklore pour réussir à soulager son fils spirituel humain incarné, mais vous pensez bien souvent qu’il n’est qu’un vieux souvenir d’une église cachée derrière ses dogmes ou sa pompeuse architecture.

Veux-tu lui donner un autre nom, afin qu’il soit facile, le moment venu, de l’interpeller et de renouer avec l’alliance sacrée qui vous a toujours liés ? Le mot Ange te déranges-t-il ? Il en dérange beaucoup et c’est aussi pour cela que nous voulions t’en parler aujourd’hui, pour que demain, lorsque trop de gens auront Sali cette notion, vous puissiez à nouveau lui parler et l’écouter dans le silence de votre cœur. Donnes nous un nom pour que tes contemporains et leurs enfants, puis les enfants de leurs enfants sachent que nous existons et que nous sommes là pour vous, souhaitant à chaque instant vous apporter une aide concrète qui vous soulage de vrais problèmes aussi concrets que l’argent, la santé et l’amour terrestre….Oui, le mot Ami te semble bien petit, et le mot Ange te semble galvaudé. Cherches encore, cher René, cherches au fond de ton cœur. Le sacré et le glorieux sont des notions difficiles à réunir, le terme d’Ange présente l’avantage de les réunir. Laisses toi aller à laisser ainsi cette terminologie que chacun modifiera à son gré, dans le fond peu importe comme on le nomme, mais saches que vos approches humaines, parfois touchantes, parfois limitantées, ne nous dérangent pas. Tout ce qui nous gêne, c’est l’oubli.Nous vous prions à notre tour : ne nous oubliez pas. Nous ne sommes pas une sorte de folklore, pas plus qu’un tableau à suspendre ou une superstition sur laquelle s’appuyer. Nous sommes un peu de vous-même.Je vais te donner un petit mode d’emploi facile, à disposition de tous, qu’il soit ou non religieux, un petit livret sans mots, réservé aux athées comme aux croyants, aux idiots comme aux génies, aux mystiques comme à tous ceux dont les seuls 5 sens doivent suffire à comprendre le monde.

 

Imaginez un merveilleux partenaire, comme je te le disais, il ne connait à votre égard ni jugement, ni reproche. Il peut, pour aider, préparer le café autant que participer aux devoirs des enfants, il n’aime pas te voir souffrir inutilement et se tu lui demandes, il ira jusqu’à inspirer ton médecin autant que t’inspirer toi-même dans tes choix des plus futiles aux plus importants. Il ne laissera à ton programme, parfois peu facile, que les épreuves que tu as toi-même choisi de jouer ou rejouer dans votre monde théâtral. Mais si le rôle te semble trop compliqué, ne quittes pas la scène, demandes lui qu’il te’ souffle un texte nouveau, plus adapté, il est aussi un merveilleux souffleur, doublé d’un négociateur hors pair qui ira, pour toi, à la rencontre de tous ceux ou celles avec qui tu souhaites établir une relation fructueuse. Il mettra fin aux conflits auxquels tu renonces et il est capable de rire, comme de te prendre dans ses bras spirituels lorsque tu pleures. Il peut même regarder la télévision à tes cotés si tu lui demandes de ne pas te laisser seul. Il peut t’aider à choisir musiques ou programmes pour plus de sérénité. Il est concret. Il n’est en aucun cas une créature éthérée, ailée et translucide qui ferait la morale et donnerait des leçons de bonne conduite. Restaurer ta relation avec lui en le mêlant à ta vie concrète est une merveilleuse preuve de confiance que tu lui offres.Lorsque la confiance sera à nouveau établie et que vous aurez, lui et toi, retrouvé le lien magique qui vous a toujours uni, avant que tu n’oublies sur cette terre, qui tu es vraiment, alors vos conversations viendront étayer tes moments de disponibilité. UN peu comme avec un ami terrestre : il y a un moment pour boire un verre autour d’un morceau de saucisson, puis il y a aussi de profondes conversations au coin du feu. C’est là sans doute que tu trouveras la sagesse dont tu as besoin pour définitivement quitter la souffrance morale qui t’habite dans les moments difficiles.

 

Je sais ce que tu penses : mais quand mon dos me fait terriblement souffrir, que j’ai froid où que je souffre comme un beau diable car je suis seul dans ma maison, car elle (mon épouse) me manque, que peut-il pour moi ? Et tu as raison de me poser cette question car si tu ne me la posais pas, d’autres le feraient et le doute, encore lui, détruirait notre relation. Je ne peux pas renvoyer sur terre ton épouse, je ne peux pas toujours soulager ton dos qui te fait mal et je ne peux pas me déguiser en bois de chauffage lorsque ta chaudière est en panne. Mais je peux te dire à temps qu’il faut arrêter trop d’efforts pour ton dos, je peux envoyer chez toi de bons amis avant que tu ne souffres de solitude et si tu me le demandais, je te mettrais surement en relation avec une femme qui elle aussi se trouve bien seule, mais tu le sais, ce n’est pas ton choix. Quant à ta chaudière, je t’ai dit au moins 10 fois qu’elle allait tomber en panne : mais tu ne m’écoutes pas assez ! Et si je te donne ces exemples aussi concrets, c’est pour que chacun, plus tard, lorsqu’il lira ces mots, sache que tu étais comme tout le monde et que moi, ton meilleur ami, je n’étais pas certainement pas là pour te dire qu’il fallait prier quand tu avais faim. Prier, c’est bien, demander, c’est encore mieux, car c’est reconnaître que l’immense lumière de Dieu a bien plus de puissance que l’ombre et ses nuisances.La prière, c’est une demande, regardes la plus belle d’entre elles, le Notre Père, n’est-elle pas une demande, complète et réaliste, concrète et courte ? Si nous ne te demandons pas d’en faire l’usage, c’est qu’elle est aujourd’hui réservée à une seule religion. Mais que chacun dessine en son âme le portrait de cet ami fabuleux, un ami sans prétention, qui ne se prend pas pour le « Bon Dieu », et cet Ami fera tout ce qui est en son pouvoir pour reconstruire jour après jour votre merveilleuse attachement l’un à l’autre!

