LÉveil de Conscience

 lacher-prise02.jpg

L'éveil

 Il y a une différence entre être conscient et être éveillé. A partir du moment où l'être naît son âme est enclenchée. Du moins suffisamment enclenchée pour que, quoi qu'il arrive, il parvienne jusqu'en astral, et cela quelle qu'a été sa durée de vie dans le monde. Ensuite selon sa volonté de demeurer dans ces mondes invisibles ou non il s'endormira à nouveau plus ou moins rapidement. Son endormissement le ramènera à la vie de la matière. Pour que cet endormissement soit le plus tard possible ou mieux qu'il n'ait pas lieu il lui faut accéder, alors qu'il se trouve dans son corps matière, à une certaine compréhension de lui-même.

 L'être doit prendre conscience de son essence immatérielle tandis qu'il se trouve dans la matière. Dès que l’esprit en l’être voit le jeu de la matière et surtout constate sa propre présence tout en comprenant qu'il s'agit de la présence de l'Absolu en lui-même, l’éveil qui le conduira à la construction, puis à la sauvegarde de lui-même, commence.

 En somme plus l'être verra l'immatériel dans la matière, c'est à dire en lui-même, plus il progressera dans les mondes immatériels. Si l'être se contente de vivre au gré de la matière, il parviendra comme les autres âmes éveillées ou non, dans les mondes invisibles mais n'ayant pas enclenché l'autre face de lui-même, c'est à dire son âme reflet complémentaire, il connaîtra, à terme, la seconde mort. Cette seconde mort s'évite, avant la première, qui sera celle du corps.

 Lorsque l'Esprit dans l'être prend le commandement il part sur la voie de l'identification de lui-même qui le mènera au détachement de la matière. Il voudra alors sortir du système, de tous les systèmes. Si l'esprit demeure en arrière il ne prend pas le commandement et l'être reste alors partagé entre les forces instinctives du corps et celles émotionnelles de la conscience. Cela se traduira par la dépendance de l'individu au système, quel qu'il soit ou à la révolte contre celui-ci mais sans se chercher à se transformer lui-même.

Être conscient c'est être présent à la vie et à la réalité du corps. Être conscient c'est ce qui va enclencher la naissance de l'âme. Mais Être éveillé c'est être aussi présent à la vie et à la réalité de l'âme. C'est ce qui va enclencher la naissance de l'âme complémentaire et par là même va permettre d'éviter l'endormissement, source du retour en incarnation.

 Être éveillé ne veut pas dire être actif, en fait l’activité est inversement proportionnelle à l’éveil. Ce qui ne veut pas dire non plus que ceux qui sont éveillés sont des fainéants. Si la majorité de tous les êtres éveillés préfèrent vivre en ermite, bon nombre d’entre eux aussi demeurent confrontés à leurs congénères en permanence.

 L’éveil ne veut pas dire "savoir que l’on existe dans le monde", mais "savoir que l’on existe aussi hors du monde". Savoir que l’on existe dans le monde c’est prendre conscience du support du corps et non pas de l’âme. Savoir que l'on existe dans le monde c’est tout simplement être conscient d’être en vie.

 L’éveil c’est ressentir en soi l’immatérialité et l’éternité de sa propre identité. C’est par conséquent atteindre une lucidité en soi qui développe l’empathie et la compassion pour tout ce qui est dans l’univers  puisque l'esprit est UN. C’est en final voir ce qui est sans vouloir s’inclure dans ce qui est apparent. C’est voir l’illusion universelle. C’est savoir que l’on vit dans le visible et l’invisible en même temps.

 On n'a pas besoin d'être éveillé pour poursuivre notre existence au-delà de la vie, par contre on a besoin d'être suffisamment éveillé, c'est à dire d'être conscient de la présence de l'esprit en nous pour pouvoir impulser en notre âme notre âme complémentaire, garante de éternité. Tant que l'individu n'aura pas vu le monde et lui-même tels qu'ils sont aucune complémentarité ne pourra s'installer.

 En fait il y a deux consciences en nous : la conscience du corps et celle de l’esprit.