 Commentaire court :Nous, ce que nous allons faire, c'est essayer. Et nous vous en faisons la promesse, dans quelques semaines ou quelques mois (plus probablement les 2), nous vous en reparlerons, nous a-t-il vraiment aidé, avons nous "'senti sa présence", avons nous vraiment tissé un lien, etc....Et promis : nous serons concrets...

Angels1

 

Nous Voulons Soulager vos Souffrances et votre Peine…

 

Avant-Propos : René était-il en rogne ce jour là ? Sans doute car ce message qui s'adresse potentiellement à tous semble lui être aussi personnellement adressé ! Il faut peut-être le redire, mais René était guerisseur, vivait modestement, seul depuis le décès de son épouse et avec assez peu de raisons de "sauter en l'air de joie". L'homme que nous avons connu était réservé et sa fréquentation quotidienne des malheurs humains ne le rendait pas toujours ni  très bavard, ni très optimiste. Etait-ce la réponse ? Lui demandait-on de garder le moral ? Le message n'est pas exempt d'une certaine poésie.....

 

Le Message :Je sais ce que tu penses, dans le silence de ton regard fatigué, dans le reproche des mots que tu ne dis pas toujours, dans tes gestes inaccomplis et tes actes inachevés. Je sais que tu crois que nous t’avons un peu laissé, abandonné à ta tristesse, à ta souffrance quotidienne et à ta solitude parfois. TU te dis que, dans le fond, tu as les clefs, mais qu’il n’y a même pas de portes à ouvrir, alors à quoi bon cet énorme trousseau bien lourd si rien ne t’es épargné et qu’il ne sert qu’à grand peine à faire quelque chose de bien pour les autres, tous ces autres qui souffrent.Je sais ta souffrance mon ami, et je suis là à chaque instant, la partageant au fond de mon cœur, bien plus que tu ne peux l’imaginer. Car nous aussi sommes capables de souffrir de cette compassion véritable qui ne connait pas de limite dans l’accompagnement de vos mortelles dépouilles, de votre tristesse quotidienne.

 

Tu vois la douleur, tu vois les ennuis, tu vois le manque d’amour, la guerre, le conflit, la bêtise et l’égoïsme, tu vois les démons affairés, mais tu ne vois même plus les anges voler, tu vois d’honnêtes et bonnes personnes qui partent sans que l’on puisse les retenir, mais de sordides individus sembler rayonner au milieu de la multitude dans une injustice flagrante. Ce que tu vois n’est pas la vérité mon ami, et même si ta souffrance est vraie et même si ta douleur n’est pas feinte, tout ceci n’est que façade et jeux d’ombre dont nous voulons t’extraire et vous extraire comme l’on retire le mineur épuisé qui s’est perdu dans le fond de sa mine et qui ne respire même plus assez pour pouvoir trouver son chemin. Tu es inconscient mon ami, inconscient de ton âme si forte et belle et que rien n’abat et nous sommes à la fois tes compagnons et tes professeurs si fiers de voir combien, et malgré la souffrance qui est tienne, tu t’accroches au flambeau du partage et de l’amour au point qu’il ne te reste plus rien, plus rien d’autre qu’une interrogation et un regard de reproche.Comme nous t’aimons, sais tu. Oui, et tu nous dis, comme tu sais si bien le faire, « ça ne vous dérangerait pas de m’aimer concrètement, un peu ? Pour une fois ? » N’aies crainte, il n’est pas de souffrance sur laquelle nous ne saurions intervenir lorsque le moment est venu. Et le moment vient, tu ne souffriras plus guère, personnellement, mais tu auras gardé la sagesse, la compassion et la générosité indispensables dans les années à venir pour tendre la main, encore et encore, en jugeant le moins possible.

 

Oh nous dis tu, comment ne pas juger, ces esprits imbéciles, souvent méchants….Ils m’on injurié, ils m’ont laissé et privé, ils m’ont rejeté et voilà que vous me demandez avant même d’avoir éprouvé ne serait-ce qu’un moment de paix, voilà que vous me demandez d’être là pour eux.Sois en paix, la paix fera partie du cadeau et ils seront muets, nous les ferons taire, ils seront silencieux, leurs pas s’enfonceront doucement dans la neige qui leur fera froid partout, leurs âmes frissonneront, alors ils se laisseront bercer, comme de petits enfants, et ils mourront parfois en médisant, mais cela devra être. Les plus forts seront les plus sensibles, de sorte que le nouveau monde viendra bien assez vite s’installer sur une terre verdoyante et fertile. Les terres stériles seront abandonnées à votre planète qui saura bien quoi en faire, les misères repartiront à la terre et la jauniront, ce seront de vastes étendues désolées qui seront recouvertes de toutes vos erreurs, de tous vos excès, pendant que de délicieuses créatures béniront la verdure et la terre noire qui portera votre pain et vos fruits. Cela n’est plus si loin, même s’il faut le dire ou le croire, crois en nous, en notre force à te guérir afin que tu puisses, toi aussi, fertiliser la terre noire, même si pour le moment, elle te parait bien obscure.

 

Le jour où la lune rougira, comme une proie qui saigne, ce jour marquera la fin des souffrances des âmes libérées, mais le début de celles qui ont bâti leur trésor sur la vol et la mesquinerie. Ce jour n’aura pas besoin de cierge béni ou de croyance religieuse, ce jour aura besoin d’un cœur, d’un grand cœur que symbolise si bien la lune avec ses cotés inconscients, inaccessibles. Car dans le fond, pour le moment, vous ne savez pas grand-chose les uns des autres. Et tu seras surpris, ainsi que tes enfants, de la différence qui existe entre une apparente bonhommie, un sourire de surface et la voie du cœur, toujours discrète, qui n’a aucun besoin de faire de flamme pour éclairer le chemin de la Vie.Oh mon ami, crois en nous et laisses ce message à la postérité, il n’est pas de souffrance que nous ne saurions soulager, en temps et en heure, comme il se doit. Mais nous nous gardons d’intervenir à tort et à travers, brisant l’ouvrage délicat en voulant être un professeur rigide qui détient la vérité.Le bon professeur laisse l’élève jouer de son violon et briser ses oreilles, il le laisse faire et dire « que c’est laid » car lorsque l’élève sait que c’est laid, il ne lui reste plus que deux voies possibles : écouter et apprendre. La voie de l’apprentissage fait mal aux oreilles. Lorsque l’élève est sensible, il réagit rapidement et reprend sa partition avec courage et modestie.

 

Je sais, je sais que grande est ta souffrance, incompréhensible, il ne te semble pas être une mauvaise personne et tu ne vois pas à quel titre il te faut vivre pareille épreuve. Ta révolte est proche, mais la  tienne et tant d’autres, si tu savais comme le monde est couvert de ces bougies aux flammes fragiles qui parfois s’éteignent sous le vent de l’adversité. Courage, tu as déjà allumé de nombreuses bougies et peu importe celles qui s’éteignent, il faut compter les lumières qui éclairent le ciel comme les étoiles et non pas ce qui pour vous est comparable à la noirceur du cosmos. Effrayant, immense et insondable. Ton avenir ne ressemble pas au cosmos et tu ne vas pas mourir, pas maintenant, pas ainsi, tu as encore beaucoup de lumières à allumer, beaucoup de bougies à faire bruler, nous te donnerons de la force et des moyens, comme tu n’en n’as pas encore eu et tu finiras ton ouvrage dignement, de sorte que tes enfants prendront le relai, ainsi que les enfants de tes enfants.Bien que nous ne soyons pas responsable de vos peines, qui saurions nous si nous n’avions pas la volonté de les soulager, ce serait un peu comme si tu refusais de soigner un enfant qui se blesse car il ne sait pas encore bien marcher. Oh quelle triste idée de nous-mêmes ! Sur cette grande scène, nous te rendons l’espoir, je t’en prie, acceptes le et sois dans la patience, l’expectative, crois bien que nous ne laisserons personne souffrir inutilement. Même si cela parfois te parait difficile à saisir.Crois en nous, Demandes nous, appelles nous à chaque instant de ta journée et de ta nuit, hurles ta colère lorsqu’elle te ronge et ne la retournes pas contre quiconque, laisses là s’envoler comme l’oiseau de nuit qui repart loin de toi.

 

Commentaire :Serait-ce nous demander un peu de confiance ? Qui n'a pas "prié" et parfois même "supplié" d'être soulagé de ses peines ! Et combien ne se sont pas sentis ni exaucés, ni soutenus ! Ce message ne répond certainement pas à une question d'une telle amplitude, mais il nou suggère de ne pas perdre espoir.....

1d111b0e

Lorsque vous Êtes Perdus....

 

Avant-Propos :Ce n'est pas le premier texte qui nous incite à faire appel concrètement à cette force Divine à laquelle nous donnons des noms parfois très différents, dont celui d'anges gardiens par exemple (mais chaque tradition  religieuse a ses propres références culturelles). Mais ce texte, bien que court, apporte une notion peut-être plus précise, plus identifiable, plus proche de nous. Un ange concret ? Une proposition d'aide qui ne s'éloigne pas complètement de la réalité et qui 2 ou 3 générations à l'avance évoque bien les risques que nous voyons apparaitre aujourd'hui.  C'est avec une grande attention que nous l'avons retranscrit (recopié en traquant les fautes d'orthographe et surtout en décryptant l'écriture fine et nerveuse de René)

 

 Le Message :Il vous arrive d’être perdu car il n’est pas toujours facile d’être relié à votre énergie primordiale et de vous souvenir intuitivement de votre rôle, de votre tâche, ou même encore de ce qui fut votre motivation. Cela  arrive à chacun d’entre vous et constitue une épreuve difficile car vous n’avez plus de fil conducteur.Vous éprouvez alors un sentiment de solitude, et même de désorientation qu’il est à votre honneur de savoir dépasser en continuant votre chemin avec, pour unique boussole, votre cœur qui vous dicte, à défaut de tout autre élément, votre conduite à tenir.Seul l’amour légitime la motivation qui parfois cache de bien moins nobles besoins. Mais nous savons combien il est difficile de ne pas mettre en avant des besoins matériels qui font tendre la nature humaine vers des besoins plus primitifs et instinctifs, non conscients et donc parfois très violents.Que l’homme qui n’a pas chuté accuse et lapide celui qui sombre dans l’égoïsme ou dans le sordide. N’accusez pas vos frères et sœurs de souffrance. Vous en faites partie ou en avez fait partie ou en ferez partie. L’épreuve de l’épreuve est de tenir le bon chemin, sans carte, sans route, sans point de repère, sans aucune aide parfois, vous laissant le sentiment d’un désert où la moindre petite fleur aide votre âme à retrouver le sens de la vie.

 

Les fleurs se font parfois rares, vos souffrances n’en sont que plus grandes car votre âme est confrontée à cette très grande solitude qui est la sienne hors du grand tout dont elle est originaire. Alors vous souffrez de maladies qui vous rongent de l’intérieur, comme de l’extérieur, vos forces physiques et mentales semblant fuir, déserter un bateau qui ressemble au Titanic. Ne sachant plus s’il existe un canot de sauvetage où même s’il faut le prendre, laisser sa place, ou croire l’orchestre qui joue alors que le monde coule.Mais gardez espoir. Le monde ne coule jamais tout à fait pour l’âme immortelle qui est la votre. Vous ne pouvez que quitter la grande scène du théâtre, mais pas celle de votre vie profonde qui appartient à Dieu et à nul autre. Rien ne pourra jamais vous détruire ou vous nuire plus qu’en apparence. Même si nous reconnaissons que ces apparences sont diaboliquement trompeuses et que grandes sont les souffrances qui y sont attribuées.Vous n’êtes pas seul, il n’y a pas de désert et quoique ce terrible sentiment de dépression vous gagne et vous ronge, appelez nous à l’aide et demandez nous la force de résister au vent contraire. Car c’est là tout ce qu’il vous faut : de la force. Et quoiqu’il vous manque, c’est en général là la pierre, la clef de voute de votre système humain. Le sentiment, ou non, que vous allez pouvoir vaincre l’adversité ou pas. Hors avec notre aide, vous y arriverez toujours. Toujours et Toujours. Ce qui vous perd et vous nuit n’est pas de l’ordre du matériel, sauf faim criante, mais de l’immatériel.