- La conscience de l’esprit c’est celle qui donne la conscience d’être, la conscience du soi. L'esprit porte en lui l’empreinte de tout ce que l’on a aimé et de tout ce qui nous a construit. En notre esprit se trouve la mémoire de notre passé antérieur. Cette conscience là est celle que l'on emporte avec soi en astral puis en au-delà.

- Dans la conscience du corps entrent la mémoire de la matière, la mémoire des cellules, la mémoire génétique, mais aussi la mémoire des évènements anodins de la vie qui vient de s'écouler et qui n'ont pas pénétré l'esprit. Cette conscience là demeure dans la matière.

 La mémoire de la matière ne peut pas évoluer sans l’intervention de l’esprit, de même l’esprit ne peut pas devenir ou progresser (c'est-à-dire être conscient de son individualité) sans son passage dans la matière.

0401veiling20of20the20soul.jpeg

Les deux éveils

 Il y a deux éveils, le premier qui est l'éveil de l'ego, c'est à dire de l'individu en incarnation, le deuxième qui est l'éveil de l’âme, celui qui provoque la naissance de l'âme complémentaire.

 Être conscient de soi et de son corps est une chose, l’éveil de l’ego en est une autre. Dans l'éveil de l'Ego, l'être est un homme ou une femme précis, dans l'éveil de l'âme l'être est un immortel androgyne ou bi-sexué. L'éveil c'est quand l'être ne se prend plus pour l’identité sous laquelle il apparaît aux yeux des autres. L'éveil c'est faire la différence entre ce qui est véritablement notre SOI et l’aspect extérieur que le monde voit de nous, aspect qui ne concerne que la vie en cours. Le Soi regroupant toutes les expériences acquises par l'esprit.

 Mais pour atteindre l'éveil de l'âme il faut lâcher prise au côté visible des choses, à tout ce qui est concret, intellectuel ou scientifique. Pour atteindre l’invisible il faut se soustraire du visible. C’est là que réside le problème, car pour dépasser le visible il faut déjà croire à l’invisible. Il est impossible d’obtenir la moindre preuve concrète du monde invisible puisque celui ci se trouve hors de notre "visible", hors de notre portée naturelle. Seule notre âme peut y pénétrer. Mais si nous n'en sommes qu'à notre toute première vie nous n'avons par conséquent en nous aucun souvenir de ces mondes invisibles puisque nous n'y sommes encore jamais allés. Alors notre raison affirmera que ces mondes invisibles n’existent pas.

 Rappelons que la foi est avant tout une affaire personnelle et que la spiritualité ne doit jamais être confondue avec la religion. Être éveillé c'est être libre. Être religieux, c'est suivre des règles. Et....suivre des règles ce n'est pas vraiment ce qui s'appelle être libre.

 Être éveillé ne veut pas dire être intellectuellement au top niveau. L’intellect n’entre pas en ligne de compte. Plus l'on pense, plus l'on raisonne, plus la matière est forte, plus la matière dirige. On a besoin du raisonnement pour que l'ego qui est le lien entre notre corps et notre esprit soit conscient, mais il ne faut pas s'enfermer dans son raisonnement. L’âme éveillée aime la Vie. Aimer la vie n’est pas aimer la société ou la civilisation dans laquelle on se trouve. Ce n’est pas aimer danser, aller au cinéma, ou accumuler des richesses…. Aimer la vie c’est vouloir demeurer soi, en dehors de l’apparence du moment. Aimer la vie c’est simplement vouloir continuer à exister. Peu importe où et comment. La conscience d’être est liée au support matériel, soit au corps, l’éveil est lié au "soi" immatériel qui est l’âme.

Les deux éveils de l’individu

 Le premier éveil est toujours lié à la vie extérieure et forme l'ego. Le deuxième éveil est toujours lié à la vie intérieure, c’est lui qui permet à l’âme de se sonder elle-même et d'unifier les différents éléments qui la compose.

 Lorsque l’ego se met en place il est attiré par la vie, la compétition, le concret, par le besoin de s’imposer, son mot d’ordre sera vaincre les autres. Mais lorsqu’il en sera à son deuxième éveil, son mot d’ordre sera se gagner soi-même.