 Souffrir, c’est d’abord avoir peur de souffrir, pour presque tous. Il existe encore des peuplades qui n’ont de vie physique qu’un court passage plein de souffrances et d’instinctifs besoins. Mais ce n’est pas à eux que nous parlons à ce jour. Votre génération et celles qui suivent ne pourront pas sauver tout le monde, il serait plein d’humilité et plein de générosité de commencer par se sauver soi-même, puis son voisin, puis le voisin de son voisin. Et pour cela vous n’avez encore besoin que de nous appeler à l’aide afin que nous puissions vous prodiguer Force morale, Foi si vous préférez et Force physique. Mais si vous préférez la solitude du désespoir, de génération en génération, vous partirez à la dérive sur un bateau fou, sans plus de capitaine que le vent contraire.Le désespoir et l’égoïsme achèveront de perdre les 2 ou 3 générations suivantes, la quatrième n’existera même plus sous la forme que vous connaissez encore et que restera-t-il à faire sinon  sauver les meubles ?C’est à nous de vous appelez à l’aide pour ces âmes qui ont encore besoin d’avoir une terre de soleil. Pour eux, pour vos enfants, pour vous-mêmes, ne  restez pas dans la solitude illusoire d’un désert qui n’existe pas ou seulement parce que vous l’avez créé.Il n’est pas de mot pour te dire que nous t’aimons. Il n’est pas de maux qui puisse t’atteindre si tu t’en remets à nous, Ton grand cœur soignera tes plaies et nous veillerons à ce que rien ni personne ne détruise l’œuvre accomplie par tes soins.

 Petit commentaire :Ce qui nous a le plus touché, tout simplement, c'est cette dernière phrase qui s'adresse sans doute à un "René" démoralisé ou fatigué....Son écriture, celle de ce jour là était encore moins lisible que d'habitude, était-il seulement fatigué ou un peu malade ? Etait-il à peine déprimé ? Rappelons nous qu'il vivait seul et voyait sans doute assez peu de gens qui venaient le voir pour une autre raison que celle d'avoir un soin gratuit si possible. Il est donc probable qu'il se sentait parfois isolé. Ce message lui a-t-il remonté le moral ? Nous ne le saurons pas. Mais nous aimerions sans doute recevoir le même et d'une certaine façon, il s'adresse à nous tous !

 

Vivre le quotidien, la véritable difficulté n'est pas dans l'héroïsme...

 

Avant-Propos :Ce texte, toujours assez court (en moyenne nous nous sommes aperçus qu'ils ne faisaient guère plus de 2, maxi 3 pages), apporte peut-être une réponse fondamentale à notre vie terrestre ou nos vie. Il établit clairement l'objectif et la raison même de notre présence. Il nous a semblé fondateur, donnant un sens au mot Foi, non pas un sens dogmatique ou religieux, mais un sens commun....

 1558435 630605950336278 1075285472 n 1

L'héroïsme dans les choses simples.

Le Message :Vivre le quotidien est sans doute l’un des actes les plus difficiles qui soit. Ce n’est pas dans l’héroïsme de l’exception que vous allez « faires des étincelles », mais dans l’humilité des petites choses de tous les jours. Ainsi la justice Divine suit son œuvre et vous assiste dans la justesse de vos réponses à des préoccupations souvent usantes à vos yeux et héroïques réellement aux nôtres.Vous souffrez de tracasseries, vous souffrez de petites maladies et parfois de grandes douleurs affectives, et vous aspireriez sans doute à une vie plus vaste, obéissant à des dimensions plus clairement établies à vos yeux. La faiblesse, la fragilité, ce n’est pas de faillir dans les grandes choses, mais de rater les nombreuses petites opportunités de faire les bons choix, de réaliser ses valeurs quotidiennes comme autant de buts divins si simples et à la portée de tous.

 

De nombreuses allusions ont été retrouvées dans vos écritures : l’offrande modeste de la personne pauvre ayant plus de valeur que les grandes offrandes du citoyen aisé, l’accès au royaume du Père prioritairement réservé aux « petits » et aux « humbles » par la nature ou par l’esprit. Ce qui veut vraiment dire que vos moyens personnels de toutes natures n’ont aucun rapport avec le résultat de votre fond profond, du travail de l’âme à la tâche.Cette justice, vois-tu, se moque profondément de votre grande scène théâtrale, de vos enjeux terrestres et des conflits de toutes sortes ou même de vos réussites professionnelles ou personnelles. Cette justice Divine vous suit dans votre intimité pour vous porter au quotidien la grâce de l’effort accompli dans la joie, mais il s’agit de la joie de l’Amour et celle-ci n’a aucun besoin de s’afficher, ni en taille, ni en effets spéciaux comme ceux qui bientôt transformeront votre monde en virtualité, réduisant à peu de chose votre capacité à voir clair dans le jeu de la discorde entre Ombre et Lumière, entre Pulsions égoïstes et désir de s’Unir.

 

Car l’Egoïsme, c’est là le contraire du Divin, Dieu, c’est l’un, l’Union. L’égo met à l’épreuve la capacité à réaliser l’Un et l’égoïsme est donc un véritable éloignement de votre nature divine. Retrouver votre vraie nature et vous éloigner des souffrances obéissent à la même nature, qui est bien plus qu’une règle, un absolu existentiel, l’Amour s ans limite, car lorsqu’on ôte les limites entre soi et l’autre, il ne reste que le Divin, l’Union. La séparation, Adam, Eve, pour utiliser des images que vous connaissez, n’est pas une faute, mais un désir d’Union à réaliser pour retourner à Dieu.C’est ce Désir d’Union qui vous est demandé au Quotidien par Dieu. Et Dieu ne demande pas, il n’exige pas et ne punit pas, Dieu vous apporte grâce, aide et assistance par l’intermédiaire de ses innombrables auxiliaires à votre écoute. Demandez, de Grâce demandez nous de vous aider, non pas à accomplir de grandes choses ou devenir des héros, mais à œuvrer en silence dans la modestie du quotidien, celle-là même qui transforme n’importe quelle personne de n’importe quelle origine en Divine expression de l’Amour.

 

Je sais votre souffrance à réaliser sans cesse, cette fatigue de l’esprit et du cœur, vous usant pernicieusement avec le temps qui passe, faisant de vous les esclaves modernes d’une société qui promet bien plus qu’elle ne donne et qui exige bien plus que vous ne pourrez jamais réaliser pour elle : l’incessant besoin de satisfaction à des pulsions toujours plus fortes de développer vos besoins personnels aux dépens d’un besoin global. Je sais cette souffrance et à quel point elle vous ferait préférer renoncer, renoncer à votre nature profonde et adopter une attitude plaisante de repli dans une vie confortable et préservée. Crois tu que nous ne puissions le comprendre ?Crois tu que nous non plus, nous n’avons pas été au « grand stage de la vie » ?Ce serait vous faire une grave offense que d’avoir ignoré vos conditions et de regarder, du haut de notre « Paradis » vos difficultés répétées et si douloureuses en prétendant qu’elles ne sont que si peu de chose en regard de l’éternité Divine. Et Dieu nous préserve de l’égo et de l’offense.

 

Lorsque vous souffrez de fatigue, nous la ressentons, lorsque vous doutez, nous ne doutons pas, mais nous éprouvons la douleur du doute et ses effets destructeurs. Doutes et souffrance cachent le soleil aussi fatidiquement que l’Orage assombrit le ciel. Nous ne pouvons, ni nous ne voulons nous en mettre à l’abri et nous partageons votre quotidien, le plus petit, le plus humble, le plus modeste, avec la plus grande des considérations.A chaque victoire de l’Union sur la Séparation, nous nous réjouissons et faisons tout notre possible pour encourager ce résultat. Non, Dieu n’a pas laissé venir au monde d’innocentes âmes pour leur infliger la souffrance répétitive d’une vie soumise à une aussi forte injustice matérielle que celle qui sévit sur votre terre. Qui serait Dieu alors ?Dieu a donné la vie de l’âme, la vie Divine à ce qui n’en n’avait pas. Il a offert l’éternité véritable à ce qui n’en n’avait pas, il a donné le Divin à ce qui, par essence, n’en n’avait pas. Je reconnais là ton doute, mais comment pouvait-il exister quoi que ce soit hors de Dieu, hors du Divin et avec lequel il faille à nouveau réaliser l’Union Divine.

 

C’est ainsi mon Enfant, si nous qualifions Dieu de Source d’Amour, tu dois bien te douter qu’elle n’est pas la seule source possible et que, par définition, le Tout inclut beaucoup de choses que nous ne saurions te décrire en  tes mots. Mais jamais oh grand jamais Dieu n’aurait créé la souffrance ou quoi que ce soit qui puisse être à son origine. Cette croyance là, vois-tu doit être la source même de votre Foi. Votre confiance doit s’établir sur la base même de ces mots, si modestes et simples paraissent-ils aux yeux de ceux qui attendent un message infiniment plus consistant et réservé à peu.Notre message est non réservé, il est offert à tous. La Foi est dans l’Union, Dieu attend votre Confiance et tout ce qui y fait obstacle réalise la désunion. C’est en ces termes que le fruit de la connaissance a été reconnu comme faute originelle, car comprendre même sa nature profonde a permis à l’âme de définir elle-même le chemin à parcourir. Et il était grand. Grand par l’ambition.Développe en nous ta Foi de confiance, d’humilité, de simplicité. Ces simples mots d’un vocabulaire bien suffisant pour définir le projet complet de ton cœur te serviront de guide sur cette terre d’exilSaches aussi que l’exil est dans l’abandon de l’Union, l’Abandon est dans l’égoïsme et l’Egoïsme est glissé dans les détails comme l’insecte ravageur est glissé dans le pelage du chien, minuscule, presque invisible, mais terriblement nuisible.Merci de nous écouter, Merci de nous transmettre...

 Petit commentaire post...Si nous avions le temps, je crois que nous travaillerions jour et nuit à remettre sur papier "word" ces messages qui remontent le moral à la vitesse d'un cheval au galop et nous resituent simplement. Ca ne résoud pas tout nos problèmes, mais ça nous permet peut-être de mieux apréhender notre vie humaine difficile, très difficile, surtout en ce moment...

La colombe

 

Le Partage des Dons...

 

Avant-Propos :En tant que Guérisseur, René était très choqué par la souffrance humaine, autant que par l'injustice terrestre. Pourquoi tout semblait sourire à certains (qui avaient tous les dons) et rien à d'autres ? Cette question semblait le taroder, lui "pourrir le moral". Voilà une première partie de la réponse qui aborde aussi la délicate question du partage initial des dons : pourquoi certains semblent pouvoir tout faire si facilement et d'autres non ? Et est-ce le cas ?

Le message :Le don appartient à tous. Nous voyons parfois avec tristesse les êtres vivants s’enorgueillir de leurs dons. C’est à qui peut faire ce que l’autre ne peut pas. C’est affligeant car si les dons existent, ce n’est pas pour se réjouir, une fois de plus, de posséder ce que l’autre n’a pas, mais pour avoir à donner. Il est bon de considérer que le mot « Don » est celui de partage d’âme à âme, celui qui a donne, celui qui manque reçoit et il n’existe pas une seule personne sur votre terre, pas une seule, qui puisse à la fois ne rien donner et n’ai rien à recevoir. La vie même prend son sens dans la joie de cet échange. Chacune de vos souffrances peut s’en trouver soulagée, réduite et même disparaitre grâce au Don.Mais l’interprétation égoïste qui en a été faite, Mon Don, Le Don que je possède, un Don Rare, Un Don Unique, etc… renforcent la solitude des plus malheureux, et aussi de tous ceux qui possèdent et préfèrent conserver par devers eux ce bijou personnel qu’est le don. Car la solitude n’est pas le privilège des plus malheureux, mais bien souvent, et c’est justice, le réflexe des possédants qui s’abritent et sèchent leur cœur au milieu d’un désert affectif qui se veut protecteur, mais sclérosant.