 Dans le premier éveil on s’impose, on joue le jeu de la matière, on lutte, on combat, on possède. Le premier éveil attache l’être à la matière qui l’attirera dans tous les domaines. Pouvoir, sciences, argent, honneurs, compétitions, guerres, vacances, plaisirs, arts et amours seront les moyens pour atteindre à la conscience de chaque âme. Le premier éveil nécessite d’aller au bout de ses rêves, de ses fantasmes et de ses désirs. D’aller au bout de toute chose et de soi pour pouvoir un jour tout dépasser et au final se dépasser soi-même.

 Dans le deuxième éveil on s’affranchit de l’ego. On parvient au soi. On s’affranchit de l’Univers.

 Tout un tas d’individus vivent dans une sorte de détachement indifférent, planant sur des sommets évasifs et se croient aux portes de la Divinité tandis qu’ils ne sont encore jamais entrés en eux-mêmes et qu’ils n’ont encore jamais construit leur monde intérieur. Quand on construit son monde intérieur, c'est à dire quand on prend connaissance de son être profond et que l'on construit son âme on n’escalade plus l’Himalaya de ses connaissances spirituelles livresques mais on explore les dimensions de son propre monde intérieur. Là, on est dans l’éveil. Tant que l’on a besoin de se référer à un rituel, à des mantras, à des prières, à des contorsions gestuelles que d’autres pratiquent, on n’est pas éveillé. Quand, après avoir fait le tour des expériences des autres, "je" me pose, "je "décide ce qui "me" convient et "je" trouve "mes" propres formules et "ma" propre voie, alors là "je suis" éveillé.

 Quand l'éveil est absent chacun joue le rôle de l’univers. C'est à dire qu'il se prend pour son corps. A noter qu'un éveil absent n'est pas un cerveau ou un corps inactif. Un individu peut occuper son cerveau à mille connaissances et son corps à milles activités et ne pas s’éveiller. Plus l'être est conditionné par la société dans laquelle il vit, plus son éveil est nul, plus son corps ou son cerveau sont occupés. En somme c’est par leur silence qu’on reconnaît les éveillés. C’est par leur turbulence qu’on reconnaît les endormis.

Le deuxième éveil ou l'éveil de la vie intérieure

 Que l’on soit simplement intuitif ou que l’on ait de grandes capacités pour explorer son monde intérieur nous tomberons tous sur des éléments troublants plus ou moins semblables, la seule différence tiendra dans notre interprétation.

 Je pourrais penser que je me souviens de vies antérieures, je pourrais aussi penser que j'ai beaucoup d'imagination, peu importe, je vais découvrir en moi d'autres identités. Mais pas tout le monde. Ceux qui en sont à leur première incarnation ne trouveront rien en eux... Sauf l'imaginaire, car l'âme, toujours accrochée au monde visible, peut accéder aux dimensions invisibles dans lesquelles se situe le monde imaginaire.

 Alors je peux aussi tomber sur mon imaginaire, toutes ces idées personnifiées qui peuplent mes rêves éveillés. Il s'agit de personnages qui sont tous moi. Chacun d'entre eux ne représentant qu'un de mes aspects.

55.jpeg

A quoi sert l'éveil ?

Tout être qui prend le temps de la réflexion sur lui-même touchera fatalement, un jour ou l'autre, la réalité de l'Esprit de l'Absolu. Cet être là sera un éveillé. L'esprit éveillé est celui qui voit son origine qui est l'Absolu, l'esprit non éveillé est celui qui avance conscient de lui-même via son corps, de ce monde, puis qui avancera tout aussi conscient dans les multiples dimensions qui nous attendent en astral, mais qui n'a toujours pas touché l'Absolu en lui, donc qui n'est pas éveillé au Tout en lui.

 Que l'on touche l'Absolu en soi ou qu'on ne le touche pas ne fait pas de différence dans la vie ni dans l'après vie. La seule différence que cela va générer est le retour à la vie ou pas. Tant qu'on n'a pas vu l'Absolu en soi l'âme complémentaire ne peut se former et l'unité en soi ne peut avoir lieu. Alors la réincarnation surviendra à plus ou moins long terme. A moins que l'être n'ait la chance de trouver son âme sœur avec laquelle il pourra fusionner mais il perdra alors son identité personnelle...

Source:  http://www.aux-ames-pionnieres.com/

 5-barre-82.gif

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site