 

Si le Don est de Dieu et de l’Homme, la Solitude est son coté obscure. Le Don devrait être soleil, Poésie et Partage. La solitude est noirceur et profonde tristesse de l’esprit Humain.Tu me dis, mon ami René, que beaucoup semblent avoir été désertés par la chance et le Don.Il faut que je te dise : ça n’a pas toujours été le cas, il existe une règle, presque universelle tant elle atteint la plus petite et la plus humble des créatures de chaque monde connu : tous connaissent la joie rédemptrice qui sauve l’esprit des ténèbres. Tous ont « leur chance », si tu préfères…..N’as-tu pas vu bien des pauvres gens plus souriants que bien des gens aisés et encostumés, mais si serrés dans leurs costumes ? Car nombreuses sont les contraintes de la richesse, bien plus nombreuses que vous ne pouvez le percevoir à même votre planète ! La source Divine sait partager Dons, Souffrances et Compassion qui permet de les équilibrer et de construire l’Homme vrai.Je sais ce que tu pointes tu doigt, les petits handicapés, les affamés, les images qui hantent vos journaux sensationnels ou non, et tous ces « affreux » me dis tu, qui vivent la violence et contaminent le monde par la guerre ou même leur agressivité. Tu n’as pas tort mon pauvre René, c’est bien triste de voir que ce qui a été réparti entre tous les enfants ne les empêche pas de se battre et de laisser le plus jeune d’entre eux de coté au lieu de lui prendre la main et de faire en sorte qu’il ne manque de rien. Mais, tout de même, ce n’est pas de la faute de Dieu non ?

 

Imagines une grande famille, de nombreux enfants. Tu sais ce qu’il s’y passe, les enfants se battent, parfois pour une poupée, parfois pour un crayon ou un bon dessert. N’est-ce pas le propre de l’enfance que de se battre pour des bêtises ? Alors les parents, les parents qui ont de l’expérience, tentent de soigner les bobos et les renvoient dos à dos, sans juger de qui est coupable ou non. Sauf peut-être quand le plus petit, le plus jeune, le plus fragile, se transforme en victime. Alors le regard parental se fait plus sévère et plus triste : mais comment avez-vous pu !!! L’ombre et la Lumière, c’est comme une chambre d’enfants, dans un apparent désordre se construit un monde d’avenir qui  ressemblera un peu à ceux qui le composent.Oh mon René, tu es fatigué, mais le Don n’exclue pas le Repos, tu travailles tant sans relâche, mais nous te donnons tu temps, ne cherches pas à faire vite, c’est un piège, le temps n’a jamais été rien d’autre qu’une autre forme de travail spirituel vous fournissant l’illusion de limites qui n’existent pas tout à fait.

 

Je sais ce que tu me dis : il y a tant à faire, soigner, réparer…..La journée ne fait que 24 heures, crois tu que je ne t’entende pas, sacré râleur bien-aimé ! Oui comme nous t’aimons, mais pas toi seul, non, nous t’aimons car tu es aussi déjà un peu l’homme nouveau, même si tu es tiraillé entre 2 mondes, celui qui s’éteint et celui qui se construit à l’horizon. Il est inutile, et même dangereux, que tu t’épuises pour mieux exploiter un Don, car ce serait douter de nous que de croire que nous allons laisser qui ou quoi que ce soit dans l’indigence faute de moyens. Fais donc de ton mieux et c’est bien assez. Cela ne vaut pas que pour toi. Une fois de plus, c’est la conscience qui est votre directeur spirituel et non la Religion. Nous n’avons rien contre la pratique religieuse, mais le don s’applique à tous, sans religion, ni politique, ni race, ni  rien du tout d’ailleurs…..

 

Tu  te dis, ce n’est pas vrai, comment le pauvre petit qui crève de faim peut-il avoir reçu la Joie ? TU le vois maigre, décharné, malade, les yeux creux. Je reconnais que nous ne pouvons prendre à notre décharge sa souffrance. Il est là pour ouvrir les yeux de la compassion, il est presqu’une victime compassionnelle qui éprouve, à la mesure terrestre, les conséquences de l’égoïsme, un égoïsme de plusieurs millions d’années ayant créé une désertification à la fois terrestre et des cœurs. Alors qu’attendez-vous ? Il vous attend, lui et tous les siens. Mais il est une image et il n’est pas nécessaire d’aller au bout du monde pour aider et donner, la plus grande des misères est souvent invisible à l’œil nu, combien de souffrances habitent sur le pallier d’à coté….Que chacun fasse le point sur ses merveilleux dons et s’offre de les partager. Nous ne sommes pas en train de vous dire de tout donner sans échange, votre monde n’est pas encore conçu ainsi, mais une petite part, rien qu’une petite part du gâteau, et cette image atroce d’un enfant qui a faim, disparaitrait pour toujours.

 

Oui, tu reviens encore et encore sur cette apparente contradiction : mais lui quel est son don, à cet enfant de souffrance et à tous ceux qui sautent sur des mines anti-personnels et aussi à ceux qui errent sur les déchargent qui jouxtent les bidonvilles ? Ne juges pas René, de ce qui te parait aberrent. Les choses ne sont pas ce qu’elles ont l’air et je connais, nous connaissons bien des gens qui vivent dans de très jolies maisons avec des robinets dorés et des jardins luxueux, mais dont l’esprit est plus maigre que l’enfant, et dont les témoignages d’affection sont plus rares  encore que le fruit des décharges qui nourrissent les petits défavorisés. Tu vois les choses sous un aspect matériel. Mais non spirituel.Tu argumentes encore, et tu as raison, car un jour, bien des gens reliront et ils devront obtenir des réponses satisfaisantes : la douleur physique, c’est bien plus difficile ! Là, tu sais, je ne veux pas discuter tes croyances, mais je crois que ce n’est pas toujours vrai. Bientôt viendront les temps où les gens préfèreront le suicide, à un niveau que tu ne peux même pas imaginer. Il prendra parfois des allures collectives, comme un troupeau de moutons se jette dans le vide pour échapper à un danger plus grand encore. Nous ne voulons pas défendre la douleur, elle est indéfendable. Là aussi, crois nous, bien assez de Dons ont été offerts sur cette terre pour permettre d’annuler ce bien triste spectacle avant que ne démarre la grande scène finale, celle où les plus malheureux ne seront pas les enfants décharnés à la courte existence qui hantent vos journaux pour vous rappeler que vous ne donnez pas. Pas assez. Pas à la mesure de ce que vous pourriez sans prendre le moindre risque pour vous-même ou les vôtres.

Sais-tu : Nous avons posé dans la corbeille de bien précieux trésors : la Marié et le Marié ont reçu de nombreux cadeaux et rien n’a été oublié pour que leur vie puisse se construire autour d’une grande famille unie. Nous leur avons donné tant de choses…Le Don, c’est la Famille unie, la famille unie, c’est une image de Dieu. Mais nous ne voulons pas juger ou permettre que soient jugés d’autres modes de vie que celui qui est le votre sur un plan culturel, nous n’entendons pas par famille un homme et une femme et 2 enfants etc….Ce modèle n’est qu’une apparence, et les apparences vous posent souvent plus de barrières qu’elles ne vous ouvrent de portes. La famille, c’est tout ce qui lie par Amour. Le reste n’est que mots.Oublies tout ce que tu ne peux pas résoudre : cela ne t’es pas demandé, Fais ce que tu peux en respectant tes limites humaines et matérielles. Seul le geste compte. Le vrai geste ne s’embarrasse ni de temps, ni de quantité, mais seulement d’Amour vrai.Nous le promettons, que l’homme partage et nous le soulagerons. Bien à temps.Tu me dis encore, ce n’est pas vrai, nous n’avons pas  tous reçu la même « quantité – qualité » de Dons. Mais si, pas à tes yeux. Mais crois moi, que celui qui a reçu don de Joie reconnaisse celui qui a reçu Don de Soin et que l’un et l’autre échangent….Les choses ne sont pas injustement partagés avant votre incarnation, mais elles ne peuvent plus s’exprimer et souvent vous passer des vies à errer en recherche de vos propres trésors. Je ne peux pas te faire de long et inutile sermon, mais si tu savais combien souffre le cœur de celui qui ne gère que des coffres……

Court commentaire :Quoi dire sur les douleurs du Cancer ? Mais quoi d'autre sur les suicides à répétition des gendarmes ou des policiers ? Notre monde souffre. Terriblement. Et nous ne faisons pas tout pour arranger les choses. Ca c'est sur. Nous pourrions sans doute effacer une bonne partie de la "dette" en partageant. Nous venons de voir dans l'actualité qu'un salarié de je ne sais plus quel grand hypermarché a été licensié parce qu'il cherchait à sauver des produits à quelques jours de la date limite de consommation. Alors on préfère jeter. Voilà bien notre monde...

 

La Fleur qui réussit à renaître après une période difficile : un symbole fort !

Telechargement 2

Gérer les Problèmes et les Ennuis...

 

Avant-Propos :Sujet très actuel : la société en crise ne nous épargne pas de nombreux problèmes à gérer ! Et même si ce texte est ancien, on peut dire qu'il tombe à point nommé ! Nous avons tous envie de ne pas perdre espoir et de cesser d'être submergés par les ennuis auxquels personne n'échappe !

 Le message :Parfois en cascades, ils vous submergent et détruisent votre espoir ! Voilà ce qui nous désespère, moins vos ennuis pour lesquels nous voulons bien vous apporter une aide véritable que le désespoir qui vous ronge.C’est à lui que nous nous adressons, cet obscure ennemi qui vous détruit petit à petit de l’intérieur, comme une sorte de cancer, ne laissant à la place que le vide, la colère et la rancune, renvoyant au Diable ce qui était encore présent de Divinité au sein de votre esprit parfois si fatigué et corrompu par le quotidien. Ce désespoir qui tue toute forme de créativité, rendant stérile les terres les plus riches et annihilant ce qui peut l’être. Le désespoir, c’est votre nihilisme. C’est le rien, c’est l’anti solution à tout ce qui peut vous nuire.

 

Vous ne croyez plus, alors c’est peu la petite mort de l’âme, le puissant recul et la souffrance intime qui détruit ce qui peut l’être et les semences fertiles du futur printemps.Car qui connait l’hiver connait aussi la renaissance et ce n’est pas tant le froid qui peut tuer que la croyance qu’il durera toujours.Oh s’il te plait, ne relâche pas ton Amour du Divin et chasses loin de toi ce désespoir qui t’étreint. Crois en nous et demandes, exiges et demandes encore avec patience, car ce qui s’est fait doit se défaire et ce qui vous pèse et vous use s’appelle le temps. Cette terrible notion qui fait parti de l’épreuve, du levain ; le temps est levain et transforme la farine en pain gouteux. Qui vainc le temps, vainc l’hiver et vainc le désespoir mon ami. Le temps est levain et tu dois mettre le levain dans la farine et accepter que notre aide passe par cette douce fermentation qui t’apporte tant de doutes mais te donnera tant de forces dans le temps, justement. Car la force humaine et terrestre se mesure avec la notion de temps et non pas contre le temps.

 

C’est avec vos outils que vous pouvez faire murir l’âme humaine et faire de ce que vous appelez faiblesse votre force première, rappeler votre divine énergie à vous.C’est ce mot « rappeler » qui doit faire l’objet d’une réinterprétation, quand on rappelle, on rappelle quelque chose que l’on connait et non pas une force tout à fait nouvelle et inconnue. Vous devez non seulement nous appeler ; mais nous rappeler et vous rappelez, c’est ainsi que vous revenez à Dieu dont vous ne pouvez pas sortir, car de qui/quoi donc pourriez vous être issus si ce n’est du processus créatif Divin. S’égarer, cela est possible, la carte est vaste et nombreux sont les chemins, mais l’issue est la même pour tous et rien ne saurait vous tromper durablement sur la grâce qui est la vôtre.

 

Appelez nous pour chasser le désespoir et transformer le temps en levain, c’est ainsi que vos ennuis, vos épreuves feront de vous les hommes des temps nouveaux qui, au printemps suivant, fleuriront votre planète et donneront de beaux enfants à votre civilisation.C’est nous qui vous prions, qui vous prions de garder confiance.On vous a trompés, on vous a dit que votre matière était solide, elle ne l’est pas. On vous a dit que le temps était incorruptible, il ne l’est pas, on vous a dit que l’Enfer était sur terre, il ne l’est pas, car n’existe que ce que votre cœur peut croire et si votre cœur croit en l’amour, il ne subsistera rien d’autre.Demandez nous, commencez par nous demandez de vous convaincre, car la conviction sera la toute première fleur après le déluge du désespoir.

 Petit commentaire post :Un texte très court, qui fait appel à plusieurs notions importantes :

1°) Le temps serait une sorte de "levain" qui nous permet de progresser

2°) La première chose qu'il nous faut demander, avant même la résolution de nos problèmes, serait l'espoir et la conviction

3°) Si notre coeur reste fort, aucun problème ne résiste…A méditer, même si nous sommes tentés de replonger la tête dans nos soucis, ce qui n'est justement pas le meilleur moyen de les relativiser.....Dolorisme et grands mystiques : La souffrance ne se justifie pas...

1557688 10201647425135422 2082299561 n

Les Cahiers de L’Ange Partie 2


Survivre dans un monde difficile : retranscrit le 23/01/2014

Avant-Propos :Un texte très court (une page manuscrite unique) qui rencentre , nous devrions dire recadre, les idées de René sur, sans doute, les moyens d'arranger les choses autour de lui, mais certainement aussi de façon générale. Un texte encourageant une fois de plus l'action face à l'inaction et le partage face à l'égoïsme.
Le message :TU vois, mon ami, des gens malheureux, des injustices criantes, et de plus en plus d’affamés. Ce qui ne cesse de te questionner sur le « comment faire » pour survivre dans ce monde où l’état de droit semble disparaitre au profit d’une sombre machination destinée à transformer l’homme en ombre de lui-même, sans conscience, sans but, sans raison.Tu en as de la chance, de bénéficier de presque tout cela : une conscience forte, qui te pousse comme un moteur survolté, une raison qui raisonne, des moyens d’être présent au monde. Tu as travaillé dur pour arriver à cela et aujourd’hui tu en goutes les joies que tu cherches à offrir, mais avec le sentiment que personne ne te demande rien et que tu ne peux pour ainsi dire rien en faire.

Détrompes toi, tu es important et nous ne te délivrons pas une ordonnance de pommade pour un égo triste, mais un compliment que tu mérites et parce que tu vas avoir l’occasion de te rendre utile et d’en retirer une certaine gloire, non pas la gloire d’être, mais celle d’être de Dieu, le sentiment de justice, d’état de droit, et que tout ce qui a été perdu revient glorieusement, comme la fleur repousse encore plus belle et plus forte qu’avant l’hiver.Le découragement n’est pas toujours le pire des ennemis, mais cette vision étriquée qui se limite à son petit Soi, celui qui courre autour de soi-même comme un enfant turbulent et exigeant et qui transforme le potentiel humain incarné en triste tableau égoïste. Oh combien de gens qui paraissent si honnêtes et tranquilles sont en fait dans l’erreur de placer le rêve dans un monde qui rend plus de la moitié des hommes qui l’habitent tout à fait malheureux, quand ils ne sont pas affamés.

Tu vois, nous préférons encore ces moments de révolte, de violence, de déprime, à cette molle quête matérielle qui tourne les esprits vers votre journal de 20h00, ce Dinosaure de l’information, mais nous devrions dire de la manipulation qui ronge les raisonnements et les capacités transformatrices naturelles chez l’homme.Car si l’homme est défaillant par nature, fragile, sensible, émotif, bref mortel, il possède une infinie capacité créatrice et réactive due à sa fragilité générale. Alors lorsqu’il se réfugie dans son petit trou de souris au lieu de créer, non seulement pour lui, mais pour tous, un espace de vie privilégié où ne règnent ni peur, ni abandon, il perd sa vie, son temps et celui des autres.

Te voilà déconcentré René, à quoi penses-tu donc qui est plus important que la parole de Dieu ? Nous savons ta quête de vérité, de compréhension, mais aussi ta curiosité, Fi des effets sensationnels et autres faux outils de guérison. Les choses simples sont les plus efficaces, cela vaut pour toi, et pour tous. Un bon cœur armé de 2 mains et d’une vraie disponibilité emmènera une armée de bonnes intentions vers le nouveau monde, même au milieu des décombres qui déjà s’annoncent.Ton action de partage porte et va porter ses fruits, ne rêves pas d’autre chose que de partage, et le partage t’emmènera, toi aussi, vers d’autres rives plus vertes, plus fertiles, plus accueillantes, et nous n’avons pas l’hypocrisie d’évoquer je ne sais quel paradisiaque séjour après ton décès, mais d’un réel bénéfice personnel pour tous grâce à l’action de tous...

Petit commentaire post :Devrions nous dire, une fois de plus, que Dieu "vomit les tièdes" ? Sans doute. Il préfère en tous cas une action de courage à une action de repli...

Vous y retrouverez la suite de ces messages sur ce site que je remercie infiniment d'avoir publié les cahiers de l'ange que j'ai beaucoup apprécié...Merci à vous tous qui avec participé à ce partage,merci à la famille de René et à lui-même et à Joseph pour nous avoir partagé ces textes profonds très enrichissants...Reposes en Paix mon cher René...✿⊱╮☆•.¸¸. ☆ ℒℴνℯ ☀☾★  ~☼~NAMASTE~☼~

Colombe12 a

Source/ Copier/Coller http://www.21eme-siecle.com/pages/les-cahiers-de-l-ange-partie-2.html

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×